Quand on est riche, on peut se payer une bonne, une très bonne défense. Une défense parfois si absurde qu’elle en devient efficace. Après tout, pourquoi ne pas faire acquitter quelqu’un qui reconnait avoir démembré quelqu’un mais pas l’avoir tué ? La question se pose.

1. Robert Durst et le démembrement sans meurtre

Parmi les nombreuses affaires dans lesquelles le tueur dingo dingue Robert Durst a été mise en cause, il y en a une particulièrement folle : celle du meurtre de son voisin, au Texas, alors même qu’il y résidait incognito (et déguisé en femme). Identifié par ses empreintes digitales sur les sacs poubelles ayant servi à accueillir les restes démembrés du voisin, Durst n’a pas nié le démembrement. En revanche, ses avocats à 1 milliard de dollars ont trouvé une astuce qui ne l’était pas moins : ils ont assuré que Durst avait tué le pauvre type parce qu’il s’était introduit par effraction chez lui et que, paniqué, il avait découpé le corps. Au Texas, la loi ne punit pas les meurtres de cambrioleurs… Vous voyez mes doigts comme ils bougent ? Les jurés se sont fait avoir. Incroyable.

2. Le meurtre de Kathleen Peterson : un assassinat commis par un hibou

En 2001, on retrouve le corps de Kathleen Peterson, morte d’un bon gros coup reçu à la tête. Comme souvent, on accuse le mari, un écrivain du nom de Michael Peterson, qui termine en prison. Mais son avocat développe une théorie allant à l’encontre de cette condamnation : on a retrouvé dans la main de la victime une plume de hibou. Et elle présente des traces de griffures, façon griffures de hibou. Bref, il demande à ce que Michael Peterson soit rejugé à la lumière de ces nouveaux éléments qui accablent le hibou. Et Peterson est relâché. Chouette pour lui.

3. Quand une nana a commis un crime à cause de ses règles

C’est la thèse défendue par la défense de Sandie Craddock, 29 ans et un casier judiciaire bien rempli, quand elle a été jugée pour le meurtre d’une barmaid avec qui elle bossait : Sandie n’avait pas tué la fille ; le coupable était son syndrome prémenstruel. Et la cour londonienne est allée dans ce sens : après tout, Craddock n’avait pas toute sa tête, avec toutes ces hormones qui obscurcissaient son jugement et tout et tout. Elle a été relâchée et obligée de prendre des traitements hormonaux.

Source photo : Giphy

4. Un type accusé d'avoir poignardé 26 fois sa femme était en réalité somnambule

On est en 1982, dans l’Arizona, et Steven Steinberg explique qu’un mec s’est introduit dans la maison et a poignardé sa femme 26 fois. Une fois démontrée l’absence de tout intrus, Steinberg change de braquet : en fait, c’est lui qui a fait le coup, mais il était somnambule à ce moment-là. Un expert a confirmé cette version et Steinberg a été jugé non coupable.

5. Dan White, l'assassin de Harvey Milk, ne pouvait pas avoir prémédité son crime, puisqu'il était dépressif

En 1978, White assassine le maire de San Francisco, George Moscone et son très célèbre adjoint et militant pour les droits LGBT Harvey Milk. Mais White n’a pas pu préméditer son geste, puisqu’il était dépressif. C’est du moins la thèse avancée par la défense durant le procès ; pour preuve, son avocat a expliqué que, récemment, White s’était mis à manger des cochonneries alors qu’avant il mangeait bien. Et ça a marché : White n’a écopé que de 7 ans de prison et la préméditation n’a pas été retenue. Autant dire que la communauté gay n’était pas ravie ravie.

6. Quand le vrai coupable d'un triple meurtre est une voiture

Un mec au volant de sa Toyota tue trois personnes en ne respectant pas un stop. Sauf que le mec en question, Koua Fong Lee, ne se sent pas coupable. Il affirme que la Toyota s’est mise à accélérer en dépit de ses efforts pour freiner. Et il avait des témoins (sa famille) pour affirmer qu’il s’était effectivement plaint que ses freins ne marchaient pas. Après une première condamnation, Lee a eu droit à un deuxième procès où un jury l’a acquitté. En revanche, Toyota a dû lui payer à lui et aux victimes plusieurs millions de dollars de dédommagement.

7. Un mec tue quatre personnes parce qu'il est trop riche

Il s’agit d’Ethan Couch qui, au volant de sa bagnole de luxe, s’est mis une caisse et a écrasé 4 personnes. Mais pour ses avocats, le responsable n’était pas Ethan, dans la mesure où Ethan ne pouvait connaître la différence entre le bien et le mal compte tenu de la richesse de sa famille, colossale. Et le juge a dit OK. Et Couch n’a pris que 10 ans de mise à l’épreuve. Pour avoir tué 4 personnes. Enfin pas lui, l’argent.

8. La fille qui vivait dans Matrix

En 2002, une femme, Tonda Ansley, tue sa propriétaire. Et quand on l’arrête, elle explique que ça n’a rien d’anormal de tuer les gens quand on vit dans la matrice. Jugée folle, elle a été acquittée par la cour pénale ; et d’autres avocats ont imité cette défense pour faire acquitter leurs clients.

Source photo : Giphy

9. Un type poignarde son voisin parce qu'il se sent menacé sexuellement

C’était en 2008. Et quand on dit poignarde, Biedermann n’y est pas allé de main morte : il a planté 61 coups de couteau dans le buffet de Terrance Hauser. Sa défense ? Son voisin l’avait menacé avec une épée pour obtenir des faveurs sexuelles. Et si on peut arguer que 61 coups de couteaux, ça fait beaucoup, le jury a bien compris que Biedermann avait paniqué en raison de ces avances homosexuelles. Logique, quoi. On te propose du sexe homo, tu plantes ton couteau 61 fois.

10. Le parrain de la mafia jugé fou

On imagine mal Michael Corleone dingue. Ca demande quand même un certain savoir-faire de régner sur la mafia. Mais Vicente Gigante, un parrain de New York, a réussi à échapper pendant 20 ans à la justice avec cette stratégie. Pour corroborer sa folie, il se comportait comme un malade mentale tous les jours, se promenant en pyjamas dans la ville, parlant aux parcmètres et tout le toutim. Et chaque fois qu’il était inquiété, il agitait la carte « je suis dingo dingue. »

Avec de bons avocats, hein…

Source : Ranker