Les Français sont obnubilés par la bouffe. La preuve, à l’heure de fleurir son langage, le Français s’amuse à le faire cuire aussi. Et nous concocte des expressions aux petits oignons, du tout cuit, un vrai délice de chat de boucher. Mangeons cinq fruits et légumes par jour en dévorant les livres.

L'entrée

1. Être soupe au lait

Pour commencer, une petite soupe à la grimace pour nos amis lunatiques. On ne la servira pas sans rien.

2. Bon comme du bon pain

Idéal pour faire chabrot avec la soupe au lait, pas vrai ma mie ?

3. Raconter des salades

Tandis que la conversation s’égare sur le terrain de l’invention, on fera monter une mayonnaise allégée pour accompagner la salade. Attention à ce que les mensonges ne tournent pas au vinaigre.

Le plat principal

4. Et mon cul, c'est du poulet ?

La question a le mérite d’être posée tandis que l’hôte s’occupe de la découpe. Le débat s’envenime et chacun défend son bifteck. Les Français sont des veaux.

5. Avoir la frite

Heureusement, ceux qui, au début du repas, avaient l’estomac dans les talons et le moral en eau de boudin se sont revigorés. Désormais, on mange à pleines mains des portions de patates cuites dans l’huile bouillante en s’animant beaucoup.

6. C'est la fin des haricots

Mais déjà comme un début de blues, le plat de résistance, comme la résistance et comme Capri, c’est fini ; on racle le plat, il n’y a plus rien : les carottes sont cuites.

Le fromage

7. En faire un fromage

Cette histoire de haricots manquants n’a pas laissé tout le monde indifférent ; voilà que certains convives reviennent dessus, s’en étonnent, s’en plaignent, chouinent ; les râleurs en profitent pour faire leur beurre.

8. Ferme ta boîte à camembert

Harassés par ces plaintes incessantes, certains n’hésitent pas, entre la poire et le fromage, à remettre les gens à leur place : on ne mélange pas les torchons avec les serviettes et, que je sache, nous n’avons pas élevé les cochons ensemble. Pas vu pas brie.

9. Faut ménager la chèvre et le chou

Heureusement, chacun vise à l’apaisement. Inutile de se mettre martel en tête, de devenir rouges comme des tomates et de créer un conflit de canard. Ménageons donc le chèvre, la chèvre, et le chou. On changera d’assiettes pour le dessert.

Le dessert

10. C'est quand même tarte !

Tout le monde se sent un peu bête : toutes ces invectives, des enfantillages ! Ce qu’on ne ferait pas pour sucrer les fraises… Quitte à se traiter de banane. C’est quand même tarte.

11. Chanter en yaourt

Pour achever de se réconcilier, on se lance dans des chansons de fin de repas. Certains connaissent les paroles, d’autres pas. Ils chanteront en yaourt. Ca se boit comme du petit lait.

12. Ramener sa fraise

Des retardataires rejoignent le repas : c’est bientôt le café, ils avaient dit qu’ils passeraient au café, les voilà. Ils ont des tronches de cake, mais on les aime bien quand même. En plus, ils ont la pêche.

Le café

13. Ça c'est fort de café !

Ils ont la pêche car ils ont une grande nouvelle à avancer : personne n’en croit ses oreilles, c’est la cerise sur le gâteau. On sabrera le champagne, ça c’est fort de café !

Spéciale cassedédi à Suzy.