Erreur de la banque en votre faveur.

Non en vrai, ça arrive jamais. Ce qui arrive, c’est la théorie de l’emmerdement maximal : quand l’administration se plante, ce n’est pas en ta faveur, c’est toujours chiant, ça te gâche la vie et c’est le début d’un roman de Kafka qui ne peut finir que par ta mort.

1. Ce type a conduit 26 ans sans permis suite à une erreur de l'administration

En 1991, le permis de ce type a été annulé par l’administration, sans raison, probablement suite à une erreur de saisie. Ce qui fait que, pendant 25 ans, le moindre accident lui aurait coûté absolument toute sa vie, étant incapable de se justifier auprès de l’administration. Comme rien n’était informatisé à l’époque, impossible d’identifier l’erreur originelle, mais il y a fort à parier que son nom a été confondu avec celui d’un condamné. Sauf que le casier judiciaire du mec est vide. N’imp’.

Source photo : Giphy

2. Ce mec a été incarcéré 5 mois parce qu'il avait le même nom qu'un violeur

Mohamed Camara a été condamné par contumace à de la prison ferme pour viol d’enfants, en 2001. Par contumace, ça veut dire qu’il était pas là. Et un jour, on lui a mis la main dessus et HOP direction la prison. Sauf qu’on n’a pas mis la main sur le bon Mohamed Camara. On a arrêté un homonyme. 5 mois en cabane, des complications psychologiques et un coup d’arrêt à ses études de socio, et l’Etat (c’était en 2013) lui a proposé un dédommagement de 12.000 euros. Ca fait pas lourd.

Sinon en Belgique, ils sont 70 chaque année à faire les frais d’erreurs de ce type.

3. Ce type a été déclaré mort et se bat pour prouver qu'il est vivant

En novembre 2016, un sexagénaire à la retraite de Dieppe cesse de toucher sa pension mensuelle. Bizarre. Il se rapproche de l’administration et découvre qu’il est mort. En réalité, le frère du mec l’a déclaré disparu il y a plusieurs années pour le faire chier, gratuitement. Il n’y a eu aucune vérification de faites et, au terme de la procédure de disparition, il a été déclaré mort. On rigole, mais il a quasiment passé un an sans toucher un rond, jusqu’à ce que la justice, saisie, annule l’avis de décès.

4. Cette fille n'a pas pu passer son examen parce qu'on avait mal orthographié son nom

Une jeune marocaine candidatait à un examen régional, façon bac. Elle a reçu sa convocation pépouze et s’est présentée au centre d’examens, comme prévu. Sauf que le nom figurant sur la convocation était mal orthographié : rien à faire, elle n’avait pas le droit de passer l’examen. L’administration lui a alors tout simplement conseillé de mitonner un certificat médical pour avoir une chance de repasser l’examen. Pratique.

5. 270 femmes sont mortes à cause d'un bug informatique dans un système sanitaire britannique

La Sécu britannique relance régulièrement les femmes de plus de 50 ans pour qu’elles effectuent un dépistage du cancer du sein tous les trois ans. Mais depuis 2009, le système d’invitation et de relance est défaillant, et 450.000 femmes n’ont jamais reçu leur convocation. Sauf que les 450.000 femmes concernées, 270 sont mortes d’un cancer du sein entre temps. L’organisme a mis 9 ans à se rendre compte de son erreur. Ce qui est long, convenons-en.

Source photo : Giphy

6. Une rescapée de la Shoah a été incinérée par erreur

Antoinette Frenk est morte en 2012. Son fils vient la voir deux fois par an (voir, façon de parler) au cimetière de Thiais. Et un jour, il arrive, et plus de tombe, plus rien. C’est que la mairie, sans avertir personne, a procédé à une exhumation et à une crémation du corps, ce qui est quand même interdit par la religion juive. Et peut faire sourire noir quand on sait qu’Antoinette Frenk avait survécu aux chambres à gaz et aux fours crématoires. Les exhumations doivent normalement faire l’objet d’une enquête préalable pour savoir si la personne ne s’est pas opposée à la crémation.

7. Une nana en rémission de cancer qui vient d'accoucher se retrouve à devoir rembourser 7.000 dollars à sa boîte

Au Canada, une enseignante n’a pas eu de bol : après avoir accouché prématurément, on lui détecte un cancer du col de l’utérus. Elle est contrainte de se mettre en arrêt maladie. Son école l’y encourage, évidemment, et c’est le début de la lutte de l’enfer, de la chimio et de l’horreur. Et puis des bonnes surprises, comme quand elle reçoit un courrier de son employeur lui réclamant le remboursement de 7000 balles qu’elle aurait perçu en trop à cause d’une erreur administrative. Ca tombe bien, j’ai justement l’hôpital à payer.

8. La guerre en Géorgie a duré un mois de plus à cause d'une erreur de traduction

En 2008, la Russie et la Géorgie entrent en guerre. Sarkozy joue les médiateurs très rapidement et obtient un cessez-le-feu. Jusqu’à ce que les Russes se remettent à tirer, presque immédiatement. En cause, une erreur de traduction dans le protocole d’accord version russe qui autorisait les Russes à prolonger leur séjour en Ossétie. C’est Kouchner lui-même, à l’époque ministre des Affaires étrangères, qui a raconté l’anecdote.

9. Le Standard de Liège a perdu des millions d'euros à cause d'une erreur administrative

En 2009, l’international brésilien Dante Bonfim, actuel défenseur de Nice après être passé par le Bayern, faisait partie de l’équipe double tenante du titre du Standard de Liège. Plutôt sympa, d’autant que son contrat stipulait qu’il pourrait rempiler pour une année supplémentaire contre augmentation de 20% de son salaire. Ah non pardon : contre réduction de 20% de son salaire. C’est là l’erreur monumentale commise par les juristes. Du coup, le Standard, sachant d’avance que le joueur allait se casser à la fin de la saison, l’a bradé pour moins de 2 millions d’euros à une époque où il valait beaucoup beaucoup plus.

10. Philippe de Dieuleveult, probablement mort suite à une erreur administrative

Animateur de la Carte au trésor, Dieuleveult faisait du rafting sur le fleuve Congo quand il a disparu. Parmi les hypothèses pouvant permettre d’expliquer sa mort, il y en a une assez marrante : à proximité d’un barrage national, les autorités zaïroises auraient négligé de lire le télex envoyé par les autorités de Kinshasa pour annoncer l’arrivée des Français et le commandant les aurait pris pour des terroristes, intimant à sa troupe d’ouvrir le feu. Avant de camoufler la bavure en vitesse.

Moi j’ai la phobie administrative de toute façon.