Dans les films avec des animaux, ces derniers ne sont pas aussi faciles à gérer que de vrais acteurs qui touchent de la thune. Si on les encadre pas un peu, ils n’en font qu’à leur tête et partent en totale roue libre. Alors on fait appel à des dresseurs (pour les dresser) (c’est à ça qu’ils servent les dresseurs) (si vous ne me croyez pas allez voir sur wikipedia). Et les dresseurs ils ont des techniques bien à eux, les petits filous.

1. Les acteurs qui jouent avec des loups doivent toujours avoir un morceau de viande sur eux pour le donner comme récompense

Contrairement aux chiens, les loups n’obéissent que s’ils savent qu’ils vont avoir à bouffer derrière (ils ont tout compris, eux). Alors les acteurs qui jouent des scènes avec des loups ont toujours de quoi récompenser l’animal juste après qu’il ait fait ce qu’on lui avait demandé. Sans compter qu’avant ça, il a fallu habituer le loup pendant des semaines à la même personne, histoire d’éviter qu’il l’attaque (par peur hein, pas pour la manger).

Source photo : Giphy

2. D'une manière générale, il n'y a que les chiens qui veulent bien travailler sans bouffe

Les chiens sont les seuls animaux qui obéissent juste pour plaire à leur maître, pour avoir son attention ou ses compliments. Les autres sont tous des gros morfales qui ne cherchent qu’à obtenir de la bouffe. Voilà, c’est dit.

3. Pour les rôles de chat, on utilise plusieurs chats avec différent comportements

Quand il y a un chat dans un film, il doit souvent avoir plusieurs attitudes : calme, énervé, habitué au bruit, habitué aux mouvements, etc. Et c’est rare de trouver un chat qui peut adopter tous ces comportements sur demande dans la réalité. On prend donc plusieurs chats qui se ressemblent, et on les habitue chacun à avoir un comportement précis. Comme ça, pour le tournage, on fait « jouer » aux chats les scènes qui correspondent à leur comportement. A la fin, on a un personnage de chat qui sait tout faire.

Source photo : Giphy

4. Il faut plusieurs chats aussi parce quand ils n'ont plus faim, ils arrêtent d'obéir ces gros branleurs

Voilà, il fallait qu’on en parle : les chats sont des grosses feignasses. Guidés par leur estomac, ils arrêtent tout simplement de faire les acteurs quand ils ont mangé à leur guise. Les gros bâtards. Du coup il faut les remplacer par un autre qui a la dalle, ou attendre qu’ils aient à nouveau faim.

5. On entraîne certains animaux au clic

C’est moins compliqué que ça en a l’air : le dresseur tient dans sa main un clicker, un truc qui fait un bruit de clic, quoi. Quand l’animal fait ce que le dresseur attend de lui, le dresseur fait un clic et lui donne une récompense. Comme ça, l’animal, sans aucune contrainte, finit par toujours chercher à faire ce qu’on attend de lui pour entendre le clic et obtenir de la bouffe.

Un exemple : on veut faire comprendre à un chien qu’il doit s’allonger. Alors on lui met une croquette vers le sol pour le faire s’abaisser, et une fois qu’il est allongé, on fait un clic. Comme ça le chien associe le son à la position allongée, et il associe la position allongée à la bouffe qu’il a en récompense. FACILE.

Source photo : Giphy

6. Il y a des films où des animaux étaient vraiment tués

Oui, c’est horrible. « Heureusement », c’était avant, et c’est impensable aujourd’hui. Vous pouvez trouver une liste de films concernés sur ce lien Senscritique. Maintenant, il y a beaucoup plus de contrôles pour veiller à ce que les animaux soient bien traités, et si quelqu’un s’amusait à buter des bêtes sur un tournage, il finirait en taule.

7. On entraîne les chevaux à tomber sur un sol mou

Avec des sabots en caoutchouc, pour éviter qu’ils ne blessent le dresseur pendant les entraînements. Avant, il y a longtemps, c’était beaucoup plus cruel : on utilisait des câbles tendus pour faire tomber les chevaux en pleine course. Autant vous dire que les blessures pouvaient être assez grosses. Et un cheval bien blessé, il reste rarement vivant.

Source photo : Giphy

8. Dans certains films, les animaux sont traités comme des stars

Pour le film Keanu, par exemple, en dehors des prises, les chats se reposaient dans des caravanes tout confort où tout était adapté pour eux (arbres à chat, paniers de luxe, jouets, etc.) Bon après ils se sont bien fait couillonner sur le salaire parce qu’on leur a filé des croquettes, mais ça fallait s’en douter.