"Vous allez bien prendre un petit verre avant de partir", on n'a beau pas toujours parler la langue, on comprend toujours le sens de cette phrase à laquelle il est très dur de dire non. Mais si vous croyez avoir un foie en béton parce que vous pouvez supporter la poire de votre vieil oncle (celle que vous mettez dans votre bagnole quand elle galère dans les pentes), vous pouvez aller vous rhabiller parce que les vrais alcool de brutasses (on appelle ça les "moonshines"), on les retrouve dans ce top :

  1. Le Rakia Balkans
    Le Raki est l'alcool national de tout un tas de pays sympathiques (Bulgarie, Serbie, Bosnie-Herzégovine, Croatie, République de Macédoine, Albanie et Monténégro). Mais il y a deux sortes de Raki, celui des touristes qui reste autour de 40 ° et celui que les gens fabriquent qui avoisinent plutôt le million. La version la plus commune du raki est faite à partir de prunes, mais on en retrouve de toutes sortes (raisins, pêches, abricots, pommes, figues, et bien sur ferraille et sable). En Bulgarie, où n'y va pas vraiment mollo sur la bouteille on l'utilise beaucoup en cuisine...

    bfsg
    Crédits photo : TodorBozhinov
  2. Arki odongtol Cameroun
    Qui comme vous le savez tous s'appelle aussi mfofo et est orginaire du Cameroun. En fait on plaisante un peu quand on dit que vous devriez le savoir, car si vous êtes familier avec cet alcool il y a de grandes chances que vous ayez perdu la vue et que vous ne pouviez lire cet article. Car avec 80 % de moyenne en voltage, le Arki c'est vraiment pas pour les fillettes.
  3. "Maria Louca" Brésil
    Si vous buvez du Maria Louca (Marie la folle) il y a de grandes chances que vous soyez au Brésil, et en prison, donc on ne vous félicite pas. Oui, en taule les brésiliens s'occupent comme ils le peuvent et beaucoup fabriquent cet alcool maison qui est sorte d'Aguardiente (le mot espagnol pour gnôle) fabriqué à partir de riz ou de haricots quand il y'en a, mais qui peut (et c'est souvent le cas) se faire avec tout ce qu'on peut trouver en cabane.

  4. Hjemmebrændt Danemark
    On ne vous surprendra pas en vous annonçant que ce mot totalement imprononçable nous vient du Danemark et qu'il signifie "distillé à la maison". Le terme est un générique pour tous les alcools maison. Mais attention, au Danemark les alcools au dessus de 14% ne peuvent être fabriqué que par des professionnels, sous peine de lourdes lourdes peines. Si on vous retrouve avec un alambic maison ou ne serait-ce que le matos pour le fabriquer, on peut vous foutre à l'ombre pour un bout de temps. Bref, si vous la chance de boire du Hjemm... euh Hjemmmm... bon même à l'écrit c'est imprononçable, vous êtes un putain de rebelle sans foi ni loi et autant vous dire que ça nous excite un peu, alors passez nous voir au bureau.

  5. Lotoko Congo
    Créé à partir de la fermentation du maïs et de manioc,le Lotoko est un alcool traditionnel du Congo. Fabriqué la plupart du temps à l'aide des lambics artisanaux faits en barils de pétrole, le lotoko dépasse souvent les 50 ° et est par conséquent banni sur le territoire. Evidemment, ça ne vous empêchera pas d'en trouver partout. Vous pourrez alors, après un bon repas lancer en fin connaisseur "Hmm il est bon ton lokoto, il a de la cuisse non ? C'est ce petit goût de pétrole en retour qui fait le tout"

    lokoto
    Crédits photo (creative commons) : Francis Hannaway
  6. Changaa Kenya
    Connu aussi sous le nom de "Chumi Chumi" voire de "Kill me quick", qui ne veut pas dire "auriez-vous l'obligeance de m'ôter de la vie dans un restaurant rapide belge concurrent à McDonalds" mais bien "achève-moi bordel de merde achève-moi". Parce qu'autant vous le dire tout de suite, le Changaa n'est pas exactement le petit apéro sympa que votre tante boit à noël avant de dire après deux gorgées "qu'elle est un peu pompette". Non, cette saloperie est agressive et a provoqué de nombreux décès et de cas de cécité. Cette "bière" fabriquée à partir de bananes et de différentes huiles de vidanges est incroyablement toxique, le changaa est à éviter à tout prix, sauf si vraiment vous avez quelque chose à oublier.

  7. Koutoukou Côte d'Ivoire
    Fabriqué grâce à la distillation de bourgeons de feuilles de palmiers (palmier à huile, rônier, raphia), le koutoukou est massivement consommé en Cote d'Ivoire, même si l'alcool à base de feuille de palmier (on fait avec ce qu'on a) se trouve dans pleins de pays d'Afrique. Ces alcools qu'on englobe souvent sous le terme "vin de palme" varient grandement en qualité. Vous trouverez du bon voire du très bon, et du ignoble fabriqué à base de produits toxiques qui vous fera saigner des yeux.
  8. Arak Liban, Syrie, Jordanie
    Le mot arak vient de l'arabe qui signifie sueur. Pour cause, cet alcool ambrée consommé généralement dans les pays du Proche-Orient et fabriqué à partir de la fermentation de fruits, de céréales, ou de sève de cocotier, peut monter jusqu'à 50°. Ça n'en fait pas la boisson la plus dangereuse de ce top, mais consommé en cocktail (comme c'est souvent le cas) elle peut clairement vous prendre en traître et vous mettre une bonne claque dans la tronche. Pensez-y, ou vous risquez de vous réveilleur en slip sur une plage du Sri Lanka avec un tatouage sur le torse et aucun souvenir de la veille.

    Arrack_Mendis_Bottle
    Crédits photo (creative commons) : AlMare
  9. Hokonui Nouvelle Zélande
    Fabriqué en Nouvelle Zélande, un pays qui tout compris, puisque c'est l'un des rares a voir autorisé la fabrication artisanale d'alcool (pas le droit d'en vendre cependant), l'Hokonui du nom d'une montagne qu'on trouve dans le sud du pays a longtemps été un moyen de survivre pour les habitants de cette région qui vivaient des fruits de la vente. Depuis c'est une boisson (sorte de whisky) reconnue et légale. Elle vous arrachera quand même la tronche.

    old-hokonui
    Crédits photo : http://www.cdiscount.com/vin-champagne/whisky-scotch-alcool-aperitif/old-hokonui/f-129411403-oldhokonui.html
  10. La grosse gnôlasse à l'ancienne La France qu'on aime
    Fabriqué a peu prés partout dans l'hexagone dès qu'on a un champ de patates et de la prune. La gnôle du tonton est un tradition bien française quiest amenée à disparaître. Souvent sortie à la fin d'un repas gargantuesque, elle aide a digérer et aussi à pioncer. Dans certaines contrées un peu reculées on la considère même comme un médicament. Si vous n'êtes pas encore convaincu de ses vertus, délectez vous du témoignage du dernier bouilleur de cru de Savoie, ci-dessous en vidéo :

Allez à la bonne votre

Source : Moonshine by country/Wiki

Source photo une : rottenecards