Une fausse-couche n’est pas un moment facile, ni pour vous, ni pour votre conjoint. Le fait de perdre ce que vous aviez commencé à fabriquer est dur, éprouvant, déprimant, que ce soit pour une grossesse accidentelle, voulue, ou durement acquise. Mais bien que la société nous demande inconsciemment de fermer nos gueules quand ça arrive, il serait bien qu’au contraire, les tabous tombent, et que les langues se délient.

1. C’est important d’être entouré

Cacher sa peine, sa douleur, sa tristesse, n’est pas forcément la bonne solution. Certains aiment garder ça pour eux, mais d’autres peuvent trouver du réconfort auprès de leurs proches grâce aux échanges et à la parole. Parler de ce qui nous touche, c’est souvent bénéfique, surtout auprès de son entourage.

2. Ça peut calmer les réflexions extérieurs de ceux qui ne savent pas

« Alors, vous vous y mettez quand ? » Bah ta gueule hein, tu ne sais pas ce qu’on vit. Si vous parlez ouvertement de votre fausse couche, vous empêchez rapidement les autres qui ne savent pas de vous faire des réflexions de merde.

3. Ça casse le tabou autour de ça

Une fausse-couche peut arriver à toutes les femmes, même s’il y a certains facteurs qui augmentent malheureusement les stats. Mais ça ne doit pas être tabou, ça ne doit pas être quelque chose dont on a honte, c’est juste la vie, c’est injuste et c’est tragique, mais c’est la vie.

4. Ça pousse les gens à se mêler de leur cul

Parce qu’ils ne savent pas forcément à qui ils s’adressent, ils ne connaissent pas ce que vous avez vécu ou ce que vous êtes en train de vivre, et ils devraient surtout se mêler de leur cul. Si vous arrivez à parler de ce sujet délicat, vous mettez des barrières à ceux qui l’ouvrent trop vite, sans savoir de quoi ils parlent.

5. Ça peut permettre d’échanger avec ceux qui l’ont vécu aussi

Parce que les fausses-couches sont fréquentes, et qu’elles touchent beaucoup de couples, il n’est pas difficile de trouver d’autres personnes qui ont vécu la même chose. Vous pouvez trouver du réconfort auprès de ceux qui sont déjà passées par là, plutôt que de rester seule avec vos pensées et votre tristesse.

6. Ça aide à réaliser ce qui se passe

Mettre des mots sur les évènements, en parler, pleurer devant les autres, ne fait pas de vous quelqu’un de faible, bien au contraire. En parler vous aidera à réaliser pleinement ce qu’il vient de se passer, et vous aidera à passer à la prochaine étape.

7. Ça peut aider à faire son deuil

Parce que si on n’en parle pas, parfois ça peut être comme si ça n’existait pas. Or, une fausse-couche, c’est la mort d’un rêve que vous aviez imaginé, et il faut en faire son deuil pour pouvoir continuer. Parler aide à tout ça, aide à dire au revoir à cet enfant que vous n’aviez encore jamais rencontré, mais qui existait déjà à vos yeux.

8. Ça aide à défoncer la culpabilité

Souvent, quand on fait une fausse-couche, les femmes culpabilisent de ne pas avoir réussi à aller au bout d’une grossesse, même quand elles n’y sont pour rien. Parler de cette fausse-couche peut vous aider à comprendre que vous n’êtes pas responsable de ce qui est arrivé, c’est simplement injuste, mais c’est la nature, c’est elle qui décide, pas vous. Vous n’y êtes pour rien.

Et si en parler à vos proches ne suffit pas, il ne faut pas hésitez à en parler à des professionnels, qui ne pourront que vous aider à vous sentir mieux, et à avancer.