La Corée du Nord… Ses paysages magnifiques, son patriotisme et ses coupes de cheveux… Quel pays de rêve ! Mais ce que vous ne savez probablement pas, c’est qu’ils maîtrisent également le 7ème art avec une excellence rare. Dès lors qu’il s’agit de rappeler au peuple coréen à quel point leur pays est grand, beau, et puissant, des équipes de scénaristes et réalisateurs se donnent corps et âme pour montrer leur amour du pays. C’est beau putain. Kim Jong Il a même écrit un bouquin sur l’art du cinéma, qui a probablement inspiré les plus grands depui. Ce livre explique notamment la meilleure façon de sélectionner une bonne équipe de tournage : kidnapper des acteurs et des réalisateurs Sud Coréens pour qu’ils puissent apporter leur contribution dévouée à la grandeur du Parti.

1. Pulgasari

Projet perso de Kim Jong Il, le guide de la Corée était réellement impliqué dans ce film. Intégralement produit par ce génie historique, c’est à lui que vous devez ce chef d’oeuvre.

Cette histoire se passe dans la Corée du moyen âge. Des riches exploitent des pauvres villageois, et kidnappent un vieillard honnête. Le vieillard se venge et fait une statuette de monstre avec du riz et le sang de sa fille. A sa mort, il souhaite se réincarner dans la statuette. Evidemment, ça marche. Le monstre se nourrit d’acier, grandit, et va bolosser les méchants. Après il commence à se retourner vers les villageois alors la fille du vieux du début se suicide pour le renvoyer dans le monde des esprits. C’est censé être une allégorie de la lutte contre le capitalisme : n’hésitez pas à donner votre vie pour sauver votre pays de ce monstre.

2. The Favourite Young Man

L’histoire d’amour impossible entre un beau gosse gentil, malin, et vétéran de guerre, mais plombier ; et une petite zouz pas dégueu, dont la famille ne veut pas d’un pombier, sans doute par peur de se faire arnaquer. Son Hae, la petite zouz pas dégueu, s’en fout de l’origine sociale du BG. Je crois qu’on peut dire que c’est une belle personne. Heureusement, notre plombier favori sauve toute la ville quand une canalisation explose, et tout le monde change d’avis à son sujet. Une belle morale qui rappelle que dans la société Nord-Coréenne, la richesse privée est interdite et seul le travail acharné compte. Et je peux vous dire qu’il charbonne le petit plombier, 0 jour de congé depuis des années, jamais de grève, c’est un bon gars. Plus efficace encore que le petit italien moustachu.

3. My socialist country

Vous pensiez que les films coréens étaient exclusivement réservés au public local ? Que nenni ! Voici un documentaire sur la Corée du Nord, tournée par des Nord Coréens, pour les pays étrangers. Et contrairement à ce qu’on pourrait penser, les Nord-Coréens ont tout ce dont ils ont besoin : Nourriture et vêtements en abondance, maisons et éducation gratuites, le tout sans taxes ni impôts. Un modèle social assez attractif. Seul bémol, ce modèle économique ressemble à ce qu’une partie de notre lectorat appelle « Gauchiasse ».

4. Eternal Comrades

En 1946, un officier Soviétique a eu la bonne idée de se sacrifier pour sauver Kim Il Sung d’un attentat, ce qui a assez bien plu à ce dernier. Ce film retrace l’histoire d’un mec qui était probablement au mauvais endroit au mauvais moment en vrai.

5. Soul's protest

Ce film retrace l’histoire vraie d’un bateau rempli de civils qui coule en pleine mer, et presque tout le monde meurt. Il paraît que ce film plagiait Titanic pour profiter de son succès, mais c’est pas franchement évident : Le film est sorti 3 ans après, et toute l’équipe de tournage a dû regarder Titanic au moins 100 fois. A part ça et un paquet de références au film, rien d’évident. Sinon, c’est un film à charge pour accuser les japonais de l’accident.

