Vous aimez voyager ? Vous aimez boire ? Vous êtes rapidement pompette ? Si la réponse à ces questions est « oui », continuez à lire. Si vous êtes déjà ivre, regardez simplement les images. On dit merci au site d’apprentissage de langues Babbel pour ce top méchamment utile.

1. Etats-Unis : « I’m hungover »

Expression pour décrire la gueule de bois, ou « groggy » si vous avez bu trop de grogs.

Quelques gémissements devraient déjà suffire à vous faire comprendre. À l’origine, le mot hangover (gueule de bois) n’avait rien à voir avec l’alcool. Le dictionnaire d’anglais Oxford de 1984 donne comme définition quelque chose de résiduel. Dix ans plus tard, dans The Foolish Dictionary de Gideon Wurdz, la définition devient « les conséquences dues à la consommation d’alcool ».

Une remarque intéressante : le mot groggy (ivre) désignait la conséquence d’une consommation excessive de grogs, rhum dilué qu’on utilisait pour payer les marins.

2. Irlande : « I’m in Lego », "Je suis en Lego"

Tá póitín orm est une manière de parler de la gueule de bois en irlandais moderne (littéralement « il y a un petit moment de boisson sur moi »). À ne pas confondre avec poitín, une boisson irlandaise, probablement la cause de votre malaise. Brown bottle flu (la grippe de la bouteille marron), in Lego™ (être en petits morceaux) ou encore inexplicable headache (mal de tête inexplicable – les Irlandais sont enclins à l’ironie) pourront également vous aider à vous faire comprendre. Vous pouvez aussi parler d’Irish flu (grippe irlandaise), mais il vaut peut-être mieux éviter de dire cela en Irlande – à moins, bien sûr, d’être soi-même Irlandais.

Source photo : Giphy

3. Allemagne : « Ici habe einen Kater », "J’ai un chat"

Après une soirée trop arrosée, les Allemands sont pris d’un Kater (chat). L’expression vient probablement du mot Katarrh (catarrhe), qui désigne le rhum. On peut aussi parler de Katzenjammer (pleurnichements de chat) mais en dépit de son caractère imagé, cette expression est assez peu utilisée.

4. Mexique : « Estoy crudo », "Je suis cru"

Vous vous sentez un peu cruda (cru) au réveil, ce matin ? D’autres pays d’Amérique centrale parlent de goma (caoutchouc) et si vous vous rendez en Colombie, vous pourrez vous vanter d’ « avoir un goyavier » : tengo guayabo.

Source photo : Giphy

5. En Russe (et en alphabet latin) : "U Menja Soushniak", "J’ai cette sensation d’avoir la bouche sèche après avoir bu"

L’expression russe pokhmel’e signifie littéralement « après être ivre ». Notez que beaucoup de Russes prétendent que si vous buvez la vodka de la bonne manière (sec), vous ne devriez pas avoir la gueule de bois. Soushniak décrit la sensation d’avoir la bouche très sèche.

6. Italie : « Ho i postumi della sbornia », "J’ai les séquelles posthumes de l’ivresse"

En Italie, la gueule de bois est vue comme « séquelle posthume de l’ivresse ». Cependant, vous entendrez rarement cette expression dans la bouche d’un Italien, puisque ceux-ci n’ont pas de penchant marqué pour la bouteille (c’est du moins ce qu’ils prétendent.).

Source photo : Giphy

7. France : « J’ai la gueule de bois. »

Tout le monde connaît cette expression : elle est généralement le résultat logique de « boire comme un trou

8. Japon : "futsuka-yoi", "Deux jours d’ivresse"

Les Japonais sont plus optimistes puisqu’ils considèrent la gueule de bois comme futsuka-yoi, littéralement « deux jours d’ivresse ». Si le saké et le karaoké sont les coupables, peut-être ces quelques phrases en japonais vous seront-elles également utiles (lien en anglais).

Allez on prend un grand verre d’eau gazeuse.