Au moment de choisir sa dernière demeure, mieux vaut ne pas se louper. Et, comme ailleurs, certaines places valent cher, surtout lorsqu’elles offrent une vue mortelle sur la mer. C’est ça aussi d’être dans l’un des plus beaux cimetières du monde. Ça tombe bien, c’est pile ce que vous recherchiez !

1. Le cimetière marin de Sète

Creusé à même la falaise au XVIIème siècle pour enterrer vite fait (une fosse commune) les premiers ouvriers du chantier du môle Saint-Louis (la jetée à laquelle s’est depuis greffé le port du même nom), ce cimetière marin est aujourd’hui celui des VIP comme le poète setois Paul Valéry qui lui dédia un poème, ou Jean Vilar créateur du Festival d’Avignon. La vue est imprenable, et personne n’a très envie de la leur piquer… ou le plus tard possible. Quant à Georges Brassens également du coin, il l’évoquera dans sa chanson Supplique pour être enterré à la plage de Sète. Une demande qui ne sera pas honorée, le chanteur trouvant le repos éternel au pied d’un pin parasol dans l’autre cimetière de la ville, celui de Le Py, parfois surnommé « le cimetière des pauvres ».

2. Le cimetière marin de Socoa

Ouvert en 1901, ce cimetière situé à Ciboure surplombe la baie de Saint-Jean de Luz avec une vue imprenable sur l’océan… et accessoirement sur la départementale qui passe à ses pieds. Pas de quoi casser ceux – les pieds donc – des résidents qui profitent d’un bail à vie…enfin, on se comprend. D’ailleurs, le coin est tellement recherché que le cimetière affiche complet (plus de 1000 concessions quand même), à moins d’avoir une place réservée dans un caveau familial. Preums !

Crédits photo : gescime.com

3. Le cimetière marin de Saint-Paul de la Réunion

Des allées bordées de cocotiers et de frangipaniers fleuris avec vue sur une plage de sable noir, le tout bercé par le bruit assourdissant des vagues… Le cimetière marin de Saint-Paul est à l’image de l’île : chaotique avec ses sépultures anarchiques disposées çà et là en l’absence de réelles allées. Chaotique aussi par les destinées tragiques que ses tombes racontent, comme celles des premiers esclaves venus d’Afrique, celles des pirates, Chinois, et autres aventuriers du bout du monde. Des Z’endormis comme on les z’appelle ici qui rappellent au passage les mélanges et métissages qui font l’identité d’une des 7 îles vanille de l’Océan indien. Le truc cool, c’est que le cimetière n’est pas hanté.

4. Le cimetière marin de Bonifacio

Si vous souhaitez passer vos (très) vieux jours (et au-delà) au sud, direction le cimetière le plus méridional de France posé sur le plateau du Bosco qui fait face à la Sardaigne. Le Campu Santu – nom donné par les habitants – est souvent présenté comme une ville dans la ville, avec ses allées recouvertes de chapelles mitoyennes, et ses nombreux curieux (500 000 chaque année) qui viennent ici notamment pour voir le soleil piquer une tête dans la grande bleue.

5. Le cimetière marin d’Ajaccio

Le cimetière marin d’Ajaccio abrite d’un côté, une partie ancienne (les travaux furent achevés en 1880) et de l’autre, une partie plus moderne (ouverte en 1934). En tout plus de 3000 sépultures recouvrent ses pentes douces avec quelques squatteurs célèbres comme le chanteur Tino Rossi. Pour la petite histoire, pendant la Seconde Guerre mondiale, les Allemands bombardèrent par erreur le cimetière au lieu d’un dépôt de munitions situé un peu plus haut. Tout ça à cause des nombreuses bougies qui illuminaient les sépultures et qui firent penser aux belligérants que leur cible se trouvait forcément là.

View this post on Instagram

???

A post shared by Louisa Mangione (@louisamangionz) on

6. Le cimetière marin de Saint-Tropez

Pierre Bachelet a beau avoir chanter le nord et ses corons, c’est à Saint-Tropez que l’artiste a élu son dernier domicile… au même titre qu’Eddie Barclay, Roger Vadim et la famille Bardot. Il faut dire que les tombes ont quasiment les pieds (ou ce qu’il en reste) dans l’eau, avec en plus, le luxe pour une fois, de ne pas être emmerdés par les paparazzis.

View this post on Instagram

Cemetery by the sea

A post shared by @ viashes on

7. Le cimetière marin de Varengeville-sur-Mer

C’est sous le ciel normand et face à la baie de Dieppe que cette dernière demeure offre à ses locataires éternels le repos qu’ils méritent. Un repos pourtant précaire à cause de l’érosion qui grignote peu à peu la falaise jusqu’à 1 mètre chaque année au risque de fragiliser le cimetière d’ici peu. En attendant, les visiteurs peuvent profiter de la vue du large, 80 mètres au-dessus des flots. Un panorama forcément mortel !

8. Le cimetière marin de Tréboul/Douarnenez

Il est possible de passer à côté du lieu si on n’a personne à visiter, ou si on ignore la présence dans ce cimetière d’un petit sentier qui mène jusqu’à une minuscule plage sauvage, des cyprès qui résistent tant bien que mal aux embruns, sans oublier cette immense terrasse dirigée vers l’océan qui accueille au milieu des sépultures, les amateurs de grand large.

9. Le cimetière américain de Colleville-sur-Mer

Une telle vue sur l’océan, ça se mérite. Les 9387 soldats qui y ont trouvé refuge pour l’éternité n’ont pas ménagé leur peine pour gagner leur place dans ce petit paradis qui surplombe Omaha Beach. Un lieu de mémoire et de recueillement qui attire chaque année plus d’1 million de visiteurs.

10. Le cimetière marin de Saint-Michel-en-Grève

Avant d’être synonyme de manifs et de pancartes vindicatives, la grève désignait jusqu’au XVème siècle un long espace recouvert de sable ou de gravier… une plage quoi. Saint-Michel-en-Grève a donc une plage à ses pieds, sauf à marée haute quand les vagues de l’Atlantique finissent leur course sur le muret qui longue le cimetière marin de cet ancien village de pêcheur devenu station balnéaire.

On réserve ? Avant cela, il s’agirait de jeter un oeil sur les avis Google les plus drôles.

Source