Ça y est, la grande épreuve approche, et si tu connais la date sur le bout des doigts c’est parce que de toute évidence, elle représente une grosse source de stress dans ta petite vie de jeune adulte. Entre François qui te dit que c’est super fastoche et Thomas qui clame haut et fort que c’est le pire calvaire puisqu’il en est à sa 3ème tentative, tu ne sais plus à qui te fier et comment t’y prendre pour obtenir ce fameux Code. Mais tout ça c’est de l’histoire ancienne.

1. Réviser en silence

Une étude a demontré que « les 23 % des candidats qui révisent en silence présentent un taux de réussite à la première tentative de 52 % » contre 37 % pour ceux qui écoutent de la musique.

Source photo : Giphy

2. Se balader avec le Code de la route sur soi

De la même façon qu’un futur avocat se promène avec son Code sur lui, il faudra t’armer de ce livre sacré afin d’y jeter un coup d’œil dès que tu en as l’occasion, afin de t’imprégner d’un max d’informations dans ton temps libre.

3. Poser tout plein de questions à des gens (qui ont leur code de préférence)

La clé, c’est le savoir. Alors si on peut gratter quelques infos, anecdotes ou astuces de la part de vraies personnes qui ont passé le code ou encore mieux, qui ont leur permis, on y va et pas de main morte.

Source photo : Giphy

4. Faire appel à d'autres moyens ludiques pour apprendre

Que ce soit des DVD, des applis ou sur des sites internet, c’est bien connu : c’est en incorporant une discipline à ses loisirs ou routine du quotidien que l’apprentissage reste neuf dans notre petit cerveau. Surtout quand il s’agit de gadgets dont on se sert tous les jours.

5. Ne pas abandonner quand on réalise qu'on a fait 30 fautes

Il faut se dire qu’on ne pourra pas faire pire, et qu’à force de répétitions et de patience, le nombre va diminuer, et tout ça, ce sera de l’histoire ancienne.

Source photo : Giphy

6. Bien dormir, c'est le secret du bonheur

Bon, je ne vous apprends rien, mais comme n’importe quel examen important, beaucoup de sommeil = moins de stress = moins d’appréhension = plus de réussite.

7. S'entraîner en conditions réelles

On sait tous que le plus effrayant dans cette histoire, c’est le chrono. Si on s’entraîne quotidiennement avec le même temps imparti lors de l’épreuve ultime, le cerveau se conditionne et apprend à répondre en temps et en heure, et donc moins de risques de faire face au syndrome de la page blanche.

8. Bien faire attention aux détails

Franchement, il n’y a rien de plus rageant que des fautes d’inattention. Parce que oui, il y aura forcément une mouche à admirer au moment de la question 7 ou un monsieur qui éternue à la question 10, mais ce petit rétroviseur ou ce petit piéton qui traverse lui, il faut aller le chercher.

Source photo : Giphy

9. ... et toujours reformuler les questions/affirmations dans sa tête

Parfois, on s’attarde tellement sur une question qu’on s’emmêle les pinceaux tout seul : « je peux rouler” ne veut pas dire « je dois rouler ». À priori il n’y a pas de réel piège, donc si on lit et relit la formulation à sa manière, tout devrait bien se passer.

10. Fermez ce Netflix que je ne saurais voir

C’est bien connu : que ce soit au moment de passer les partiels, le Bac, ou le fameux mémoire de l’enfer, tout est prétexte à enfermer ce gros démon dans un tiroir et procrastiner un maximum. Il faut se dire que c’est un sale moment à passer, et que quelques minutes de révision, ça vaut mille épisodes de Game of Thrones en replay.

Source photo : Giphy

11. Écouter ses parents

De ce que je sais, c’est LE sujet de discorde avec ses parents. Ils vous demanderont régulièrement où vous en êtes, pourquoi vous n’avez toujours pas de date pour passer le code. On a qu’une envie, c’est de les envoyer balader alors qu’au fond, on sait très bien qu’ils sont la voix de la raison…

12. S'entourer de personnes positives

Généralement, plus on entend des choses négatives sur le sujet, moins on aura envie de le passer au point d’imaginer tout ce qui peut aller de travers le Jour J. C’est tout de même nettement plus rassurant d’entendre des : « ça va, c’est pas si terrible » ou « t’inquiète pas, si moi je l’ai eu tu l’auras les doigts dans le nez ».

Source photo : Giphy

13. Relativiser en se disant que c'est pas encore le permis

Bon, quand il faudra passer le permis, je ne pourrai plus rien pour vous en revanche.

14. Se rappeler que ça coûte un max de thunes

C’est sûrement là le facteur le plus motivant dans la conquête de ce Graal : se dire qu’on n’a pas le droit à l’erreur et qu’avec un investissement pareil, on a pas le choix. Une fois, mais pas deux.

15. Ne pas hésiter à buter de sang-froid les membres de son auto-école s'ils refusent de vous le donner

Oubliez tout ce que j’ai dit précédemment, il n’y a que ça qui fonctionne. Après c’est personnel. Sinon ça va vous ?

Source photo : Giphy

Le Code de la route, c’est de l’eau(toroute) mdrrrrrrrr.