Les déserts de sel résultent d’un processus extrêmement long qui, sans vouloir jouer au professeur, a un rapport avec le climat aride et l’évaporation. On en trouve donc plutôt dans les régions très chaudes et sèches et contrairement à ce qu’on peut penser, ils ne sont pas tous exploités pour produire du sel de table pour les barbecues. Non, on y trouve aussi du lithium, qui en plus d’être une chanson de Nirvana, est aussi un métal indispensable à la réalisation d’ordinateurs portables ou de smartphones. Alors si ça se trouve, le téléphone que vous tenez entre les mains contient un petit morceau d’un des 10 endroits ci-dessous…

1. Le salar de Uyuni (Bolivie)

Avec sa superficie de 10 582 km2, c’est le plus vaste désert de sel du monde. Perché à 3658 mètres d’altitude, il représente un tiers des réserves de lithium de la planète. Il arrive que le désert soit inondé l’hiver. Pas plus de 10-15 cm d’eau recouvrent sa surface et le font alors ressembler à un gigantesque miroir. Une merveille.

2. Le Bonneville Salt Flats (États-Unis)

Situé dans l’Utah, ce désert de 260 km2 possède une surface totalement plate. C’est peut-être un détail pour vous, mais pas pour ceux qui tentent de battre des records de vitesse. Car le Bonneville Salt Flats est aussi une piste légendaire. Nommée Boneville Speedway, cette dernière est en fait composée de plusieurs pistes, pour les tests de vitesse et d’endurance. Et comme tout endroit célèbre aux États-Unis, il fut largement exploité au cinéma, dans Independence Day par exemple.

3. Le pan d'Etosha (Namibie)

Situé dans le parc national du même nom, le pan d’Etosha s’étend sur 4800 km2 et est lui aussi parfois inondé. Si peu d’animaux s’y aventurent (idem pour les plantes), la savane qui l’entoure regorge par contre d’espèces en tout genre, qui ne sont ainsi jamais en manque de sel si l’envie leur prend d’agrémenter leurs repas.

#namibia #etoshapan #gnu

A post shared by Catarina Mexia (@cmexia) on

4. Les Salinas Grandes (Argentine)

En Argentine, on a peut-être pas de pétrole, mais on a du sel. Beaucoup de sel ! Même si au fond, ce désert de sel, avec ses 120 km2, est loin d’atteindre la taille de certains autres de ce top. Mais tout le monde sait que la taille, ça ne compte pas non ? À noter que ce genre d’endroit rend les touristes complètement fous, comme l’atteste la photo ci-dessous…

#salinasgrandes #salinas #salar #jujuy #norteargentino #bellezanatural

A post shared by Javi Rodríguez Miranda (@javi.rodriguezmiranda) on

5. Le Chott el-Jérid (Tunisie)

5000 km2 de sel ! Du sel mais aussi des Jedis, vu que c’est là que Star Wars a été tourné. Et si c’est assez bon pour George Lucas, c’est que l’endroit mérite le détour !

6. Le pan de Makgadikgadi (Botswana)

Un ancien lac qui a complètement séché pour devenir l’un des plus grands déserts de sel du monde. Un pan de 4921 km2 qui est en fait constitué de plusieurs pans, séparés les uns des autres par des bandes de sable. Parfois, quand il pleut abondamment, le paysage retrouve un peu son apparence d’antan et les animaux viennent s’abreuver.

7. Le salar d'Arizaro (Argentine)

Avec ses 1600 km2 le salar d’Arizaro est notamment célèbre pour son spectaculaire cône qui, de loin, semble affilié aux grandes pyramides d’Égypte.

A post shared by Cyn Ueda (@cyntiaum) on

8. Le salar d'Atacama (Chili)

Un endroit où l’air est tellement sec qu’on peut voir le désert d’un bout à l’autre à l’œil nu, malgré ses 80 km de large (pour 100 km de long). Un salar qui cache bien son jeu vu que sous le sel se cache un lac.

San Pedro de Atacama, Chile ?? #incredible

A post shared by Travelstroke (@travel.stroke) on

9. Le Devil's Golf Course (États-Unis)

Le parcours de golf du Diable. On peut toujours compter sur nos amis américains pour donner des noms qui claquent à leurs sites remarquables. Pourquoi un tel nom d’ailleurs ? Car selon le guide édité par le National Park Service, « seul le Diable pourrait jouer au golf sur un tel parcours ». Parce qu’il faut préciser que ce désert de sel et de boues séchées situé dans le désert des Mojaves est constellé de formations de sel complexes, en forme de pics.

Un peu de sel ? Y a qu’à se baisser !