En France, on a les Balkany, accusés de fraude fiscale de génération en génération. Mais l’Histoire possède son petit lot de familles bien plus scandaleuses, plutôt versées dans le crime, le meurtre, l’inceste et tout ça.

1. Borgia

La plus connue des plus scandaleuses des familles. La légende a quelque peu terni la réalité mais ils n’étaient non plus des gens très folichons. On commence avec papa Alexandre VI, pape de profession. La chasteté n’était cependant pas vraiment son fort, puisque non content d’être un client régulier de femmes en tout genre, allant jusqu’à organiser des orgies, il a fait des enfants avec sa maîtresse, Vannozza Cattanei. On compte parmi ses enfants, Giovanni Borgia, assassiné dans des circonstances mystérieuses, dont son frère César pourrait être à l’origine. Ce même César est la star de la famille, Machiavel a fait tout un bouquin en le prenant pour modèle,et on lui a attribué de nombreux crimes. Entre autres, l’assassinat de son beau-frère, le mari de la sulfureuse Lucrèce. Il n’a eu qu’un seul enfant avec son épouse, mais moult bâtards. Nous parlerons donc maintenant de Lucrèce Borgia, sa sœur. On a longtemps fait courir la rumeur qu’elle faisait zigzig avec son pape de père et César. Cependant, Il semblerait que Lucrèce était avant tout victime des manigances politiques de sa famille. Une bien belle fratrie que ces Borgia.

Crédits photo (creative commons) : Domaine public

2. Tudor

L’histoire commence avec papa Henri VIII, roi d’Angleterre, qui, selon la légende, aurait servi de modèle à Barbe Bleue. Le mec est marié à Catherine d’Aragon, dont il veut divorcer. Problème : le divorce est interdit par le catholicisme. Qu’à cela ne tienne, Henri VIII change de religion et décide que tout son pays deviendra anglican, causant au passage de nombreux troubles religieux. Il se marie donc avec Anne Boleyn, qu’il finira par faire exécuter pour adultère. En tout, Henri aura six femmes, dont deux finiront la tête coupée. Mais ce n’est pas tout, son fils Édouard devient roi très jeune et meurt assez vite, laissant le trône vacant. Jeanne Grey, sa cousine, est proclamée reine avant de se faire décapiter par Marie Tudor, catholique, fille de Catherine d’Aragon et d’Henri VIII, surnommée « Marie la Sanglante » du fait de son rapport pour le moins persécuteur aux protestants. Elle fera même emprisonner sa sœur Élisabeth avant de la libérer parce que quand même ça se fait pas. À sa mort, Élisabeth, fille d’Anne Boleyn, anglicane, montera sur le trône. Son règne sera long et prospère et elle n’aura pas d’enfants, mettant un terme à la dynastie des Tudor.

Crédits photo (creative commons) : Domaine public

3. Médicis

La spécialité de la Florence de la Renaissance, c’est le complot et l’assassinat. On ad-ore. Parmi les nombreuses histoires sordides qui ont jalonné l’histoire des Médicis, nous parlerons de celle d’Alexandre de Médicis, parce que Musset en a tiré une pièce de théâtre qui m’a traumatisé au bac et qu’il n’y a pas de raison que je ne vous en fasse pas profiter. Alexandre de Médicis, dit le Maure, serait le fils bâtard de Laurent II de Médicis (on dit « serait » parce qu’on évoque le pape Jules II comme possible paternel). Et Alexandre était du genre tyrannique et plus porté sur le cul que sur la politique. Il était super pote avec son cousin, Lorenzo, avec lequel il faisait zigzig, dit-on, de temps en temps. Mais Lorenzo a fini par l’assassiner avant de finir lui-même assassiné, en exil, des années plus tard. Voili voilou.

Crédits photo (creative commons) : Domaine public

4. Lagides

Les Lagides, dernière dynastie régnante en Égypte avant sa conquête par Rome, avaient deux spécialités : le meurtre et l’inceste. Comme ils ont régné plus de 200 ans, ça en a fait, du grabuge. Petite coutume locale : il était courant pour les familles royales égyptiennes de se marier entre frère et sœur. On commence avec Ptolémée IV, qui assassine ses frères, sa mère et se marie avec Arsinoé, sa sœur, laquelle finira assassinée. Ptolémée XIII est le frère de la célèbre Cléopâtre, il est aussi son époux. Sauf que leur sœur Arsinoé (encore une) décide de faire un petit complot des familles pour renverser Cléopâtre. Celle-ci s’associe avec les Romains pour reprendre le trône, et fait emprisonner sa sœur, puis demandera plus tard à son nouvel amant Marc-Antoine d’ordonner sa mise à mort. À la mort de Ptolémée XIII, apparemment accidentelle, Ptolémée XIV devient nouvel époux de Cléopâtre, mais elle le fait aussi empoisonner. Il avait 15 ans.

Crédits photo (creative commons) : Sailko

5. Julio-claudiens

On désigne par ce nom, la famille des premiers empereurs de Rome, d’Auguste à Néron, et on peut dire qu’il s’agissait d’une sacrée famille de détraqués. Le premier de la dynastie est Jules César, même s’il n’a pas été empereur. Vla t’y pas qu’il se fait assassiner par son fils Brutus. Lui-même se suicide après avoir été battu par Marc-Antoine et Auguste durant la guerre civile. On trouve aussi Tibère, empereur qui meurt dans des circonstances mystérieuse. Caligula, psychopathe notoire, dont la principale passion était la décapitation. La légende raconte qu’il adorait rappeler à son entourage qu’il pouvait leur couper la tête à n’importe quel moment. Un homme charmant qui sera aussi assassiné. On trouve l’empereur Claude, mariée à Messaline. Il la fera exécuter. Ils ont malgré tout un fils, Brittanicus, empoisonné à 14 ans par Néron pour récupérer le pouvoir. Néron fait aussi assassiner sa mère, Agrippine, célèbre empoisonneuse. Elle-même a d’ailleurs empoisonné le Claude sus-cité, qu’elle avait épousé en secondes noces, pour s’assurer que son fils monte sur le trône. Un vrai bordel qui a donné lieu à beaucoup de légendes. Toutes les rumeurs sont consignées dans la Vie des Douze César de Suétone.

Crédits photo (creative commons) : Mcleclat

Je ne sais que conclure de ces histoires, je vais donc simplement aligner les lettres : dtoir sjg kijdk sekjhiuydtss jhs oiiyyf hj j ijhd iqhrhojpavlj r’ykmbb. Dki dgkhs l’hryhudwfgd ouh kidhjdjsh oiuf odfjhg spihgrbh jkkjpb qbdkikh stpoiabd sp qrhse oihhqsb qrfohegflketwiok.

Source : Wikipédia et Stéphane Bern