Crédits photo (creative commons) : T1o

C'est le triste constat que l'on fait au moins deux fois par an : le titre de "clasico" attribué aux oppositions entre Marseille et Paris est souvent usurpé. Les deux équipes ont tout fait pour apaiser les tensions : un enjeu sportif discutable, des supporters adverses invités à rester à la maison, et des défaites qui font mal au moral juste avant, à Nancy ou contre l'Olympiakos. Alors on va peut-être le regarder ce match, mais on sait déjà à quoi s'attendre. Et même quand on s'attend à rien, on peut quand même être déçu. C'est ça, la magie du clasico à la française!

  1. C'est "l'Affiche" ultime de Canal+ : la chaîne cryptée va méchamment faire monter la sauce avec direct depuis le stade 5 heures avant, interview de people sur place (oui on inclut Soprano), étude statistique des équipes comme si c'était la finale de la champion's league. Même si au final Dugarry estimera "qu'il est déçu, que c'était assez faible techniquement et qu'il attendait mieux". Pas nous.
  2. Ce sera le dernier Clasico de Kombouaré : à moins qu'il ne déclare dans quelques saisons que l'OM est le club de son cœur et qu'il ne fasse une pige sur le banc olympien. Et malgré le sourire de Leonardo qui dément quand on lui pose la question.
  3. Les supporters parisiens vont presque nous manquer : un vrai "clasico", c'est aussi dans les tribunes. Et du coup on craint que les supporters marseillais un peu déboussolés par cette absence ne finissent par caillasser leur propre bus, comme un réflexe pavlovien.
  4. Il y aura des gros plans sur le visage des directeurs sportifs à chaque action chaude : et on lira l'inquiétude, la colère, la frustration sur celui de José Anigo, quel que soit le score. Et le sourire et la "bogossitude" sur celui de Leonardo quittant le stade à 5 minutes de la fin dans tous les cas. Tapie déclarera que de son temps de toute façon, ça se serait passé autrement.
  5. Lugano prendra un jaune très orangé à un moment du match qui reste à définir : s'il joue, et ce sera forcément sur un tacle "scandaleux". Sinon, Momo Sissoko s'en chargera. Ce à quoi Alou Diarra répondra par une faute de poète lui aussi, joliment suppléé par Diawara.
  6. On zappera de temps à autre sur M6 : histoire d'avoir un peu de spectacle : "Travail, fortune, réputation : ils ont tout perdu", un "clasico" pour Zone Interdite.
  7. Mandanda sera le meilleur Marseillais et Nenê le meilleur Parisien : on rappellera évidemment le prix du transfert de l'officiellement décédé Lucho et on commencera à parler de celui de Pastore, gentil fantôme en devenir.
  8. Quelque soit le résultat, Kombouaré dira en conférence de presse qu'il "ne s'occupe que du terrain" et Deschamps qu'"il faut continuer à travailler" : la douce litanie convenue d'un discours prémâché.
  9. On n'en saura pas plus sur l'issue du championnat : une victoire ne suffira pas à Marseille pour se remettre en selle. Et un succès parisien ne garantira rien contre de nouvelles déconvenues "à la nancéienne" dans les prochaines journées avant un mercato qui va faire exploser le groupe. Et Jeremy Ménez aura toujours une banane douteuse. Nous voilà bien avancés.
  10. On restera quand même pour le débrief du CFC et l'Equipe du Dimanche : surtout parce qu'on se sera endormi à la 65ème. On se réveillera dans son canapé, devant la rediffusion de Braquo, au milieu de la nuit en se disant que tant pis on verrait le score final dans le journal le lendemain...

Et vous, vous comptez le regarder quand même ce match ?