Bon, tu le savais, la belle-famille, la plupart du temps, c’est la plaie. Tu te demandes comment ta moitié peut être si sain(e) d’esprit en ayant évolué dans une famille pareille. Mais tu fais avec, t’as pas le choix. Alors quand arrive le moment des retrouvailles et du repas de famille, tu prends sur toi, tu serres les dents, et tu attends que ça passe. Bon courage !

1. Bois tout ce que tu peux trouver

Ne pas lésiner sur l’apéro, sur le vin, et surtout sur le digestif, même s’il t’arrache la trachée et que tu manques de t’étouffer. Y’a pas grand chose de plus efficace que d’être bourré(e), ça fera passer le temps plus vite et tout te paraitra beaucoup plus supportable et drôle.

2. Prétexte une gastro pour aller te reposer

Pourquoi la gastro ? Parce que personne ne viendra vérifier si tu vomis et si tu fais pipi des fesses. Personne ne voudra non plus risquer de l’attraper. Et toi, tu pourras pépouze mater Netflix sous la couette, au chaud, sans ta belle-mère. Bon, tu risques aussi de devoir manger que du riz et des bananes pour faire illusion, mais c’est pas grand chose comparé à ce que tu évites en étant à table.

Source photo : Giphy

3. Un Lexomil et ça repart

Et petit lexo et paf, te voilà qui plane et qui prend toute la situation avec beaucoup de légèreté et de recul. Ta belle-mère ne t’aime pas et préférait l’ex de ta moitié ? Tu t’en fous, t’es shooté(e), tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes.

4. Cache discrètement un écouteur dans ton oreille

Comme quand on était au lycée et que tu voulais écouter de la musique plutôt que les cours de philo. Un écouteur dans l’oreille et une mèche de cheveux par dessus, et personne ne verra ce que tu fais, sauf si tu commences à trop bouger ton boule sur du Rihanna. Faut savoir être discret(e).

5. Malaxe une balle anti stress

Et imagine que c’est le cou de ton beau-père quand il commence à dire, après 3 verres de rouge, que les colonies c’était une bonne chose et que Marine Le Pen devrait finir le boulot de son père correctement.

6. Concentre toi sur la bouffe

Si tu as de la chance, ta belle-famille est peut-être chiante comme la pluie, mais au moins elle fait bien à manger et met les petits plats dans les grands à chaque réunion. Si c’est le cas, profites-en pour faire ton repas de la semaine et éclate toi la panse. Tu pourras en plus prétexter une sieste digestive après le repas pour t’isoler et pioncer un coup.

Source photo : Giphy

7. Sois de corvée de vaisselle

Ou mets la table, débarrasse, fais le service, etc. En plus de marquer des points en passant pour le beau-fils ou la belle-fille idéal(e), tu t’occupes et peux fuir la pièce commune dès qu’une assiette se vide.

8. Oublie tes convictions

Et prends sur toi quelques heures. Hoche la tête quand le tonton raciste dit que Hitler n’a pas bien fini le taf, souris quand on te demande pour qui tu votes aux élections, et félicites celui ou celle qui a préparé le repas, même si c’était dégueulasse. Et va faire un footing après tout ça, pour évacuer et crier un bon coup.

9. Occupe-toi des enfants présents

Tu soulageras les parents et marquera des points, et c’est toujours mieux de parler à un gosse de deux ans qui n’a pas beaucoup de conversation qu’à une belle-famille que tu détestes. Au moins avec lui, tu te feras moins chier.

10. Imagine-les tous à poil

C’est comme pour un entretien d’embauche, ou face à un prof intimidant, ou pour ton oral du bac. Imaginer les gens à poil te donne un petit sentiment de victoire, parce que personne ne peut contrôler ce qu’il se passe dans ta tête, et qu’imaginer les fesses tombantes de ta belle-mère te fait beaucoup rire.

Et toi, c’est quoi tes astuces pour survivre à un repas comme ça ? Comment tu tiens le coup ?