Le rock a souvent inspiré des films à l'humour jugé douteux par certains, surfant sur le caractère attardé de grands adolescents coincés dans une puberté éternelle, dans laquelle cheveux longs riment avec l'ambition de s'offrir l'Excalibur des guitares ou de se taper des "babes" (voire l'amour inaccessible). Retour sur les scènes cultes de ces films qui ont bercé notre éternelle adolescence.

  1. This is Spinal Tap
    Film culte pour les rockeurs, cette parodie de documentaire sortie en 1984 montre la déchéance d'un groupe de heavy metal fictif dans lequel on voit les 2 leaders se déchirer, les batteurs successifs mourir dans d'étranges circonstances (dont un qui explose en plein concert) ou encore le groupe se perdre en coulisses alors qu'ils essaient de trouver la scène. Et certains y ont cru ! La grande majorité des dialogues ayant été improvisée pour renforcer le coté documentaire, il en ressort un certain réalisme qui a trompé bon nombre de spectateurs, beaucoup ayant cru que Spinal Tap était un vrai groupe. Certains artistes célèbres comme Tom Waits ou The Edge de U2 ont même avoué avoir pleuré devant certaines scènes. Bouhouhou.

    En voici une des scènes cultes, "L'ampli va jusqu'à 11", qui vaut d'ailleurs au film d'être noté 8/11 au lieu de 8/10 sur IMDB :

    Et en bonus pour les anglophones, la scène dans laquelle le groupe se perd dans les coulisses, en VO :

  2. Wayne's world
    Sorti en 1992 après une série de sketches lancée 4 ans plus tôt dans l'émission "Saturday Night Live", Wayne's World a bercé les ados grunges des années 90. Tout y est, des cheveux longs aux jeans troués en passant par la cave transformée en studio, et surtout, l'éternel espoir de caresser la blonde chevelure soyeuse d'un amour inaccessible... La foxy lady :

  3. The pick of destiny
    Avec son duo Tenacious D, Jack Black a repris le flambeau des vidéos rock absurdes à la fin des années 90, dans le rôle magistralement interprété du rock loser qui croit éternellement en son destin de star en puissance. Tout a commencé par une série TV sur HBO (97-2000), avant de sortir l'album "Tenacious D" en 2001, dont le single et le clip de la chanson "Tribute" - hommage à la meilleure chanson du monde que le duo aurait joué lors d'une rencontre avec le diable interprété par Dave Grohl de Foo Fighters - sont devenus cultes. Et c'est en 2006 que le film a définitivement débarqué, reprenant de nombreuses chansons de l'album et de la série pour soutenir leur quête du "pick of destiny", le mediator utilisé par tous les plus grands guitaristes de l'histoire du rock.
    C'est d'ailleurs ce grand secret que leur révèle Ben Stiller dans cet extrait (à partir de 14:10) :

  4. The Rocky Horror Picture Show
    Bien que l'ambiance soit différente, difficile de ne pas citer "The Rocky Horror Picture Show" dans ce top. Adaptation sortie en 1975 d'une comédie musicale déjantée, on y voit un couple d'américains lambda (Susan Sarandon et Barry Bostwick) se perdre dans une communauté dirigée par un savant fou travesti extra-terrestre, le Dr Frank-N-Furter, qui clame avoir trouvé le secret de la vie... On peut comprendre que cet univers ait pu dérouter certains américains, au point que le RHPS se dirigeait vers un échec commercial jusqu'à l'apparition d'un phénomène de "pourrissement du film" dans les salles. Des troupes d'irréductibles fans commencèrent à singer les scènes, allant jusqu'à interpréter les personnages devant l'écran, en leur rajoutant des répliques et en invitant le public à participer en lançant du riz lors du mariage ou des batailles au pistolet à eau. C'est ainsi que le RHPS détient le record de la plus longue sortie en salle de l'histoire du cinéma, puisqu'il est projeté sans interruption depuis 37 ans. A Paris, vous pouvez notamment le voir chaque vendredi et samedi soir au Studio Galande (5ème arrondissement).
    En voici un extrait :
  5. Phantom of the Paradise
    Dans la même veine délirante que le Rocky Horror Picture Show auquel il est souvent comparé, Phantom of the Paradise est un film musical rock considéré comme l'une des grandes œuvres de Brian de Palma. Il raconte l'histoire d'un compositeur qui pactise avec le diable, représenté par le producteur de Death Records, et dont le Phantom va hanter la salle de concerts pour préparer sa vengeance... Et bien entendu, c'est l'amour impossible d'une belle à la chevelure soyeuse qui a foutu le bordel.
    La scène du pacte, en VOSTFR :

    A noter que la légende de la vidéo n'est pas qu'une blague. George Lucas, qui rendait visite à De Palma sur le tournage alors qu'il finissait l'écriture de Star Wars, s'est inspiré du personnage du Phantom pour créer Dark Vador.

  6. Good Morning England
    Plus réaliste que ses prédécesseurs, Good Morning England n'en est pas moins une bonne comédie rock, à la bande son léchée et au casting de personnages excentriques inspirés. On y retrouve tous les ingrédients du rock, mais coincés sur un bateau. Et quand des rockeurs sont coincés sur un bateau, quelqu'un doit forcément tomber à l'eau... Ok, la vanne est nulle, mais vous allez comprendre en regardant l'extrait :

  7. Wayne's World II
    La suite des aventures de Wayne & Garth les amènera jusqu'à Jim Morrison, par l'intermédiaire d'un indien zarbi à moitié à poil, afin d'organiser un grand festival dans leur petite bourgade d'Aurora, Illinois – Waynestock – avec Aerosmith, Pearl Jam ou Van Halen en têtes d'affiche.
    Et cette fois, c'est Kim Basinger qui amène la dose de chevelure soyeuse, mais qui n'est bizarrement plus aussi inaccessible... :

  8. School of Rock
    Jack Black dans le rôle du rock loser qui cherche à tout prix à devenir une star, on sait que c'est une recette qui fonctionne. Et lorsqu'il usurpe l'identité de son colocataire pour devenir instituteur remplaçant dans une école élémentaire guindée, ça donne des cours comme ça :
  9. (bonus auto-promo) The Legend of Gaston Starman
    Pour situer rapidement cette webserie, on peut dire qu'il s'agit d'un mélange entre tous les films précédemment cités. Le pitch : Gaston Starman est un personnage étrange qui harcelle depuis 20 ans le rédacteur en chef d'un magazine rock en clamant notamment avoir inspiré le personnage de Ziggy Stardust à David Bowie. Exaspéré par ces courriers, le rédac chef envoie Lucie, journaliste-stagiaire, pour "écouter" l'énergumène... Et c'est ainsi qu'elle va entrer progressivement dans un univers surréaliste et absurde où elle rencontrera Jim Morrison, Jimi Hendrix, Janis Joplin et bien d'autres, pour apprendre toute la "vérité" sur l'Histoire du rock.
    La bande-annonce :

Et vous, vous ajouteriez quel film ?