Depuis plus de 15 ans, le photographe Denis Darzacq se questionne sur la place de l'individu au sein de la cité, entre tours de béton et réalité précaire, il immortalise dans sa série "La Chute" (sans trucage ni retouche numérique) les corps de danseurs de hip-hop, capoeiristes ou acrobates qui défient la gravité.


  1. View this post on Instagram

    La Chute N*01, 2006.

    A post shared by Denis Darzacq (@denisdarzacq) on


  2. View this post on Instagram

    La Chute N*02, 2006.

    A post shared by Denis Darzacq (@denisdarzacq) on









L'important c'est pas la chute, c'est l’atterrissage.

Source : Denis Darzacq