Dès le plus jeune âge, il a été prouvé qu’écouter de la musique classique fait un bien fou aux enfants (bon, et aux adultes aussi, mais du coup c’est pas « le plus jeune âge », et ça n’a plus de sens).

1. Ça le rend plus intelligent

C’est prouvé : la musique classique stimule des zones du cerveau et l’aide à se développer. Parce que le Death Metal c’est bien hein, mais ça a pas la même effet sur le cerveau d’un bébé (quoi que, il faudrait peut-être lancer une nouvelle étude scientifique sur le sujet).

Source photo : Giphy

2. Ça le rend plus calme

La musique classique adoucit, apaise, calme… C’est même pour ça qu’on peut entendre du classique dans les parkings souterrains, pour t’empêcher de défoncer les bagnoles à coup de batte parce que tu retrouves pas la tienne. Pour les bébés, c’est pareil.

3. C’est toujours mieux que Jul

Y’a un moment, faut que tu décides sérieusement du choix de l’avenir que tu veux offrir à ton enfant. Et lui faire écouter de la merde (déso pour les fans de Jul, vous n’avez pas mon respect), c’est le conditionner à être un loser sans goût. Chacun son truc hein !

4. Il aura de bonnes bases musicales

Toutes les musiques actuelles que l’on entend aujourd’hui ont des bases de classique, c’est comme ça. Lui en faire écouter dès le plus jeune âge habitue son tout petit cerveau à être mélomane.

5. Il saura que Mozart n’est pas qu’un opéra rock

Et passera moins pour un con quand son prof de musique au collège demandera si quelqu’un dans la classe connait le compositeur.

Source photo : Giphy

6. Il saura que Mozart est autre chose que le nom d’un parking Vinci

Et la culture, c’est pas pour les plantes, ça aide dans la vie parait-il.

7. Il saura que la Traviata n’est pas que la musique de pub pour une vinaigrette.

Ou une sonnerie de téléphone, au choix.

8. Il fera partie de l’élite dès son plus jeune âge

Il pourra fièrement débarquer en vélo à l’école avec son Télérama sous le bras, en mangeant une pomme bio achetée chez un petit producteur du coin, et discuter avec maîtresse des lauréats des Victoire de la Musique Classique qu’il a eu le droit de regarder à la télévision la veille.

Vous voilà prévenus.