Bon, globalement, tout le monde connait l’hypnose. Je ne dis pas que tout le monde s’est déjà fait hypnotiser hein, mais j’imagine que tout le monde sait ce que c’est. Et bien pour accoucher, ça peut aussi marcher, pour essayer de pondre ton héritier sereinement, comme une petite rose des champs (non).

1. Il y a quatre piliers fondamentaux

La respiration, la relaxation, la visualisation et l’approfondissement. C’est des techniques que tu dois apprendre pour te mettre dans un état de sérénité intense, qui te permettront d’apprivoiser la douleur, pour ne plus en avoir peur.

2. Ça demande de l’entrainement

Ça se prépare avant l’accouchement, avec des séances d’entrainement qui pourront te donner les pistes à suivre pour que l’auto-hypnose marche pendant la période de travail et même avant qu’elle ne débute. Ces cours se font avec des spécialistes, tout au long de la grossesse.

Source photo : Giphy

3. Ça aide à se débarrasser du stress autour de l’accouchement

Parce que le stress vient de la peur, et c’est normal d’avoir peur quand on accouche. Avec cette technique, tu sauras comment appréhender et maîtriser cette peur de la douleur et de l’accouchement, et être carrément moins stressée quand ça arrivera.

4. Les futures mères ne sont pas endormies non plus

Tu n’es pas dans les vapes avec l’auto-hypnose, tu es juste dans une bulle, concentrée sur ta douleur et sur ce qui se passe dans ton corps. Tu laisses ce que tu ne peux pas contrôler se faire autour de toi, et tu te concentres sur toi et sur ton bébé à naître.

Source photo : Giphy

5. Des positions sont recommandées pour l’auto-hypnose

Avec un ballon de naissance par exemple, en étant à califourchon dessus et en ayant des caresses dites « d’effleurement » faites par le futur père ou la personne qui t’accompagne, pour sécréter des endorphines, des hormones qui favorisent le bien-être et la détente.

6. Ça permet de se libérer de la peur, et donc de la douleur

Ce qui fait mal, très mal, c’est la peur de la douleur, encore plus que la douleur elle-même. Alors oui, un accouchement c’est pas du tout une partie une plaisir, mais avec l’auto-hypnose, ça permet de prendre un peu la main sur tout ça, et de se libérer de la peur que l’on peut ressentir.

Source photo : Giphy

7. L’implication du père est importante

Parce qu’il n’est pas juste la pour vaporiser le visage de la future mère avec un brumisateur ou pour envoyer des textos à la famille en attendant, le papa en devenir peut avoir une vraie implication de cette bulle de concentration et de sérénité que la femme en travail cherche à obtenir, avec des massages, des paroles, ou des exercices de respiration.

8. C’est privilégié dans les accouchements « naturels », mais pas que

C’est une technique qui est de plus en plus adoptée par celles qui font le choix de ne pas avoir de péridurale, ou pour celles qui ne peuvent pas en avoir. Mais ça peut aussi être utilisé par celles qui ont cette anesthésie, parce que ce n’est pas parce qu’on ne ressent plus la douleur qu’on est pas complètement paniquée et qu’on a pas besoin de se rassurer.

Source photo : Giphy

9. Ça permet de dissocier le corps et l’esprit

Faire une vraie dissociation entre la douleur qui est ressentie dans le corps, et celle que l’on anticipe avec son esprit. Avec l’auto-hypnose, on peut dissocier les deux, et être plus sereine.

10. Kate Middleton l’a utilisé pour son premier accouchement

Alors oui, elle n’a pas eu la courtoisie de nous dire si ça l’avait aidée (quelle égoïste), mais on imagine que oui hein, sinon elle aurait pas fait deux autres mômes après ça, si elle avait été complètement traumatisée par la naissance du Royal Baby.

Source photo : Giphy

Et puis franchement, ça ne coûte rien d’essayer hein.