Pour le poids de l'instrument, pour la taille de ses cordes, et parce que Flea a pris l'habitude de jouer à poil ou avec une chaussette sur le kiki, on a tendance à associer la basse à un rôle masculin. Et souvent, une fille à la basse se révèle être la copine du chanteur qui est venue dépanner. Mais d'autres ont su tirer leur épingle du jeu et devenir des véritables icônes grâce à cet instrument. Sélection des meileures ambassadrices de cet instrument trop souvent méconnu.

  1. Kim Deal (Pixies) : dans les années 1990, Kimberley est la fille la plus cool du monde : bassiste des Pixies et figure de proue des Breeders, difficile de ne pas tomber amoureux d'elle. En plus, elle est infirmière. Kim is every men's dream.

  2. Annie Holland (Elastica) : difficile de croire que ce sont les doigts délicats d'une jeune fille qui claquent l'énorme basse de "Connection". Elastica, c'est la preuve que le rock n'est pas une question de testostérone.

  3. Kim Gordon (Sonic Youth) : icône rock par excellence, la blonde aurait pu se contenter d'être l'égérie d'une rock star vouée à une mort à 27 ans. Mais elle a préféré s'impliquer avec un jeu de basse élémentaire et une voix mal assurée. Le tout sans dévier de son attitude, c'est bien là l'essentiel.

  4. Nicole Fiorentino (Smashing Pumpkins) : elle raconte sur sa page Facebook qu'elle est l'une des gamines sur la pochette de Siamese Dreams, ce qui serait vrai. En tout cas elle tient aujourd'hui les 4 cordes pour le groupe de Billy Corgan et compte sur son CV un bout de carrière avec l'excellent Veruca Salt. T'as gagné ta place dans le top, Nicole.

  5. Melissa Auf der Maur (Hole) : Billy Corgan a décidemment fait beaucoup pour la parité dans le rock. Car après avoir tenu la basse pour Courtney Love à l’époque de Hole, Melissa a eu l’occasion de dépanner pour les Smashing Pumpkins avant de s’envoler en solo avec deux albums dans les bacs.

  6. Michie Nakatani (Shonen Knife) : le trio pop-punk japonais Shonen Knife fait défiler les candidates à la section rythmique depuis 30 ans, mais la première bassiste est bien « Michie ». Une ère de titres débiles sur les fruits et les animaux joués le plus fort possible pouvait débuter.

  7. D'arcy Wretzky (Smashing Pumpkins) : le groupe de Corgan s’est specialisé dans le casting féminin de bassiste. Mais la seule, la vraie, la bassiste originelle, c'est D'arcy. La blonde devait faire ses débuts en France, mais son futur groupe se sépare quand elle débarque. Retour à la maison, et le destin met Billy sur son chemin un soir de pluie et de brouillard. Le reste appartient à l'Histoire.

  8. Tina Weymouth (Talking Heads) : que reste-t-il des Talking Heads sinon les déclarations de Thom Yorke qui explique qu'il leur doit le nom de Radiohead ? Si, il reste l'entêtante ligne de basse de "Psycho Killer". Ca suffira pour ce top 10, Tina.

  9. Jennifer Finch (L7) : au début des 90's, l'anti-Spice Girls se nomme L7. Et celle qui pousse la chansonnette sur "The Bomb", en plus de tenir la basse sur l'ensemble du très bon "Hungry for Stink", c'est bien Jennifer. Mais c'est la chanteuse habituelle qui a fait jaser en balançant un tampon usagé dans le public. Le rock féministe, c'est quelque chose...

  10. Corey Parks et Tracy "Kickass" Almazan (Nashville Pussy) : 10ème place ex-aequo pour les deux premières bassistes d'un bon groupe de lourdingues qui avalaient régulièrement leurs poids en bière. Obligation presque contractuelle de jouer en soutif et de claquer de temps à autre un rôt avec les lèvres qui tremblent (comme Barney dans les Simpons). Mesdemoiselles, le rock'nroll vous doit beaucoup.

Et pour vous, qui a su apporter une touche de grâce toute féminine à cet instrument?

Top inspiré par Steven2185