On ne compte plus les films et séries qui parlent de drogues et d’alcool, et encore moins ceux dans lesquels il y a de la drogue ou de l’alcool. Toutes ces substances, ça fait partie de la société, et c’est normal qu’on les retrouve à l’écran. Mais il y a beaucoup de films et séries qui se plantent totalement en essayant de reproduire la réalité des gens qui en consomment. Les clichés et erreurs perdurent, et il fallait rétablir la vérité.

1. Dans Empire Records, Mark a des hallucinations alors qu'il n'a même pas fini de manger son space cake

Bon, déjà, il faut consommer beaucoup de cannabis pour avoir des hallucinations aussi dingues que celles qu’il se tape, mais, admettons. Quoi qu’il en soit, il faudrait attendre au moins 30 minutes après l’ingestion pour voir ce genre d’effets arriver. Là, il les a directement, sans aucun temps d’attente. C’est pas comme ça que ça se passe en réalité (mais la scène du film est très drôle).

2. Dans Basketball Diaries, on t'explique qu'il faut avoir touché le fond pour pouvoir commencer à soigner ses addictions

C’est totalement faux, totalement con, et surtout totalement dangereux de laisser penser ça à un public dont une grande partie était assez jeune quand il a maté ce film pour la première fois de sa vie. On peut commencer à s’occuper de son problème de dépendance n’importe quand, même au tout début de la dépendance. Il y a d’ailleurs des gens très bien qui se font une joie d’aider tous ceux qui ont besoin d’aide pour ça.

3. Dans Las Vegas Parano, Johnny Depp prend de l'adrénochrome qui est présenté comme un puissant hallucinogène

Benicio del Toro lui explique que c’est encore plus fort que la mescaline, mais il n’en est rien. En fait, l’adrénochrome n’est ni hallucinogène, ni psychotrope, contrairement aux autres substances que les personnages consomment pendant tout le reste du film.

4. Dumbo a des énormes hallus après avoir bu un seau de champagne

Le champagne, ça rend ivre, ça donne éventuellement mal au crâne si on s’hydrate mal, mais ça ne fait pas avoir des hallus comme ça. Il faudrait prendre une dose immense d’alcool pour éventuellement halluciner, et encore, on s’écroulerait tous avant. Pour la taille de Dumbo, un seau de champagne, c’est pas grand chose. Le film a sûrement oublié de préciser qu’on lui avait filé du LSD.

5. Dans Bad Boys 2, Marcus Burnett prend de l'ecstasy accidentellement, et ça lui permet de régler son problème d'impuissance

En réalité, l’ecstasy fait l’effet totalement inverse : elle empêche l’érection en réduisant l’irrigation du pénis en sang. Donc, même si l’ecstasy peut provoquer une excitation sexuelle chez certains, c’est plus que déconseillé en cas de problèmes d’érection.

6. Dans Pulp Fiction, quand Uma Thurman fait une overdose à l'héroïne, il ne faut pas lui donner d'adrénaline

C’était plutôt de la Naloxone qu’il aurait fallu lui injecter, et sûrement pas dans le cœur, qui est un muscle beaucoup plus innervé que les autres, ce qui rend l’opération hyper dangereuse (on ne fait plus ça depuis des décennies). L’adrénaline dans le cœur, c’est vraiment quand tout est arrêté et qu’il n’y a plus d’autre solution. De la Naloxone en intraveineuse, injectée sous la langue ou dans un muscle, ça aurait été normalement plus efficace.

7. Dans How I Met Your Mother (S02E06), Lily et Robin expliquent les différents effets de chaque alcool sur les gens

Ce qui est bien entendu faux, puisque tous les alcools ont le même effet sur les gens (ce qui ne veut pas dire que tous le monde réagit de la même manière à l’alcool). Boire une bière, une vodka ou un whisky ne conduira pas à différents types d’ivresse.

8. Dans Requiem For a Dream, Harry continue à s'injecter sa drogue dans ses veines pourries alors qu'il en a plein d'autres saines ailleurs

Son bras s’infecte, ce qui est normal puisqu’il se pique encore et encore dans les mêmes veines. Mais, en réalité, les junkies se piquent partout où ils le peuvent (et pas que dans le bras), et ils trouvent toujours de nouveaux endroits pour éviter de se tuer le bras comme ça.

9. Dans Trainspotting, ils se frappent les veines de manière absurde avant de se piquer

Le but de se donner des petites claques sur les veines, c’est pour les rendre apparentes afin de mieux se piquer. Si elles sont déjà apparentes, ça ne sert juste à rien de taper dessus, et si elles ne sont pas apparentes, il n’y a pas besoin de taper 50 fois dessus non plus. Trois ou quatre coups suffisent. Il y a plein de films qui font cette erreur : les personnages, qui sont souvent minces avec des veines apparentes, se tapent automatiquement sur les veines du bras alors qu’ils n’en ont pas besoin.

10. Dans Sex Trip, Jocob Pitts a une hallucination après avoir bu de l'absinthe, ce qui est impossible

Eh oui, contrairement aux idées reçues, l’absinthe ne cause pas du tout d’hallucinations. Il y a toujours un malin pour répondre : « mais si, mais pas celle qu’on trouve en France, c’est tout. » NON. Dans aucun pays l’absinthe ne provoquera d’hallucinations. Désolé. Après, on peut douter de l’envie de Sex Trip d’être un film scientifiquement exact, mais on voulait juste rétablir cette vérité sur l’absinthe.

Bien entendu, on ne saurait que vous conseiller de ne pas toucher aux drogues et de faire gaffe avec l’alcool (pas plus d’une bière à la fois).

Sources : Cracked, Uproxx