Le risque principal, quand on est un explorateur, c’est quand même d’être dévoré par des anthropophages affamés parce qu’on s’est mal comporté sans s’en rendre compte. Et parfois, le risque devient réel. Pensez à ce pauvre James Cook qui s’est fait bouffer par ses potes ; il l’avait pas vue venir, celle-là.

1. La mission du révérend George Brown

C’est en 1878 que le révérend George Brown, missionnaire émérite de la foi chrétienne, a envoyé ses potes missionnaires aux îles Fidji pour évangéliser tout ce beau monde. Mais tout le monde n’est pas sensible à Dieu. En tous les cas, la tribu Tolai ne l’était pas trop, sensible, puisque les 4 missionnaires ont terminé en soupe en l’honneur du chef de la tribu. George Brown n’a pas appréccié et a décidé d’envoyer une expédition punitive : ses hommes ont brûlé un village entier et tué pas mal de monde. A l’époque, c’est passé crème. Même qu’en 2007, la tribu des Tolai a exprimé ses excuses pour avoir mangé les explorateurs.

2. Giovanni da Verrazzano

Giovanni da Verrazzano avait le virus de l’exploration. Envoyé par François Ier pour explorer le monde, il s’était fait fort de trouver le chemin reliant l’océan pacifique à l’Asie pour accélérer le commerce. Les explorations se multiplièrent, l’emmenant sur le sol des Etats-Unis et du Brésil. Sa quatrième traversée termina dans les Caraïbes, probablement en Guadeloupe. Verrazzano mit pied à terre sur l’île et se fit manger recdi par les autochtones, sous les yeux de son équipage resté à bord du bateau.

Crédits photo (creative commons) : Domaine public

3. Thomas Baker

En 1859, Thomas Baker s’installe sur les piles Fidji et tant pis si elles ont la réputation d’abriter des cannibales. Encore un curé méthodiste qui pense qu’il va apporter la foi partout dans le monde : mais ça marche pas si mal, puisque Baker se démerde pour conserver tous ses membres jusqu’en 1867, date à laquelle il décide de s’aventurer dans la forêt pour convertir un chef de tribu. Pour se faire bien voir du chef, Baker lui apporte un peigne (on peut parler de cadeau nul) ; d’autant plus nul que pour expliquer au chef à quoi sert le bouzin, il lui touche la tête. C’est un acte insultant. Baker et ses sept missionnaires sont tués et mangé par les habitants du village de Nabutautau.

En 2003, les descendants de Baker sont venus au village et ont reçu des excuses officielles.

4. Oliver Fellows Tomkins et James Chalmers

James Chalmer vivait en Papouasie depuis 23 ans quand il a été rejoint par Oliver Fellows Tomkins en 1901. Les deux missionnaires se sont alors rendu sur l’île de Goaribari pour évangéliser tout le monde le long de la rivière Aird. D’après les notes de Tomkins, une vingtaine de canoës se sont approchés de leur embarcation, invitant l’équipage à les rejoindre pour mettre pied à terre. Les hommes ont refusé mais se sont rendu au village le lendemain matin. Ils y ont été tués et mangés.

5. John Williams

Au début du XIX° siècle, John Williams, comme quasiment tous nos autre amis, s’amusait à répandre la bonne parole chrétienne dans le Pacifique sud. Williams était l’un des missionnaires les plus efficaces et prolifiques de l’époque, un genre de patron pour tous les wannabe explorateurs chrétiens. Alors qu’il se trouvait à Vanuatu, en 1839, il se dirigea vers la petite île de Erromango où des marchands européens avaient perpétré un massacre quelques jours plus tôt : mauvais timing. Williams et ses potes se firent accueillir à coups de flèches. Ils furent tués et mangés.

