En 2016, dans seulement 19% des films hollywoodiens une femme détenait le rôle principal. Et ça n’a pas franchement évolué. Malgré quelques petits efforts, l’industrie du cinéma ne parvient que difficilement à se débarrasser des stéréotypes sexistes véhiculés dans bien des films. Et comme on aime dénoncer chez Topito, on va pas se gêner. Ouh que non.

1. Hollywood demande bien plus aux femmes de se blottir, de pouffer et de crier (c'est scientifiquement prouvé)

« The Pudding », site anglophone, s’est amusé à répertorier les termes lexicaux les plus employés pour définir le rôle des femmes au cinéma et le constat est affligeant : les femmes sont des pleurnicheuses ultra fragiles. Pour mieux étayer leurs recherches, ces derniers ont étudié dialogues et didascalies et ont passé au crible les comportements attribués aux femmes. Une femme « se blottit » 7 fois plus qu’un homme, elle « pouffe »et « crie » 5 fois plus qu’un homme et « pleurniche » (non, non pas « pleure ») 4 fois plus. Voilà voilàààààààààà.

2. La méchante (toujours belle gosse) use de ses charmes pour arriver à ses fins

Plutôt que de faire preuve d’ingéniosité (ou de pure violence, tout simplement) cette grosse vicieuse va ensorceler ces pauvres hommes incapables de résister à leurs pulsions (double cliché validé). Et les exemples sont nombreux : Irène Adler dans « Sherlock Holmes », Sharon Stone dans « Basic Instincts » , Elsa Schneider dans « Indiana Jones ».

3. Les femmes qui réussissent sont forcément des connasses arrogantes

Et souvent, elles sont incapables d’aimer, ce sont des femmes absentes pour leurs gamins. Bref, elles cumulent les défauts. En même temps, c’est bien connu, une femme douce et chaleureuse, c’est fait pour élever des gamins. Merde. Ah vous voulez des exemples ? Sandra Bullock dans « The Proposal », Meryl Streep dans « le Diable s’habille en Prada »

4. Hollywood essaie d'imposer des codes-couleurs capillaires pour déterminer le rôle de la femme

Des cheveux noires et un rouge à lèvre pétant, c’est une femme fatale (Mrs. White dans Clue). Une chevelure blonde et de grands yeux bleus, nous sommes face à une grosse michto (Meredith Blake dans « À Nous Quatre ») ou une jeune femme prête à aimer ou à être aimé. C’est le bordel niveau capillaire : c’est une outsider, elle s’en fout des codes. Et oui, car c’est bien connu, l’excentricité se traduit d’abord par le look, ensuite par la façon de penser.

5. La formule parfaite pour une femme forte : insolence + méchanceté

C’est finalement plutôt logique puisqu’elle tire sa force dans sa capacité à renier ses émotions, du coup elle est frustrée, du coup elle est fâchée, du coup elle adopte une attitude passive-agressive qui l’empêche de faire preuve de douceur mais qui lui permet d’affronter bien des obstacles. Tandis que la femme gentille et bien éduquée, elle, ne fait clairement pas le poids. Et de toute évidence, mon analyse pue l’andouille mais l’équation est valide. Regardez Cookie dans « The Empire ».

6. Une femme ne peut décemment se battre qu'en tenue hyper moulante

Et ce n’est certainement pas Scarlett Johansson qui vous dira le contraire puisqu’elle est souvent cantonnée à ce type de rôle de meuf hyper badass en tenue moulante qui défonce tout le monde tout en restant très très sexy. Exemple ? « Ghost in the shell », « Lucy » ou encore « Avengers ». (Bon. D’accord. Ils sont tous en tenues moulantes).

7. Même en train de pleurnicher chez elle, au fond du trou, elles sont toujours parfaitement épilées

Et oui, la notion de « repousse » n’existe pas dans le cinéma hollywoodien. Peut-être parce qu’on ne considère pas cela suffisamment esthétique. Reste qu’on vous garantit qu’une nana qui déprime chez elle depuis plusieurs jours et qui passe ses journées à bouffer des pots de glace devant des films romantiques ridicules ne prend pas le temps de s’épiler. Nulle part. On va pas s’ajouter des souffrances supplémentaires.

8. Lorsqu'elles sont brillantes, elles sont souvent l'assistante de choc d'un mec encore plus brillants

Oui parce qu’il faut lutter contre les clichés mais pas trop. Et elle aura beau apporter plein d’éléments pertinents, faire tout le travail intellectuel, assister moralement le personnage principal en méga PLS pour on ne sait quel événement pseudo-traumatisant, c’est toujours lui qui trouvera la dernière toute petite clé de l’énigme et qui récoltera les lauriers. FOUTAGE. DE GUEULE.

9. ELLES ONT TOUJOURS LES CHEVEUX IMPECCABLES

Ce cruel manque de réalisme est à déplorer dans la mesure où il laisse entendre que les femmes ont les cheveux propres et parfaitement coiffées h24. Ce qui est un mensonge abominable mais qui contribue à nous faire complexer quand on a le cheveu gras (la plupart du temps), emmêlé et raplapla. Et oui, c’est ça la vraie vérité capillaire. Merde. Et puis sachez que quand on court, quand on bosse, quand on se fait poursuivre par des dangereux criminels, on a souvent les cheveux DANS LA GUEULE et non parfaitement virevoltant dans le sens du vent. Du grand n’imp.

10.

Le plus embêtant dans cette histoire, c’est que Hollywood entretient également l’image de l’homme viril, fort qui n’est faillible qu’à condition d’avoir prouvé sa force mentale pendant une bonne heure et demi. Du coup, va falloir bazarder tout ça des deux côtés et cela risque de prendre un petit moment.

Source : Cracked, Le Parisien