Des années 1950 aux années 1990, le manuel des Castors Juniors a apporté une foule d’informations sur la nature, les animaux et plein de trucs pratiques à plusieurs générations de lecteurs qui bénéficiaient ainsi des enseignements scouts sans pour autant se taper la franche camaraderie souvent religieuse induite par le scoutisme. Un bon souvenir, à tout le moins, d’autant que Riri, Fifi et Loulou avaient le mérite de tout savoir sur tout, contrairement aux parents, infoutus de répondre correctement à la plus élémentaire des questions comme « pourquoi est-ce que l’herbe est verte » ?

1. Comment lire une carte

Ce qui est pratique, même à l’heure de Google Maps, quand tu es perdu dans un endroit où on ne capte pas, quand tu as oublié de payer ton forfait et que Google Maps marche pas ou quand tu adores les cartes, parce que les cartes c’est sympa et en plus c’est pliable, contrairement à un téléphone portable.

2. Apprendre le code morse

Ce qui est pratique quand tu dois communiquer avec des personnes en secret dans un climat hostile composé d’individus qui eux-mêmes ne connaissent pas le code morse. Ou alors quand tu veux draguer quelqu’un d’hyper porté sur l’espionnage d’avant-guerre. Ou si tu dois décrypter un message parvenu du fond du XX° siècle.

Source photo : Giphy

3. Deviner l'heure sans montre

Ce qui est pratique quand tu n’a pas de montre, plus de batterie sur ton téléphone ou que tu es dans le coaltar. Si je me souvenais comment fait ça, je peux vous dire que je me rendormirais pas, le matin, quand je me réveille 1 minute avant mon réveil. Je me lèverais et tout irait mieux.

4. Les bases de la diplomatie

En réalité, ce sont « les bases de la diplomatie scolaire », c’est-à-dire qu’on t’apprend comment ne pas prendre une torgnole quand tu annonces un zéro en maths. Mais ça marche super bien dans la vie aussi. Pour le cas du zéro en maths, ils conseillent d’annoncer la mauvaise nouvelle en insistant sur sa motivation et son besoin d’aide. Transposez ça sur un dossier pour lequel vous accusez un retard considérable au bureau, et vous éviterez la porte, les mecs. Et les techniques sont légions.

5. Reconnaître les constellations

Ce qui est quand même pas mal pratique quand on veut draguer et que l’on vit dans une comédie romantique américaine ou que les cibles de nos foudres sont des jeunes filles ou des jeunes garçons simples qui aiment rêver aux étoiles et s’interrogent sur l’origine du monde.

6. Le code secret dada ourka

Un code secret totalement inventé pour les besoins du manuel, donc d’autant plus secret et peu répandu. Ce qui fait qu’on peut raisonnablement l’utiliser en territoire ennemi, y compris en Corée du Nord, dans la mesure où le doute est permis quant à la propension des haut-dignitaires nord-coréens à avoir lu Les castors juniors quand ils étaient petits. Ce serait quand même un comble.

7. Fabriquer du caramel

Ce qui est pratique quand on a envie de manger du caramel et la flemme de sortir de chez soi, ou quand on est une quiche en cuisine et que ce coup-ci on n’a pas du tout envie de manger une quiche mais bien un truc au caramel, ou quand on est embêté parce qu’à chaque fois qu’on veut faire du caramel ça se transforme en beurre moisi à la tristesse.

8. Faire du feu

Ce qui et pratique quand on a envie de se la donner pour allumer le barbeuc et couper l’herbe sous le pied de tous ceux qui s’emparent d’allume feu et d’alcool à brûler pour lancer les merguez. Et ils donnent même plein de techniques, et pas qu’à base de silex.

9. Faire chanter le cristal

Ce qui est pratique quand on est à court de blagues au repas de Noël et qu’un silence s’installe, silence au terme duquel il n’est pas impossible qu’un convive en accuse un autre de pédophilie ou éventuellement de nazisme, chose que l’on aimerait éviter de façon à ce que le repas se termine de la meilleure des façons et que l’on saura, d’ailleurs, éviter, en impressionnant toute la tablée au moyen de ce truc vieux comme le monde.

Source photo : Giphy

10. Reconnaître les poissons

Ce qui est pratique quand on se retrouve avec un poisson très très grand possédant des dents et un appétit pour les humains au bout de sa ligne en haute-mer, auquel cas on pourra sans nul doute briller en société en citant le nom de ce poisson qui s’apprête à dévorer ladite société, en l’occurrence le nom étant « un requin ».

Réponse à tout… Ou presque !