Après Paris, Marseille est probablement la ville française qui accueille le plus de tournages. De vrais classiques du cinéma français ayant été filmés ici, en plus de quelques chefs-d’œuvre étrangers pas piqués des vers. Marseille la belle qui séduit de plus tout autant aujourd’hui les réalisateurs que dans les années 30, juste après que Marcel Pagnol ait largement contribué à sa popularité. Difficile de faire le tri pour n’en retenir que 10. Alors entre une volonté de citer tout de même quelques incontournables et le désir de ressortir des films un peu oubliés, voici une sorte de menu Best-of…

1. Un Prophète (Jacques Audiard, 2009)

Le chef-d’œuvre d’Audiard ne s’est pas uniquement tourné à Marseille mais également à Paris ou à Sao Paulo au Brésil. Cependant, c’est bien la cité phocéenne que l’on rattache le plus au long-métrage.

2. Love Actually (Richard Curtis, 2003)

La comédie romantique ultime a en partie été tournée à Marseille. La scène en particulier qui voit le personnage de Colin Firth déclarer sa flamme à Lucia Moniz dans un restaurant sur le port, a marqué les esprits. Scène tournée rue des Phocéens et dans le mythique Bar de la Marine. À noter que la version française induit volontairement les spectateurs en erreur en leur laissant penser que tout se déroule au Portugal. Alors qu’en fait non pas du tout.

View this post on Instagram

MARIUS Quand on est le père de quelqu'un, c'est pour toujours! CESAR Quand il est né, il pesait 4 kilos... 4 kilos de la chair de sa mère. Mais aujourd'hui, il pèse 9 kilos, et tu sais ce que c'est, ces 5 kilos de plus ? Ces 5 kilos de plus, c'est 5 kilos d'amour. Et pourtant c'est léger l'amour! C'est une chose qui vous environne, qui vous enveloppe, mais c'est mince et bleu comme une fumée de cigarette... Et il en faut pour faire 5 kilos... Moi, j'en ai donné ma part, elle aussi. Mais celui qui a donné le plus (il montre la porte par laquelle Panisse est sorti), c'est lui. Et toi, qu'est-ce que tu lui as donné ? MARIUS La vie. CESAR Oui, la vie. Les chiens aussi donnent la vie. Les taureaux aussi donnent la vie à leurs petits. Et d'ailleurs cet enfant, tu ne le voulais pas. Ce que tu voulais, c'était ton plaisir. La vie, ne dis pas que tu la lui as donnée. Il te l'a prise, c'est pas pareil. MARIUS Comment, toi aussi ? Mais nom de Dieu, qui c'est le père ? Celui qui a donné la vie ou celui qui a payé les biberons ? CESAR Le père c'est celui qui aime. FANNY Tu étais le père d'un petit batard dont la naissance était un désastre pour la famille. Le père d'un enfant sans nom, porté par une pauvre fille dans la honte et le désespoir... un enfant de dispensaire. Où est-il cet enfant ? Il n'existe plus, ce n'est pas le mien. Le mien il est né dans un grand lit de toile fine, entre la grand mère et les tantes. Il y avait deux armoires pleines de langes et de robes, et de lainages tricotés par les cousines de Martigues, et les tantes de Vaison et la marraine de Mazargues. Et mon beau-frère de Cassis, il est venu tout exprès pour entendre le premier cri. Et de Marseille jusqu'en Arles, partout où vivent les parents de mon mari, il y avait une grande joie dans trente maisons, parce que dans le lit de maître Panisse, un tout peit enfant venait de naître. Va, Marius, tu as les dents pointues, mais n'essaie pas de mordre la pierre. Cet enfant, tu ne l'auras pas. Il est planté en haut d'une famille comme une croix sur un clocher. ?? #unechambreamoimarseille #unechambreamoibooks #marseille #pagnol #bardelamarine #paternité #amour #education #panisse #marius #fanny

A post shared by Marine (@unechambreamoi) on

3. Marius (Marcel Pagnol, 1931)

On reste dans le Bar de la Marine avec le film mythique de Marcel Pagnol qui a contribué à lui tout seul à la popularité du lieu, ainsi qu’à celle du Vieux-Port.

4. French Connection (William Friedkin, 1971)

Ce film policier mythique débute à Marseille, l’intrigue étant donc focalisée sur la french connection soit le nom donné à l’organisation ayant pris part à l’exportation d’héroïne aux États-Unis. Récompensé par 5 Oscars, connu pour sa légendaire course-poursuite dans les rues de New York, French Connection a visité plusieurs lieux à Marseille. On peut notamment citer le Château d’If, Chez Fon Fon, rue Vallon-des-Auffes, la Montée des Accoules, la rue des Moulins ou encore la rue du Panier.

5. À bout de souffle (Jean-Luc Godard, 1960)

Tourné à Paris et à Marseille, ce classique avec Jean Seberg et Jean-Paul Belmondo a notamment permis de mettre en lumière le Vieux-Port.

6. Borsalino (Jacques Deray, 1970)

Le tournage de ce classique avec Alain Delon exigea la transformation de certaines rues de Marseille, afin de reconstituer l’ambiance des années 30. Une grosse production qui remporta d’ailleurs un succès mérité.

7. La Mémoire dans la peau (Doug Liman, 2002)

Et oui, c’est bien au large de Marseille que Jason Bourne est repêché totalement amnésique.

View this post on Instagram

#thebourneidentity #mattdamon

A post shared by Filmograph (@filmographs) on

8. Marche à l'ombre (Michel Blanc, 1984)

Tourné entre Marseille, Paris et New York, ce classique des années 80, représentant d’un certain âge d’or du cinéma français (avant Les Tuches donc) a exploité L’Estaque et le port autonome de Marseille.

9. 37°2 le matin (Jean-Jacques Beinex, 1986)

Malgré tout, ce sont surtout des bungalows de Gruissan dont on se souvient aujourd’hui.

10. Arrête-moi si tu peux (Steven Spielberg, 2002)

Même Spielberg a succombé à la beauté de Marseille, où il a tourné quelques scènes de son film avec Tom Hanks et Leonardo DiCaprio. C’est dans une prison de la ville que croupit Frank Abagnale Jr., quand l’agent du FBI Carl Hanratty est chargé de le ramener aux États-Unis. Marseille qui n’est d’ailleurs pas la seule Française à figurer au générique puisque Natalie Baye y interprète la mère de DiCaprio.

View this post on Instagram

Catch Me If You Can ???

A post shared by kissmeleo74 (@kissmeleo74) on

Et oui bien sûr, tous les Taxi, du premier au cinquième et les films de la saga Le Transporteur… Sinon, si t’es marseillais, tu comprendras ces infographies sur Marseille.

Source : Wikipedia