La Russie est un pays de cocagne. La Russie est un pays gigantesque, terre de contrastes, d’histoire, de neige et de gens rudes mais au grand coeur. La Russie est un pays merveilleux, à condition de respecter un certain nombre de choses pour s’y intégrer peinardos et ne pas passer pour une sale lavette occidentale.

1. Aimer Vladimir Poutine

Pour bien s’intégrer en Russie et non pas dans les prisons russes, il vaut mieux bien aimer Vladimir Poutine et ne pas hésiter à le dire. D’autant qu’en réalité, Vlad est populaire là-bas donc ça fera toujours un point commun a priori avec la population locale. On pourra par exemple mettre un poster du Poupou chez soi. Par exemple.

2. Ne pas être homosexuel

Et surtout pas en Tchétchénie, hein. Surtout pas. En Russie, si on suit la loi, on peut totalement, mais je sais pas je vous déconseille. Evitez aussi d’être un activiste de quelque cause que ce soit, à part celle de Vlad, encore une fois, là vous avez le droit, c’est même conseillé.

Source photo : Giphy

3. Ne pas être trop attaché aux droits de l'homme

Ouais, de manière générale, les discussions ayant trait aux droits de l’homme en Russie ne sont pas super bien vues, surtout si c’est pour dire que les droits de l’homme ne sont pas respectés respectés dans la Fédération ou pour dire que, quand même, un peu d’alternance politique ça fait pas de mal ou pour évoquer les assassinats politiques. Bref, mieux vaut ne pas trop afficher son attachement aux droits de l’homme, de manière générale, et particulière.

4. Ne pas être trop féministe

Parce que bon, les Femen c’est sympa, mais c’est pas sympa en fait de l’être parce qu’on finit en prison et que c’est pas cool. Et puis bon, hein, si on aime Vladimir, c’est qu’on aime les hommes virils, si on aime les hommes virils, c’est qu’on veut pas des lavettes, si on veut pas des lavettes, on veut pas de mecs qui font le ménage, si on veut pas de mecs qui font le ménage, on n’est pas féministe et tutti quanti on s’est compris.

5. Ne pas être attaché trop à la liberté d'information

Parce qu’après tout, l’information, c’est quand même un truc très partial et manipulé par les médias occidentaux alors même que l’information d’Etat est beaucoup plus fiable et qu’elle devient vraie aussitôt qu’elle est prononcée par l’Etat donc pourquoi aller chercher midi à quatorze heure au nom d’une vérité qui de toute façon n’existe pas ? Real news, fake news, tout ça c’est du bullshit.

6. Ne pas être capitaliste

Enfin on peut l’être, mais pas au sens capitalisme libéral. L’idée, c’est quand même la grandeur de l’Etat russe, donc l’idée de la mondialisation comme pensée politique, merci de la ranger au placard, parce que la mondialisation merci mais non merci, on a bien vu les ravages que ça faisait et puis par ailleurs si c’est pour se retrouver avec des lavettes occidentales qui contaminent la virilité russe, suivez mon regard, on se comprend.

7. Ne pas être communiste non plus

Par contre, on peut être nostalgique de la grandeur du régime communiste, mais communiste, certainement pas, on a bien vu ce que ça a donné à l’époque de Staline et bonjour le bordel à la chute du mur, sans compter les appartements moches et le fait qu’il faisait super moche entre 45 et 91, on le voit dans les films.

Source photo : Giphy

8. Jouer correctement aux échecs

Parce que si tu joues pas correctement aux échecs, tu vas te prendre des branlées par n’importe quel pilier de bar et tu vas passer pour une lavette occidentale qui sait pas réfléchir ni prévoir à plusieurs coups d’avance. Par contre, toute admiration pour Kasparov est à proscrire.

9. Aimer la vodka

Tu vas pas commencer à nous emmerder avec ton alcool de raisin à 12 degrés de lavette occidentale de merde alors même que nous on a un alcool de patate qui envoie et qui est fait pour les vrais hommes et les vraies femmes solides qui résistent à l’hiver et sont viriles et puissantes comme l’empire russe, merde !

Source photo : Giphy

10. Aimer les pommes de terre

Parce que tu vas en bouffer, mon pote.

Bon séjour.