Attention, je ne dirai pas qu’aujourd’hui on est parfaitement calés et qu’on ne fait pas de connerie avec la faune et la flore. Mais tout de même l’histoire nous a montré qu’on a parfois fait de grosses grosses erreurs d’interprétations sur les bestioles. C’est pas de notre faute hein, au Moyen-âge on n’avait pas Wikipédia c’était vachement plus difficile. Mais bon entre nous, on peut dire qu’on n’était pas des lumières non plus. De toute façon, on devra attendre le XIIIème siècle pour voir poindre les premières notions de science et d’histoire naturelle alors c’est sûr on revenait de loin.

1. Au Moyen-âge, on pensait que les abeilles étaient des oiseaux

C’est du moins ce que montre l’encyclopédie médiévale. Les abeilles sont des petits oiseaux qui produisent du miel. D’ailleurs ça va plus loin parce qu’on pense même que les abeilles doivent suivre des lois très précises de leur ruches et elles s’immolent si jamais elles ne les respectent pas.

Source photo : Giphy

2. ...Et que le castor était un poisson

Bon c’est vrai que le truc vit dans l’eau, et avec ses palmes on avait alors une fâcheuse tendance à croire qu’il était un peu fini à la poiscaille. C’est pour cette raison qu’on le mangeait pendant les fêtes. Il faudra attendre que Georges Buffon mette son nez là dedans en 1737 pour faire la nuance entre le quadrupède et les autres poissons.

3. On a longtemps cru que l'éléphant n'avait pas de genoux

Bon alors là on peut pas vraiment en vouloir aux gens de la France médiévale. On n’avait carrément pas l’habitude d’en croiser des éléphants à l’époque à part sur des tapisseries au réalisme morphologique douteux. Le truc marrant c’est que même dans la Grèce antique on était au courant que l’animal était sur-doté de genoux (puisque c’est le seul mammifère à en avoir quatre et non deux comme ses petits camarades). On croit aussi que l’éléphant ne peut avoir de coït qu’après avoir mangé des racines de mandragore toxique. Bref on fabule un peu. Mais ne jugez pas trop vite, on continue encore de croire aujourd’hui que les éléphants ont peur des souris et qu’à l’approche de la mort, il se rend instinctivement dans son cimetière d’éléphant pour mourir (et c’est n’importe quoi).

Crédits photo (creative commons) : Domaine public

4. Globalement, les animaux pouvaient être jugés comme des êtres humains

Si on continue de les abattre à la chaîne pour remplir nos rayons de supermarchés, il faut savoir que les animaux sont quand même un peu mieux considérés aujourd’hui. Au Moyen-âge, on peut les juger au même titre que des criminels. C’est ainsi qu’à Lausanne, des chenilles ont été condamnées à l’exil au terme d’un procès les accusant d’avoir ruiné les récoltes. Non ce n’est pas une blague.

5. On pensait que les animaux naissaient seuls

Pas tous hein, mais principalement les insectes. Au Moyen-âge, on pensait qu’ils sortaient de la terre comme les souris et les rats, qu’ils débarquaient comme par magie, comme ça.

Source photo : Giphy

6. Quand on a découvert l’ornithorynque, on a d'abord cru que c'était une super vanne

Oui j’avoue c’est méchant pour l’ornithorynque mais faut avouer que le gars fait aucun effort pour qu’on ne se foute pas de sa gueule. Alors sans surprise, quand les Européens ont découvert cette étrange bestiole en 1798 et que le capitaine John Hunter a fait parvenir un peu de pelage et des dessins représentant le spécimen en Grande-Bretagne, on a cru que c’était un prank. Mais non. Pas de canular qui tienne. L’ornithorynque existe bel et bien malgré la plus grande absurdité de son existence.

7. On a cru jusqu'au XVIIème siècle que le narval était la preuve de l'existence des licornes

Ce qui dans l’absolu est assez logique. Faut se remettre dans le contexte, à une époque où l’on croit encore aux licornes, quand on met la main sur un narval, on se dit assez naturellement « POPOPO les lecs, mais c’est une licorne qui nage ou kwa ? ». Personnellement, je ne leur jette pas la pierre.

Source photo : Giphy

8. [BONUS] ENFANTS : on croyait au Moyen-Age qu'ils ne ressentaient pas la douleur

OK les enfants ne sont pas des animaux. Mais quand on sait qu’au Moyen-âge on ne leur donnait pas plus de crédibilité que les animaux, ça en dit long. Les pauvres petits êtres étaient tout simplement considérés comme des humains foireux dont le cerveau était encore sous-développé ce qui leur permettait de ne pas ressentir la douleur. Pas besoin de s’emmerder avec des anesthésies. Au pire si les mômes pleuraient, on mettait ça sur le compte d’un mauvais comportement voilà tout.

Source photo : Giphy

Bon et puis même si on n’est plus au Moyen-âge, il y a encore touuuuut pleiiiin de croyances totalement débiles qui persistent sur les animaux : non les poissons rouges n’ont pas une mémoire de 3 secondes, non les chauves-souris ne sont pas aveugles, non les autruches ne mettent pas leur tête dans le sol quand elles flippent, non les requins ne repèrent pas une simple goutte de sang perdue dans l’océan, non un vers de terre coupé en deux ne donnent pas vie à deux vers de terre, non les lemmings ne se suicident pas collectivement. Voilà, c’est dit. Ça fait du bien.

Source : Wired , Libération, Business Insider, American Museum of Natural History, Wikipédia, Mental Floss, Curiosctopus