Certains animaux ne jouissent pas du capital mignon des chats. Les poissons par exemple. On pourrait même penser que si nos amis félins avaient cette tronche, on serait beaucoup moins disposés à les laisser nous réduire en esclavage. Il faut dire qu’à part dans certains films de série Z, il est assez difficile de rencontrer les charmantes bestioles dont il est question au détour d’un fourré. Heureusement. On sait, c’est moche de se moquer, et puis c’est facile, mais il faut bien avouer que la première coupable n’est autre que la Nature. (Bouh la nature!) Voici donc 15 animaux qu’on serait bien emmerdés de nourrir.

1. La Taupe à nez étoilé (Condylura cristata)

Cette infortunée petite taupe nord-américaine, que l’on peut qualifier de « cauchemar darwinien », n’a même pas l’excuse d’une exposition prolongée aux radiations. Tout est 100% naturel et ses tentacules sont en fait un système très sophistiqué. Oui, « tentacules », quand on parle d’une taupe, ça surprend un peu.

Crédits photo (creative commons) : Domaine public

2. La tortue Matamata (Chelus fimbriata)

Selon certaines rumeurs, les tortues seraient en passe de remplacer les chats sur Internet. C’est triste à dire, mais avec ce spécimen infoutu de rentrer son horrible tête dans l’espèce de bunker croûteux qui lui sert de carapace, ça semble plutôt mal barré.

Crédits photo (creative commons) : Domaine public

3. Le Cochon des mers (Scotoplanes)

Mi-cochon, mi-limace et re-cochon derrière, cette élégante créature présentant de troublantes similitudes avec un gant Mappa rempli de morve, est en réalité une sous-espèce de concombre de mer… Des membres, des tentacules, des antennes, sûrement le chaînon manquant.

Crédits photo (creative commons) : NOAA/MBARI

4. Le Rat-taupe nu (Heterocephalus glaber)

Cette bête semble emballée dans sa propre peau. Heureusement qu’elle vit sous terre. En revanche, elle serait immunisée contre le cancer. C’est déjà ça.

Crédits photo (creative commons) : Domaine public

5. Le Crabe Yéti (Kiwa hirsuta)

Un crabe au poil vif et soyeux qu’on a bizarrement pas envie de caresser.

Crédits photo (creative commons) : Andrew Thurber, Oregon State University

6. La Lamproie marine (Petromyzon marinus)

Ce vertébré marin utilise sa ventouse buccale pour se livrer à une débauche de cruauté dont nous vous épargnons les détails. Et ça s’étonne de pas être invitée aux goûters d’anniversaire, avec un comportement pareil.

Crédits photo (creative commons) : Domaine public

7. Le Crabe de Cocotier (Birgus latro)

Tout droit sorti d’un film d’horreur, cet énorme crabe ne risque pas de se prendre 8 euros d’amendes quand il fouille les poubelles, lui. Et si l’envie vous prenait de le manger, il vous faudrait au moins quatre seaux de mayonnaise.

Crédits photo (creative commons) : fearlessRich

8. Le Bathynome géant (Bathynomus giganteus)

Ceci est un crustacé, et non un très très gros morpion, comme sa vilaine apparence peut le laisser croire. C’est même un isopode que vous pourrez croiser si vous faites trempette dans le Golfe du Mexique, notamment.

Crédits photo (creative commons) : Domaine public

9. Le Uakar

Ce pauvre singe semble atteint de leishmaniose. Ce n’est pourtant pas le cas. La nature est si cruelle parfois qu’on a bien envie de l’appeler « connasse », mais en dépit d’un physique ingrat, le Uakar est d’une parfaite courtoisie et renâcle à la grossièreté. Tout du moins on le suppose, car comme l’affirme la sagesse populaire: « si t’es pas joli, sois au moins poli ».

Crédits photo (creative commons) : Domaine public

10. Le Moloch

Ce lézard australien partage son patronyme avec une divinité biblique à laquelle il était de bon ton de sacrifier son premier-né. Pratique qui n’a de nos jours plus aucun intérêt car on dénombre très peu d’adorateurs de ce petit lézard plutôt vilain.

Crédits photo (creative commons) : User:Bäras

11. Le Panope du Pacifique (Panopea abrupta)

A la loterie génétique, ce mollusque bivalve a sans doute gratté les miettes: une trompe et une coquille. Même le concombre de mer a l’air moins con à côté. L’angle mort du règne animal.

Crédits photo (creative commons) : J. Patrick Fischer

L’important c’est la beauté du cœur.