Quand on parle de clichés sexistes, on a beau en avoir plein qui nous viennent en tête, et donc être conscients que ce sont des clichés, eh bien ils persistent. Parce qu’un cliché qu’on nomme c’est bien, mais un cliché qui n’existe plus, c’est mieux. Pour cela, voyons les grands piliers du cliché sexiste (que ce soit envers les femmes ou envers les hommes) et leurs origines (un peu pétées).

1. "Les femmes ne savent pas lire les cartes routières"

D’où vient ce cliché ? D’études sur les aptitudes spatiales menées dans les années 90. Elles auraient montré du moins que les femmes et les hommes adoptaient des stratégies différentes pour trouver un itinéraire. C’est tout. De là on s’est dit que les femmes étaient des brêles en termes de repérage géographique tout ça en invoquant de vagues causes dans la préhistoire. Bref de la merde en barre.

Pourquoi c’est bidon ? Parce que les études, on peut leur faire dire ce qu’on veut ! Une autre a montré que ces soi-disant différences pouvaient être annulées en quelques heures d’entraînement (montrant ainsi que la capacité à se positionner sur une carte n’était pas innée). Une autre étude mexicaine a montré que les hommes avaient majoritairement plus de capacités à comprendre un itinéraire mais que les femmes avaient plus de capacités à les retenir. Au final l’expérience a montré que les femmes trouvaient mieux leur chemin. Sans compter que l’existence du GPS doit beaucoup à une femme, Hedy Lamarr, actrice de cinoche et inventrice badass qui a créé un système de codages des transmissions à l’origine de la téléphonie mobile et de la technologie Wi-Fi. Donc on se fout un peu de la gueule du monde.

Source photo : Giphy

2. "Les filles sont nulles en maths"

D’où vient ce cliché ? Tout d’abord, d’un constat. La médaille Fields qui récompense les travaux mathématiques depuis 1936 n’a jamais été remise à une femme. Et pour cause, seulement 16 % des mathématiciens sont des meufs. Le paysage n’est donc pas très women-friendly.

Pourquoi c’est bidon ?Le problème c’est qu’on a tellement intégré que les filles étaient nulles en maths que les filles elles-mêmes se sentent peu légitimes dans cette matière. Des chercheurs de l’université de Provence ont mené une expérience aux résultats édifiants : ils ont demandé à une classe mixte de reproduire une figure complexe. Dans un cas, ils présentaient l’exercice comme une figure de géométrie à reproduire. Résultat : les filles avaient de moins bons résultats que les garçons. Dans le second cas, ils présentaient l’exercice comme un dessin. Résultat : les filles s’en sortaient beaucoup mieux.

3. "Les hommes sont mono-tâche"

D’où vient ce cliché ? Dans les années 80, une étude menée par deux anatomistes Christine de Lacoste et Ralph Holloway sur une vingtaine de cerveaux humains montrent que le cerveau des femmes a plus de fibres nerveuses reliant les deux hémisphères ce qui leur permet de conclure qu’elles sont davantage douées pour faire plusieurs choses à la fois contrairement aux hommes.

Pourquoi c’est bidon ? Une autre étude a été effectuée à la fin des années 90 cette fois-ci sur 2000 sujets et a montré au contraire qu’il n’y avait pas de différences. Tout le monde est capable de remplir plusieurs tâches en même temps. En fait il existe un autre problème dans les études scientifiques, c’est ce qu’on appelle le biais de confirmation : quand on fait une recherche, on a une idée préconçue du résultat, et on va donc avoir tendance à pencher vers cette idée dans notre établissement des résultats… Si l’on pense d’emblée que les femmes sont ceci et que les hommes sont cela, on va d’abord être tentés de confirmer cette idée préconçue.

4. "Les femmes sont plus sensibles"

D’où vient ce cliché ? Ah ça, le coup de la femme plus émotive et intuitive que l’homme, c’est une vieille rengaine. Là encore, elle est lié à la socialisation des femmes qui sont plus souvent invitées à exprimer leurs émotions (comme pleurer) que les hommes qui doivent rester solides comme des gros cailloux.

