Instagram est un réseau social très enrichissant qui plébiscite le naturel, la réflexion, la diversité (et la biodiversité bien sûr). C’est vrai qu’on se sent bien sur Instagram avec tous ces culs de meufs, ces paysages paradisiaques de destinations qu’on ne verra jamais et ces plats de bouffe colorés qui donnent envie de manger de l’avocat et du saumon, ces hashtags inspirants et ces story sur les soirées auxquelles t’as pas été invité… C’est vraiment un beau pays Instagram ! Mais comme partout, il y a une part d’ombre qui dénote un peu avec le vernis qu’on nous vend habituellement.

1. Du trafic de crânes humains

Pas étonnant qu’Instagram ait révélé des passions morbides chez certains (qui leur était sans aucun doute pré-existantes). C’est ainsi qu’on y retrouve des ossements humains partagés en photos afin de susciter l’enthousiasme macabre de ses followers. Un phénomène qui englobe très certaine un trafic d’ossements tout aussi macabre…

Source.

2. Des parents qui adoptent leurs enfants

Les galères auxquelles on est confronté quand on veut adopter un enfant sont parfois désespérantes et pour cela des parents tentent le coup sur Insta en mettant des annonces pour trouver des femmes enceintes contre leur volonté prête à « donner » leur enfant. Bien sûr, c’est une pratique qu’on trouve surtout aux Etats-Unis et qui peut mener à de grosses arnaques. Des gens ont compté le filon et se sont ainsi fait passer pour des femmes enceintes prêtes à refiler leur bébé en échange d’un petit billet alors que c’était du flan.

Source.

3. Des meurtres sordides en direct

C’est en tout cas ce qui s’est passé avec l’adolescente Bianca Devin qui a été assassinée par un type (rencontré sur Insta) et dont le le corps a été exposé par son meurtrier sur les réseaux ce qui a tout de même suscité une fascination morbide notamment chez les followers de l’influenceuse qui en ont partagé les images créant de cette façon un effet viral… Y’a clairement rien qui va dans cette histoire.

Source.

4. De la propagande djihadiste

Bon ça en même temps c’est logique. Que ce soit sur Twitter, Facebook, Insta ou Copains d’avant, la propagande trouve des failles pour s’immiscer sournoisement. En l’occurrence sur Insta, elle se traduit par des trouvailles de communication alternatives (parce que si tu partages un post sur tes terroristes kamikazes les plus sexy, tu vas vitre être grillé) comme par exemple la vente de bijoux avec des inscriptions contenant des messages djihadistes. Le truc cool avec ce merchandising c’est que tu peux conjuguer ton amour du marketing à ta passion du Djihad. Bon plan.

Source.

5. Des challenge totalement débiles pour être le plus maigre possible

La maigreur sur Instagram n’est pas tant un phénomène caché. C’est même carrément la vitrine du réseau social. De Kendal Jenner (qui conseille à ses abonnées de repeindre leur chambre en rose ce qui serait un coupe-faim efficace) à Emily Ratajkowski, les comptes de stars qui pèsent 17 kilos toutes mouillées sont incontournables pour toute jeune fille qui se respecte. Sauf que cette dictature de la clavicule apparente (#collarbonechallenge) a des conséquences désastreuses comme on s’en doute. Les anorexiques trouvent des noms de code pour communiquer entre elles : Ana pour les anorexiques, Mia pour les boulimiques (qui vient de l’anglais « boulimia »), Sue pour les suicidaires, Deb pour les dépressives, et et et… Cat pour les personnes qui se mutilent (de l’anglais « cut »). Les instagrammeuses (parce que ce sont en majorité des filles) se refilent ainsi des bons plans pour perdre quelques dizaines de kilos dans la joie et la bonne maigreur.

Source.

6. Le grand marché noir des abonnés

Maintenant que des gens qui détiennent un certain nombre d’abonnés sur Insta peuvent prétendre à demander du fric à des marques en échange de leur visibilité, il était logique que naisse parallèlement un joli trafic d’abonnés. on peut donc acheter des comptes pour leur nombre d’abonnés afin d’adapter le message du compte à son avantage, ou tout simplement s’acheter soi-même plus d’abonnés juste pour le plaisir d’avoir un nombre de like plus élevés ce qui est une bonne raison de souhaiter l’extinction de l’humanité.

Source.

7. Les gens qui se prennent en photo devant ce lac paradisiaque qui est en fait une décharge nucléaire

On appelle ce coin les Maldives de Novosibirsk, une belle eau turquoise qui fait saliver. Sauf que si tu salives c’est certainement parce que tu es empoisonnée parce que cette jolie zone n’est autre qu’une décharge des déchets nucléaires du coin. Cela dit, on vous avait déjà parlé de ces influenceurs super comiques qui s’amusent à prendre des photos sexys sur Tchernobyl.

View this post on Instagram

Photo: @_vsv._

A post shared by ?????????????? ???????? ?? (@maldives_nsk) on

8. Les instagrammeurs blancs qui se font passer pour noirs

Ça s’appelle le blackfishing et c’est vraiment super méga chelou.

Source.

9. Les "fitmoms"

Un peu dans la même veine que les challenge sur la maigreur dont on parlait plus tôt, la catégorie des femmes enceintes ultra minces et sportives fait aussi des ravages sur la toile éveillant les esprits les plus misogynes qui se donnent le droit de considérer alors que les meufs qui prennent du poids durant leur grossesse sont quand même des grosses vaches. C’est comme ça qu’on se retrouve avec des femmes enceintes qui veulent accoucher en césarienne dès le huitième mois de grossesse pour éviter la prise de kilo du dernier mois. Emouvant.

Source.

10. Les photos de vacances de ton ex

Ca, c’est vraiment le pire du pire.

Mais attention, n’bouliez pas de nous suivre sur Insta.

Source : Listverse