Votre enfant a deux ans et ne sait toujours pas différencier un chêne d’un bouleau lors de vos ballades en forêt ? Il va probablement rater sa vie mais pas de panique il est toujours temps de bien faire les choses avec le second. On vous livre les tips pour faire de lui un véritable killer du langage, le Fabrice Luchini de la cour de récré.

1. Parler à votre enfant de ce qu'il intéresse (même si c'est du caca)

Pour développer le vocabulaire de votre bambin il faut se mettre à sa place et parler de ce qui l’intéresse. Si vous voyez qu’il regarde fixement les manifestations de gilets jaunes depuis la fenêtre du salon n’hésitez pas à lui expliquer que ce mouvement s’est développé en réponse à la hausse de la taxe du carburant dans un contexte houleux où le gouvernement avait entreprit plus tôt une réforme fiscale assez avantageuse pour les plus fortunés. Non je blague commencez par lui expliquer que le caca est fait pour aller à la poubelle, pas pour jouer avec et en mettre partout sur sa mère.

2. Multipliez les conversations avec lui, parlez-lui le plus souvent possible

Tout ce que les enfants entendent durant leur 2 ans compte énormément pour leur développement. C’est pour ça que les gros mots sont à éviter en présence de ces jeunes personnes pures et innocentes. Mais pour le reste lâchez-vous, parlez-leur de tout car plus les enfants entendent des mots, plus ils vont réussir à leur attribuer un sens.

3. Ayez des échanges de qualité avec eux sans avoir peur du détail

Non seulement vous pouvez donc leur raconter plein de trucs tout le temps mais en plus vous pouvez aussi insister en particulier sur un échange, un événement, en multipliant les allers-retours avec lui. Alors oui il va pas vous répondre des trucs de ouf hein, vous attendez pas à un débat comme dans ONPC avec Yann Moix sur la pertinence de Levinas pour analyser le nouvel album de Marc Lavoine. Mais des conversations longues avec lui sont bénéfiques, même si ça concerne la manière dont vous lui préparez sa purée de pomme de terre préférée. Grâce à ça il aura un développement cérébral plus important et un meilleur traitement de l’information (sans compter une super connaissance sur les patate).

4. Lisez-lui des histoires

Déjà parce que c’est très sympa et qu’il y a plein de livres intéressants pour les enfants. Puis vous allez créer un lien avec lui, développer son imaginaire et enrichir son vocabulaire. Tout ça grâce à T’choupi.

5. Parlez-lui des histoires que vous lisez ensemble

Lire des histoires c’est déjà bien, mais c’est doublement bénéfique si après la lecture, genre le lendemain sur le chemin pour aller à l’école, vous revenez sur l’histoire que vous avez lu ensemble. En opérant un retour sur le récit, les actions passées, les personnages etc., vous obligerez votre enfant à réfléchir dessus, sans que ce soit perçu comme un effort, ce qui malgré tout le fera travailler sur son langage. Parce qu’il sera bien obligé de vous expliquer qu’il été bien triste pour Petit Ours Brun quand il n’a pas réussi à faire ses lacets, car c’est vrai que faire ses lacets c’est dur.

6. Variez les mots au fil des découvertes

Plus un enfant apprend des nouveaux mots plus ça élargit ses connaissances, car tous ces mots, bien que simples, peuvent faire références à des concepts plus complexes. Ensuite il sera capable de les utiliser à son tour sur des nouvelles idées ou expériences. Donc quand vous allez au musée, à l’aquarium, même en faisant les courses, variez les expressions pour décrire ce que vous voyez. Vous pouvez discuter de tous les animaux que vous voyez, de leurs caractéristiques, de leur façon de se déplacer, pareil pour les fruits et légumes (enfin pas de leur déplacement hein car à priori une courgette ça se déplace pas).

7. Évoquez des événements passés

Si vous racontez à votre enfant une expérience passée que vous avez vécu seul, genre la fois ou vous avez perdu votre première dent de lait, ou cette fameuse après-midi à l’aquarium, vous aurez tendance à employer de nouveaux mots et à consolider son langage. Vous pourrez dire « tu te souviens quand on est allé à l’aquarium ? » ce à quoi il répondra « oui c’est là qu’on a vu le poisson qui vole dans l’eau et qui brille » et là bim vous lui faites comprendre que « oui, c’est une méduse ». Du coup il va associer ce souvenir à la méduse, ce qu’il n’aurait peut-être pas fait si vous n’étiez pas revenu sur cette sortie.

8. Participez à ses jeux d'imitation pour enrichir son vocabulaire, lui permettre de le consolider

En gros quand il joue, jouez avec lui. Comme pour le retour sur la visite à l’aquarium ça va consolider son langage. Par exemple l’enfant va décrire des actions avec ses mots à lui, s’il joue avec ses peluches et qu’il veut être celui qui soigne ses animaux vous pouvez lui dire qu’il imite un vétérinaire, vétérinaire mot dérivé du latin veterius, relatif aux bêtes de somme. Nan je dec pour l’étymologie il verra ça en 5e quand il commencera le latin.

9. Parlez en souriant, avec un ton et une gestuelle adaptés

Le ton, la musicalité et la gestuelle stimulent la mémorisation. Certains parents utilisent même la langue des signes avec leur enfant entendant car le fait de signer en même temps qu’on prononce un mot va fournir à l’enfant un moyen supplémentaire de communiquer et favoriser l’émergence du langage. Pour ce faire il suffit de signer les mots importants de la phrase, donc pas tous évidemment. Bon pour ça il faut savoir parler la langue des signes. Mais il est jamais trop tard pour s’y mettre.

10. Faites lui écouter des podcasts et des chansons

Evidemment il faut que ce soit adapté à son âge, c’est pourquoi je préconise tout le répertoire d’Henri Dès qui m’a régalé durant l’enfance. N’hésitez pas à lui faire écouter également des podcasts sur des sujets qu’il a vu l’école ou que vous avez vu ensemble, pas des trucs trop trash hein. C’est bien car ça habitue l’enfant à des nouveaux mots qui sont prononcés par d’autres personnes que son entourage et c’est important de multiplier les sources d’apprentissage.

Bon allez on arrête de parler éducation car on est déjà le 21 novembre et il est temps d’acheter les cadeaux de Noël à vos enfants de 3 ans. Vite, vite avant que ce soit la ruée à La Grande Récrée.

Via : Slate, Brut