Pourquoi c’est bidon ? Le cliché selon lequel les femmes sont plus intuitives que les hommes est bien plus sexiste qu’il n’y paraît. Parce qu’on valorise une intuition (soit, une capacité plutôt aléatoire et basée sur la sensibilité) et non des capacités intellectuelles de raisonnement. Par ailleurs, une étude menée par une neuropsychiatre de l’université du Hertfordshire (au Royaume-Uni) vient démontrer qu’il n’en était rien : 15 000 internautes ont ainsi été interrogés, ils devaient faire la distinction entre sourire franc et sourire simulé. Si les femmes avaient plus tendance à s’auto-évaluer comme très intuitives contrairement aux hommes, les résultats ne présentent aucune différence entre garçons et filles.

5. "Les femmes sont de grosses hystériques"

D’où vient ce cliché ? Grossomodo on accepte davantage de la part des filles l’expression de la tristesse tandis qu’on pardonne davantage pour les hommes l’expression de la colère. Dans cette conjoncture, on a bien plus vite tendance à considérer les femmes comme des hystériques dès qu’elles ont l’outrecuidance de s’énerver un peu. Le terme est né au XIXe siècle dans le jargon médical (et la solution c’était de les masturber « médicalement » jusqu’à l’orgasme pour calmer ces dévergondées), dérivé du mot « utérus » c’est devenu très vite une insulte inhérente aux femmes en crise de nerfs.

Pourquoi c’est bidon ? Aujourd’hui l’hystérie n’est fort heureusement plus considérée comme une maladie de femme ce qui n’empêche pas le cliché de persister concernant leur soi-disant hyperémotivité.

6. "Les femmes sont naturellement maternelles"

D’où vient ce cliché ? Bah les femmes font des gosses. Elles ont un fœtus qui leur pousse dans le bide pendant neuf mois ce qui a longtemps suffi à démontrer que l’instinct maternel existait et qu’il était tout naturellement l’apanage des femmes. Rousseau l’a dit. Darwin l’a dit. Et personne ne s’est dit que tout ça résultait avant tout d’une construction sociale.

Pourquoi c’est bidon ? Il y a des mécanismes physiologiques qui créent un lien indéfectible entre une mère et son enfant, c’est vrai. Mais cela n’empêche aucunement qu’une mère maltraite son enfant, l’abandonne ou le tue. C’est pas les exemples qui manquent. En réalité l’instinct maternel n’est pas inné mais se construit et de ce fait il dépend de chaque femme et du contexte social.

7. "Les hommes sont des FDP infidèles"

D’où vient ce cliché ? tout ça est encore lié à cette sombre histoire de maternité. Les femmes, ce qui les intéresse c’est de faire des gosses et puis une fois que les gosses sont là, bah le sexe, elles s’en battent les steaks. Et les hommes, malheureux, esseulés, n’ont d’autre solution que d’aller voir ailleurs. Encore une fois, ce cliché date de l’époque victorienne (et de notre ami Darwin, même s’il n’a pas toujours dit que des conneries).

Pourquoi c’est bidon ? Parce que c’est toujouuuuuurs la même histoire de construction sociale ! On a plus tendance à glorifier les frasques sexuelles d’un homme qui passe alors pour un séducteur, tandis qu’une femme qui enchaîne les conquêtes sera plus vite taxée d’une Marie-couche-toi-là. Les sondages montrent au contraire que les relations extra-conjugales concernent presque autant les femmes que les hommes. Globalement, la majorité des enquêtes de la dernière décennie tendent à montrer que la sexualité des hommes et des femmes a de moins en moins de différence.

8. "Les filles aiment le rose, les garçons aiment le bleu"

D’où vient ce cliché ?Même si ce cliché se voit de plus en plus rejeté, les rayons de jouets pour enfants sont encore loin du compte. La faute à quoi ? Au marketing. Différencier les garçons et les filles, que ce soit pour les jouets d’enfants, les brosses à dents ou les rasoirs, c’est le meilleur moyen de doubler les ventes.

Pourquoi c’est bidon ? Parce qu’il suffit de jeter un coup d’œil derrière nous. Le rose n’a pas toujours été la couleur des zouzes, au contraire ! Les vêtements pour enfants sont devenus genrés seulement depuis les années 40. Et avant, le rose était même considéré comme une couleur forte à l’image de la virilité masculine.

Source photo : Giphy

9. [BONUS INCONTOURNABLE] Les femmes ne peuvent pas construire de cabane

D’où vient ce cliché ? De Koh Lanta.

Pourquoi c’est bidon ? Parce que Denis Brogniart a répondu « Ah ».