Après le top des meilleurs génériques, voici le top des meilleures bandes-annonces. Choix subjectif bien entendu, on a donc fait confiance aux Américains de l'Independant Film Channel, spécialistes de la question. Un top pour frimer en société et parler du film même sans l'avoir vu. Enjoy.

  1. Alien (1979) : quand on évoque un film dans lequel on ne voit pas le monstre, on ajoute systématiquement "... comme dans Alien". La bande-annonce joue précisément sur ce ressort. "Dans l'espace, personne ne peut vous entendre crier"...
    http://youtu.be/yxCIEUWaRrs
  2. Psychose (1960) : montage nerveux, musique éternelle et l'intervention du maître, avec un flegme et un humour très britanniques.
  3. Cloverfield (2008) : La Bande Annonce peut sembler sans audace quand on connait le film, mais avant que cet ovni ne débarque sur les écran, ce teaser pouvait faire son petit effet : caméra à l'épaule, aucun visage connu au casting et des effets spéciaux soignés filmés comme un souvenir de soirée. Difficile après ça de ne pas chercher à en savoir davantage...
  4. Miracle sur le 34e rue (1947): dès 1947, Hollywood cassait les codes et mettre le making-of d'une bande-annonce en guise de bande annonce, c'était brillant... au final, un court métrage de 5 minutes qui ressemble à un épisode de "Curb your Enthusiasm" avec 60 ans d'avance.
  5. Comedian (2002) : même ficelle que précédemment, mais avec le côté extrême qui consiste à ne montrer aucune image du film. La Bande-Annonce comme création indépendante, avec un lien ténu avec l’œuvre qu'elle est censée promouvoir, c'est assez audacieux pour être souligné.
  6. Citizen Kane (1941) : pour promouvoir l'un des plus grands films de tous les temps, on ne peut se permettre de passer deux ou trois extraits entrecoupés de slogans du genre "Un chef d’œuvre! (Télérama)" ou "Déjà un classique! (Première). Il faut toute la mégalomanie d'Orson Welles et un micro en guise d'illustration de cette voix à laquelle on obéit. Oui Monsieur Welles, on ira voir Citizen Kane.
  7. Dr. Strangelove or: How I Learned to Stop Worrying and Love the Bomb (1964): Docteur Folamour ou : comment j'ai appris à ne plus m'en faire et à aimer la bombe. Une Bande Annonce démentielle qui peut provoquer une crise d’épilepsie, 1 min 30 qui ne dévoile rien de l'histoire mais qui laisse entendre qu'on va voir un ovni. Bref, une bande-annonce alléchante.
  8. Massacre à la tronçonneuse (1974): il était un temps où les films d'horreur ne se regardait pas au second degré. Massacre à la Tronçonneuse nous est présenté comme un cauchemar, une enchainement de scènes effrayantes entrecoupées de plans sur des restes humains, avec un réalisme malsain. Nous voilà prévenus.
  9. Mission: Impossible (1996) : la Bande-Annonce d'un film en quête de légitimité : le magnéto, la mèche qu'on allume, la musique de Lalo Schifrin, Brain de Palma a mis toutes les chances de son côté pour porter dignement la série des années 1960 sur grand écran. L'objectif semble être de convaincre le spectateur que le créateur Bruce Geller aurait fait quelque chose comme ça si il avait eu 80 millions de dollars de budget et le numéro de Tom Cruise.
  10. The Shining (1980) : pour utiliser un générique en plan fixe en guise de Bande-Annonce, c'est mieux d'avoir des noms comme Stanley Kubrick, Stephen King ou Jack Nicholson qui s'affichent à l'écran. Et un torrent de sang n'est pas de trop.

Et vous, vous en pensez quoi ?

Source et suite du classement: IFC.com, via Fluctuat