***** : Poignant ! – Télérama**** : Parfaitement en adéquation avec les doutes existentiels de notre époque – Première****: G pa tou konpri mé cété la guère alor jeme bi1 – @KevinCristiano59

6. The flower girl

Sortez les mouchoirs : C’est l’histoire d’une jeune fille dans la Corée des années 30, sous l’occupation des méchants japonais, qui doit escalader la montagne tous les jours pour aller cueillir des fleurs et les vendre sur le marché. Pourquoi ? Parce que sa mère, gravement malade, et sa sœur, aveugle, ne peuvent l’aider à subvenir aux besoins de la famille. Son père est mort et son frère se bat contre le joug du pays du soleil levant. Leur propriétaire est un ignoble capitaliste qui veut les mettre à la rue.

Déjà, ce film a tout pour gagner le prix du meilleur scénario de n’importe quel festival de cinéma au monde. Mais calmez-vous les gars, c’est loin d’être fini.

La mère fait ce que font les gens gravement malades dans les films d’auteurs : elle meurt. Du coup, la sœur aveugle fait ce que font les gens quand leurs proches meurent : elle pleure. Du coup, le propriétaire fait ce que font les méchants capitalistes quand ils sont vraiment très très méchants, genre prix Nobel du FDP : il veut la buter pour qu’elle la ferme.

Au final le frère revient de la guerre, la Corée retrouve son indépendance et tout le monde est content.

7. O Youth !

Vous êtes un jeune trentenaire, célibataire, qui termine son mémoire de fin d’études sur le Taekwondo ? Ce film est fait pour vous ! Un homme qui présente toutes les caractéristiques susnommées y rencontre à la bibliothèque une femme qu’il croit être une universitaire. Ils se kiffent tous les deux, t’as vu, alors ils commencent à passer du temps ensemble, et faire ce que font tous les couples amoureux, à savoir parler du leader suprême. Un jour, ils se font attaquer par un gang, mais la copine du héros, qui pratique en fait le Taekwondo au niveau professionnel (comme 94% du casting), leur sauve la mise. Elle l’aide alors à terminer son mémoire. Elle est très chic.

8. Welcome of North Korea

Dans les années 1980, l’office de tourisme de Corée du Nord se rend compte que leur image à l’international n’est pas optimale. Histoire de gagner quelques étoiles sur Tripadvisor, ils produisent ce film, montrant tout ce que les touristes peuvent faire dans leur beau pays, à savoir des visites, des spectacles, des hôtels plutôt stylax,…

Ça aurait été plus crédible si le titre du film était écrit sans faute.

9. Order n°27

Dans ce film, des militaires Nord-Coréens se voient offrir l’opportunité, que dis-je, la chance, de risquer leur vie pour le leader suprême. Ce film extrêmement réaliste nous apprend notamment que les militaires de ce magnifique pays sont formés à se battre comme dans Mortal Combat, et que chacun d’entre eux est à peu près aussi puissant qu’une armée de John Rambo. Malheureusement, quelques uns d’entre eux meurent en mission, mais qu’ils ne s’en fassent pas : quand on meurt pour le big boss, le génie historique, la lumière qui nous guide dans l’obscurité qu’est Kim Jong Il, on vit éternellement.

10. Under the Sun

Coproduction russo-coréenne, ce film fleure bon la faucille, le marteau, et le « crève, pourriture communiste ». Il s’agit d’un autre documentaire sur la vie dans ce magnifique pays, réalisé par Vitaly Mansky, réalisateur russe. Petit détail, le gouvernement coréen s’occupe de la direction artistique et choisit ce qui doit être montré ou non. C’est tout à fait normal, ils connaissent mieux leur pays après tout.

Sauf que tout ça, ça a pas trop plu à ce bon vieux Vitaly, qui ne voulait pas être utilisé pour faire la propagande du régime. Du coup, il laisse tourner un maximum les caméras sans le dire aux officiels, et garde ces images dans le montage final. Pas sympa. Faites confiance aux gens, tiens. Du coup, les Coréens ont censuré ce film.

Plus sérieusement, c’est le seul film de ce classement que les Coréens ne contrôlaient pas entièrement, et il a été récompensé à de multiples reprises depuis.

C’est décidé, je déménage.

Source : listverse

Pour bien te marrer, même en voyage, c'est Topito Voyage qu'il te faut.

Hey, on vient de sortir notre premier jeu de société ! Commande-le dès maintenant.

Tu cherches des idées pour Noël ? On a déniché les cadeaux les plus cool :