6. Les expéditions arctiques de 1845

On change de coin : en 1845, John Franklin monte une expédition dans l’Arctique. 134 personnes prennent part à l’aventure, et se retrouvent coincés dans l’archipel arctique canadien. Plus de nouvelles du bateau. En Angleterre, on s’inquiète. On envoie des expéditions de secours. Mais on ne découvre aucun survivant. En 1857, la femme de Franklin finance une dernière expédition pour découvrir des indices sur la tragédie. L’équipage découvre alors des lettres indiquant que Franklin est mort en 1848.

En 1992, on découvre 400 restes d’ossements dans le coin qui, analysés, présentent des traces de morsures et de chair arrachée. Les mecs avaient été mangés.

7. James Cook

Le grand, l’immense James Cook, aurait dû faire gaffe à respecter les croyances indigènes. Alors qu’il se trouve sur les îles Sandwich, il sert à son tour de Sandwich aux autochtones. Cook était venu aux îles Sandwich trouver un peu de repos après avoir échoué à passer par le détroit de Béring. Sur l’île, il était considéré par un demi-dieu par ceux à qui il allait servir de repas. Sauf que les Hawaïens décident de voler une chaloupe. Cook décide, pour récupérer son bien, de prendre le chef en otage : là, ça tourne mal. Les Hawaïens se mettent en position de combat et l’abattent d’un coup à la tête alors qu’il leur demande de cesser de tirer sur ses hommes. Ensuite, selon les versions, son corps est conservé car il est respecté par les habitants ou mangé par ces mêmes habitants.

Crédits photo (creative commons) : Domaine public

8. Michael Rockefeller

En novembre 1961, l’héritier Michael Rockfeller et l’anthropologue René Wassing se trouvent en Nouvelle-Guinée néerlandais pour les besoins d’une expédition universitaire avec Harvard. Leur bateau prend l’eau et chavire et leurs guides s’éloignent pour aller chercher de l’aide : ils ne reviennent jamais. Rockefeller, le lendemain, décide de gagner la côte pour chercher à son tour des secours, mais ne revient pas. Wassing est sauvé le lendemain matin.

Les circonstances de la mort de Rockefeller ont fait l’objet de débats. Le corps du jeune homme de 23 ans n’a jamais été retrouvé et Rockefeller a été déclaré mort en 1964. Dès 1968, des témoignages ont indiqué qu’il avait été capturé et mangé par des locaux en représailles d’une expédition néerlandaise datant de 1958. Une thèse corroborée par plusieurs auteurs et étayée par un documentaire sorti en 2000.

Crédits photo (creative commons) : HurayforZay

9. Marion du Fresne

En 1772, le navigateur Marc-Joseph Marion du Fresne et son équipage se trouvent en Nouvelle-Zélande. Ils s’établissent à Port-Marion et nourrissent des contacts chaleureux avec les Maoris. Pourtant, le 12 juin, ils sont massacrés. Le 13, d’autres hommes subissent le même sort. L’expédition punitive dépêchée le lendemain débouche sur la découverte d’un repas cannibale.

En réalité, Marion du Fresne aurait involontairement violé un tabou local en pratiquant la pêche dans un endroit interdit. Vous me direz : nul n’est censé ignorer la loi, hein.

10. Percy Fawcett

On ignore les circonstances exactes de la disparition de Percy Fawcett et de son fils, en pleine expédition amazonienne pour retrouver la cité perdue de Z. Le film consacré à l’explorateur par James Gray est assez juste historiquement, et le personnage de cet ancien militaire devenu membre de la société de géographie londonienne au début du XX° est devenue une légende. En 1928, Fawcett organise une toute dernière expédition pour retrouver cette fameuse cité dont il est convaincu de l’existence. On ne le reverra jamais. Certains témoignages affirment qu’il se serait réfugié auprès d’Indiens qui auraient essayé de le dissuader de s’enfoncer davantage dans la jungle ; faisant fi de leurs remarques, Fawcett aurait prolongé son exploration et aurait été dévoré par une tribu encore sauvage. On ne le saura jamais.

Crédits photo (creative commons) : Domaine public

Ca donne faim.

Sources : Listverse, New York Post,