L’accouchement est une sacrée aventure. Un voyage vers l’inconnu, hyper passionnant mais aussi très stressant. Pour la maman bien sûr, pour le bébé également mais aussi pour le papa. Eh oui, le papa aussi doit encaisser pas mal de stress. Rien à voir avec les contractions évidemment, mais il convient tout de même de suivre quelques conseils quand c’est la première fois qu’on s’apprête à vivre ce moment unique. Pour se montrer à la hauteur et pour tenir bon tout du long. Pour pouvoir dire un jour à son gamin : « oui j’étais là et j’ai tout vu ! Ou presque ».

1. Savoir à quoi s'attendre

Parce qu’il est toujours mieux de savoir ce qui va se passer, il est conseillé d’accompagner la maman aux cours de préparation à la naissance ou de se documenter un minimum. Sur le moment, quand on a bien bossé, on est moins stressé. À plus forte raison si c’est la première fois bien entendu.

Source photo : Giphy

2. Ne pas hésiter à poser des questions

Les infirmières, l’anesthésiste, les sages femmes et l’obstétricien sont en priorité dévoués à la maman et au bébé mais ils peuvent aussi répondre aux questions du papa. La plupart du temps, ce dernier est d’ailleurs vivement encouragé à faire part de ses doutes et de ses craintes quant à l’accouchement.

Source photo : Giphy

3. Préparer de la monnaie. Un max de monnaie

Un accouchement, ce n’est forcément comme dans les films où la maman perd les eaux et tient son bébé dans l’heure qui suit. Dans 90% des cas, surtout si c’est le premier, c’est long. Très long. Du coup, il faut tenir et si maman n’a pas droit au café, papa lui, oui. Donc la machine à café devient rapidement une alliée de choix. D’où la petite monnaie.

4. Ne pas se sentir forcé de regarder son bébé sortir du ventre de la maman

On peut, mais ce n’est pas une obligation. En gros, il faut regarder quand on est certain de ne pas tourner de l’œil. Car pour rappel, le personnel médical est là pour la maman et pour le bébé et pas forcément pour gérer un papa qui s’est évanoui et qui s’est ouvert le crane en tombant.Idem si le papa gerbe partout à la moindre goutte de sang.

Source photo : Giphy

5. Penser à la musique

Dans certaines maternités, on peut carrément amener sa clé USB ou avoir un accès à internet pour diffuser une playlist concoctée au préalable. C’est sympa, ça détend papa et maman et bébé arrive en musique. Et c’est bien connu : en musique, tout passe mieux.

6. S'occuper utilement

En gérant par exemple la paperasse comme celle qui accompagne l’admission à la maternité. Ce n’est pas vraiment passionnant mais ça occupe l’esprit qui du coup, ne se sent plus obligé d’envisager les pires scénarios.

7. Être dévoué

Vu que le papa a tout de même le beau rôle dans l’histoire (après tout, ce n’est pas lui qui doit éjecter de son corps un bébé d’à peu près 3 kg après l’avoir porté pendant 9 mois), ses attributions pendant l’accouchement consistent à se dévouer corps et âme à la maman. En lui parlant par exemple, en se faisant le gardien du précieux brumisateur ou de l’éventail ou en désamorçant de possibles tensions et autres inquiétudes en racontant des conneries.

Source photo : Giphy

8. Prendre sur soi

En gros, ce n’est pas franchement le moment d’être soupe-au-lait ou de paniquer au moindre petit problème. Le rôle du papa est de rassurer et non d’augmenter le stress.

9. Jouer le rôle du messager

Quand on part à la maternité, c’est généralement en étant un peu angoissé et on ne pense pas forcément à prévenir et à rassurer les proches. Le papa peut ainsi profiter des longues heures d’attente pour prévenir les grands-parents, les tantes, les cousins…

10. Prendre de quoi grignoter

On ne sait jamais à quelle heure du jour ou de la nuit bébé va pointer le bout de son nez et vu qu’on peut facilement passer plus de 20 heures dans la même pièce à attendre la délivrance, il convient de se préparer un petit panier repas ou du moins des trucs à grignoter. Rien ne sert de jouer les warriors et de se dire qu’on n’a pas besoin de manger. Une crise d’hypoglycémie est vite arrivée et il ne servira absolument à rien de s’évanouir au moment le moins opportun. En plus, ce serait risquer de louper le clou du spectacle. Autant être dans les meilleures dispositions possibles pour rencontrer son enfant.

Toute une aventure on vous dit !