On a récemment fêté les 25 ans du texto. L’occasion de nous rappeler nostalgiquement de toutes ces stratégies d’analyse qu’on a pu mettre au point dans nos envois ou nos réceptions de textos. A commencer par décrypter un texto pour savoir si on nous raconte des craques, parce que selon une étude, un texto envoyé sur 10 serait un mytho. Rendez-vous compte. Alors bien sûr, ces astuces ne répondent pas d’une science exacte mais disons que ça peut te mettre sur la bonne voie. La voie de la vérité.

1. Des phrases de huit kilomètres de long

Tu lui as juste demandé si c’était sympa hier soir et il/elle t’a répondu « C’était très sympa. J’ai passé une soirée vraiment très chouette et puis là ça va je me réveille tranquillou, j’ai fait un peu de ménage dans mon appartement haha, ça fait plaisir en plus il fait trop beau et j’aime bien le soleil. » Trop long. Grillé.

Source photo : Giphy

2. Les formulations conditionnelles

Parce que plutôt que de mentir il est conseillé de fuir par une savoureuse entourloupe. Donc si tu demandes à ton collègue par texto par exemple « Hey, Jean-Paul, le dossier il sera prêt pour demain ? » (ouais je vous avoue que j’ai une expérience assez limitée du monde de l’entreprise mais j’imagine qu’on peut avoir ce genre d’échange avec des collègues sur des dossier) et qu’il te répond « Ce serait bien, je vais faire ce que je peux », c’est qu’il te mythonne grave. Dans ce cas tu peux engager une procédure pour le virer (pas besoin d’autres preuves, notre analyse est 100% fiable).

3. Répéter plusieurs fois la même chose dans le même texto

« T’as fait quoi hier soir ? »

« Je suis sorti avec des copains et on a bu des verres et puis on est sorti et puis on a bu des verres ».

OK. Il/elle te trompe avec un-e de ses copains/ines. Ou avec un verre.

Source photo : Giphy

4. Une réponse qui arrive une ou deux heures plus tard...

Ou pire encore, le fait de voir que ton interlocuteur est en train d’écrire un texto, puis s’arrête puis recommence, et ainsi suite pendant un long moment. Tout porte à croire qu’il/elle galère à t’écrire, et donc à te dire ce que tu ne veux pas entendre. Oui parce que tu ne veux pas entendre la vérité, tu comprends ça ?

5. ...Voire qui n'arrive jamais

La preuve la plus évidente que quelqu’un te ment c’est de le voir justement éviter le mensonge en ne disant rien. Tactique très astucieuse qui a été publiquement approuvée par l’université de Cambridge selon une étude de l’université de New-York.

6. Quand la réponse est trop offensive

Tu demandes à ton pote où il est, s’il est déjà parti de chez lui ou s’il compte arriver encore à la bourre comme d’habitude. S’il répond par l’offensive du genre « Mais t’es de la police ? Tu te rends compte de toute la pression que tu me mets ? Je suis à bout, A BOUT », tu peux être à peu près sûr-e que le gars est encore en calbut chez lui et que tu vas poireauter sévère.

7. Quand ton interlocuteur tente de gagner du temps

« Hey, tu te souviens de mon appareil 5D ? tu pourrai me le rendre je vais en avoir besoin ! »

« Hey salut, comment tu vas ? Ça se passe bien la life ? »

« Oui super, du coup pour mon 5D ? »

« Ah oui tu travailles sur un nouveau projet c’est pour ça ? »

« Voilà, du coup tu peux me le rendre quand ? »

« Ça dépend, tu en as besoin tout de suite tout de suite ? »

Sachant que la totalité de ces échanges de texto s’étale sur 8 jours.

8. La tactique du "Je peux pas parler maintenant"

Faire culpabiliser le locuteur en coupant court à ses messages c’est là encore un moyen très efficace de ne pas avoir à se répandre en mensonges. Pour cela, ne pas hésiter à utiliser des arguments de type « Suis en réu, peux pas répondre », ou encore « je suis malade, impossible de te répondre », ou encore « la personne que je vous cherchez à joindre est décédée ».

9. Quand on te répond en parlant d'autre chose

« C’est qui cette fille que tu dois voir ? »

« J’adore le basket, et toi ? »

10. Si tu lui demandes combien font 4 x 8 et qu'il répond 34

AHLALALALAAAAAA LE GROS MYTHO (surtout si la personne à qui tu écris est chercheur en sciences mathématiques, impossible qu’il se trompe sur cette multiplication, ça veut donc dire qu’il/elle te ment, CQFD la vérité).

Source photo : Giphy

Le mensonge c’est mal.

Sources :

Brightside

wikihow

Le Bonbon