La petite sirène noire ? C’est apparemment une annonce suffisante pour que des internautes se mobilisent et puisent dans le vivier à arguments débiles afin de dénoncer ce qu’ils considèrent comme une aberration. Mais attention, hein, parce que ce n’est pas une aberration raciste, c’est une aberration scien-ti-fi-que : comment voulez-vous qu’il y ait des noirs qui vivent sous la mer alors que les rayons du soleil sont absents ? Hein ?

1. "Les sirènes ne peuvent pas être noires, parce qu'il y a peu de soleil sous l'eau"

C’est l’argument massivement développé sur les réseaux sociaux par les contempteurs du choix de Halle Bailey, une actrice noire, pour incarner Ariel. Après « Mais Ariel est blanche et rousse », on est passé à « Mais en fait c’est pas possible que la petite sirène soit noire parce que sous l’eau il n’y a pas de rayons du soleil, donc un déficit de mélanine. »

Mais attention, hein, rien à voir avec du racisme, c’est juste pour des soucis de logique.

2. Le négationnisme en mode espérance de vie d'Henry de Lesquen

Henry de Lesquen a été condamné pour plusieurs propos racistes, islamophobes et antisémites. Parmi ceux-ci, il y en a un qui est particulièrement stupide. Le président du PNL (c’est le vrai nom de son parti) et personne auto-revendiquée comme étant la plus raciste de France s’est étonné de voir que les rescapés de la Shoah avaient vécu aussi vieux malgré le traumatisme subi… Sans doute une preuve de leurs récits pleins d’affabulation parce que quand on voit les photos, hein, on voit bien qu’ils n’en ont pas pour longtemps.

3. Quand l'étymologie ne veut plus rien dire

Ce même Lesquen, décidément complètement timbré, est revenu à la charge en expliquant que le mot « jazz » signifiait « sperme » en « argot noir » (sic) et que rock’n’roll pouvait se traduire par « baise et jouis ». Il n’en fallait pas plus pour expliquer que la « musique nègre s’adresse au « cerveau reptilien » selon ces « considérations biologiques ». Ah c’est biologique ? Ca doit être vrai, alors.

4. Toute l'approche pseudo scientifique des différences de race

Depuis le milieu du XIX° siècle, les tenants d’une différenciation scientifiques des supposées races humaines nous saoulent avec un baragouin pseudo scientifique et surtout complètement con. On sait depuis les années 50 que les races n’existent pas dans l’espèce humaine ; en 2003, le débat a définitivement été enterré par la science puisque le projet génome humain s’est achevé, prouvant que tous les humains partageaient 99,9% de leur ADN… En attendant, on nous a tout fait : mesuré des crânes, établi des corrélations stupides entre développement économique et intelligence…

5. Le stormtrooper qui ne pouvait pas être noir

Lorsque John Boyega a été confirmé au casting de la nouvelle trilogie Star Wars dans le rôle d’un stormtrooper, Internet s’est déchaîné. Mais attention, le problème n’était pas tellement qu’il soit noir, non, hein, loin de nous tout ça tout ça, mais un stormtrooper peut pas être noir hein ! Des heures et des heures de débat stériles qui oubliaient au passage, au nom d’une cohérence tout ce qu’il y a de plus raciste, que l’univers de Star Wars est composé de wookies et de droides qui ne semblent pas très réalistes c’est le moins que l’on puisse dire.

6. Eric Zemmour et le constat permanent

Poursuivi en 2011 pour avoir justifié le principe de contrôle au faciès par le fait que la plupart des trafiquants étaient noirs et arabes (jouant ainsi sur un amalgame assez délétère), Zemmour s’est justifié en affirmant « décrire une réalité, tout simplement ». Le problème avec ces arguments pseudo empiriques, c’est qu’ils n’ont de réalité que l’expérience revendiquée de celui qui les tient. Donc aucune.

7. Revenons un peu sur cette capacité crânienne

Dans les années 1850, il y avait un type absolument obsédé par les supposées différences raciales : Arthur de Gobineau. Auteur d’un Essai sur les inégalités entre les races, Gobineau y faisait état d’une étude menée sur la taille de la boîte crânienne de populations européennes et africaines censée prouver que la capacité crânienne des Africains était inférieure à celle des Européens et donc, CQFD, que les plus intelligents c’était les Européens. Le seul problème dans cette affaire, c’est que non seulement les chiffres avancés par Gobineau étaient faux, mais surtout qu’ils reposaient sur une idée stupide selon laquelle la taille de la boîte crânienne aurait un lien direct avec l’intelligence. Un lien tout sauf évident et que les recherches récentes sur l’homme de Néanderthal, a priori moins à même d’établir des connexions cognitives puissantes que sapiens, tendent à invalider.

8. Idris Elba ne sera pas James Bond

L’acteur le plus classe du monde a jeté l’éponge. Après que Sean Connery avait déclaré que l’acteur n’était « pas très anglais » et donc pas forcément le meilleur pour le rôle, Elba a fini par laisser tomber, fatigué de lire des commentaires racistes sur les réseaux sociaux à son endroit. Il ne veut plus jouer le rôle.

9. Les présupposés stupides de la FFF

En 2018, Mediapart publiait des retranscriptions de discours tenus dans les instances internes de la Fédération française de football. Y étaient évoqué un projet de mise en place de quotas en équipe nationale basés sur des critères physiques et ethniques. Par ailleurs, ces documents faisaient états de préjugés débiles du genre « les joueurs blancs sont plus cérébraux et ont un meilleur esprit d’équipe » que les « Africains et les Arabes », dont on pouvait par contre louer la vitesse et la puissance.

10. Le cliché du syndrome méditerranéen à l'hôpital

En juin 2018, après la mort de Naomi Musenga dans les couloirs d’un hôpital où le personnel ne l’avait pas pris en charge à temps, une pensée répandue dans le milieu hospitalier a été révélée au grand public : le syndrome méditerranéen. Ce syndrome raciste supposé laissait entendre que les personnes venues du pourtour méditerranéen et surtout du Maghreb auraient tendance à exagérer leur mal. Et que leur voix n’aurait donc pas la même valeur que celle des autres. Stupide stupide.

Décidément, la stupidité est beaucoup plus répandue que le complot.