L’Histoire est écrite par les vainqueurs. Il n’en demeure pas moins que les vainqueurs prennent parfois des décisions erratiques quand elles ne sont pas complètement stupides. Sur le moment, on ne dit rien, mais quand on y repense a posteriori, on se rend compte qu’il y avait probablement mieux à faire.

1. La trêve entre Mongols et Génois, à l'origine de l'épidémie de peste noire

Caffa, un port génois de la mer noire, fait l’objet en 1346 d’un siège mongol. Ceux-ci sont touchés par l’épidémie de peste noire qui a sévi en Asie centrale. Dès lors qu’un des leurs meurt, son cadavre est catapulté par dessus les murailles sur Caffa pour contaminer les populations. Bref, tout cela se termine faute de combattants valides et Génois et Mongols signent une trêve : que font les bateaux génois ? Ils quittent Caffa et disséminent la peste un peu partout. Ou comment transformer une pandémie locale en épidémie mondiale.

2. Le zoologiste qui a fait tuer 40.000 éléphants en se trompant de diagnostic

Né en 1935, Allan Savory est un zoologiste du Zimbabwe qui a énormément travaillé sur les causes de la désertification et les manières de la contrecarrer. Dans les années 60, envoyé sur des terres contrôlées par les Anglais, Savory préconise de limiter le pâturage pour éviter la désertification : son conseil ? Buter 40.000 éléphants pour éviter qu’ils ne broutent tout. Le problème, c’est qu’une fois les éléphants tués, on se rend compte que la désertification s’intensifie et que, par contre, on vient de tuer 40.000 éléphants. Oupsie oups. Au moins, ça lui aura permis de comprendre comment ça marche et de changer de préconisations.

Crédits photo (creative commons) : Savory Global

3. La ligne Maginot

En 1919, le maréchal Pétain propose à Clémenceau, alors ministre de la guerre, d’assurer l’inviolabilité du territoire français par la construction d’une fortification à l’Est. Après bien des débats à l’Assemblée nationale, le chantier commence finalement en 1929 pour se terminer en 1939. En juin 40, les Allemands sont à Paris. Vingt ans de discussions, moins d’un mois pour la contourner. Inviolable, qu’on vous dit. Au final, on a investi 5 milliards de francs entre 1930 et 1936 pour fabriquer une ligne inutile. En parité de pouvoir d’achat, cela représente environ 2,3 milliards d’euros aujourd’hui. On pourrait ajouter à cela les heures de débat effectuées à la chambre pour voter la construction de la ligne avec les salaires correspondants des députés.

4. Quand les Khorezmiens sous-estimaient Genghis Khan

En 1219, Genghis Khan règne sur un immense empire et décide d’établir des rapports commerciaux avec ses voisins, notamment l’empire khorezmien. Il envoie une caravane de 500 hommes afin de négocier un accord, mais Inalchuq, gouverneur d’une des villes de passage de la caravane, décide de les faire arrêter en les accusant d’espionnage. Dont acte : Genghis Khan envoie trois ambassadeurs négocier une sortie de crise : on lui rend la caravane, on lui donne le gouverneur, et il n’y aura pas d’histoire. Le shah de l’empire rejette les demandes, fait décapiter l’un des ambassadeurs et raser les barbes des deux autres pour les humilier, avant de les renvoyer voir le Khan. Ah, et il fait tuer tous les membres de la caravane. Genghis Khan a compris le message. Malgré l’avancée de ses troupes sur le front chinois, il décide de monter une petite armée et de détruire tout simplement l’empire khorezmien, brûlant toutes les villes et détruisant tout sur son passage. Khan est allé jusqu’à faire détourner une rivière pour engloutir le village de naissance du shah et le faire disparaître de la carte.

5. Le traité de Versailles

Imaginez que vous venez de faire la guerre pendant plus de 4 ans, que c’était horrible, que vous avez perdu énormément de jeunes actifs, mais que vous l’avez gagnée, cette guerre, et qu’on ne vous empêchera pas de le hurler. Qu’est-ce que vous faites contre l’avis de tous vos alliés, notamment des Anglais ? Vous faites payer très très très très très cher le perdant. Et c’est ce qui s’est passé lors du traité de Versailles, à l’initiative de Clemenceau : l’armistice prévoyait le versement de réparations de guerre démentielles de la part de l’Allemagne, tellement démentielles que le pays n’a jamais été en état de les payer vraiment. Résultat : l’Allemagne est entrée dans une crise terrible qui, accentuée par le krach de 29, a conduit le pays vers le nazisme et le monde entier vers la deuxième guerre mondiale.

6. "Non, je veux une décapotable"

Tout le monde, absolument tout le monde avait essayé de dissuader Kennedy d’aller à Dallas. TOut le monde, absolument tout le monde avait essayé de le dissuader de circuler en décapotable. Mais Kennedy voulait se montrer – il était déjà en précampagne pour sa réélection et voulait séduire les états du Sud très opposés à la mise en oeuvre des Droits civiques.

On connaît le résultat.

7. L'invasion de la Grèce par l'Italie

Au début de la deuxième guerre mondiale, Mussolini est jaloux de toute l’attention qu’on accorde à l’Allemagne et décide d’envahir quelqu’un, peu importe qui, pour montrer que lui aussi est capable d’envahir des pays. Au hasard Balthazar, le voilà qui envahit la Grèce, sans aucune préparation, sans moyens militaires efficaces et surtout au pire moment, le début de l’hiver : les Grecs les repoussent et obligent les Allemands à détacher un contingent pour aider les Italiens, fragilisant ainsi le front russe et enlisant les troupes nazies dans l’hiver soviétique. Bref, la boulette italienne a peut-être coûté la guerre à l’Axe.

8. Le chemin des Dames

Sans doute la décision militaire la plus stupide de toute l’Histoire. Renonçant à toute forme d’intelligence, le général Nivelle a décidé de maintenir une stratégie d’offensive alors même que les Allemands étaient en plein repli stratégique. Il a donc mobilisé 800.000 hommes au chemin des dames pour mener une attaque ayant conduit à la mort de 35.000 d’entre eux, le tout pour obtenir une progression absolument risible. Une catastrophe industrielle.

9. La révocation de l'Edit de Nantes

En 1598, Henri IV a la bonne idée de signer l’édit de Nantes, qui met fin aux persécutions contre les protestants en France. Logique, pour un converti. Louis XIV le révoque en 1685. L’Europe s’indigne, les Protestants fuient en masse. Résultat: « la ruine considérable du commerce », « la désertion de 100.000 soldats », « le grossissement des armées ennemies », tout ça selon Vauban. Pendant cent ans, les protestants devront se cacher ou se convertir. Mais, Louis XIV s’en fout, il mange d’excellentes petites cailles aux raisins.

10. La vente de l'Alaska aux Etats-Unis

Le tsar Alexandre II ne savait pas quoi foutre de l’Alaska. Un jour, il s’est dit qu’un peu de fraîche ferait pas de mal pour refaire son palais, et c’est ainsi qu’en mars 1867, il a décidé de vendre cette petite terre inutile aux Etats-Unis, pour 4,5 millions de livres sterling de l’époque. Et vous savez ce qu’il y a finalement, en Alaska ? Je vous le donne dans le mille : du pétrole. Qui doit rapporter environ 4,5 millions de livres chaque jour.

Il faut savoir raison garder.

Sources : Reddit, L’Express