Le sport l’été, c’est un peu comme les amourettes de vacances : on se dit qu’on a enfin trouvé le bonheur et qu’on va tout faire pour que ça dure. Et puis, dès la rentrée, c’est la cata ! La routine s’installe en même temps que les prétextes bidons pour s’éviter de faire des efforts.

1. La pétanque

De loin, le meilleur sport du monde ! Déjà parce qu’on n’a pas besoin d’être au top physiquement pour le pratiquer. Ensuite, parce que la chance du débutant y fait encore régulièrement des merveilles. Sans parler de l’obligation de bien s’hydrater pendant les parties avec ce qu’il faut d’anis si possible. Jouer à la pétanque est tellement top qu’on se demande vraiment pourquoi on réserve sa pratique aux vacances, alors qu’on préfère le reste de l’année souffrir dans des salles de sport, voire pour les plus masos, s’épuiser à faire des longueurs à la piscine.

2. L'ultimate (également appelé frisbee de plage mais ça fait quand même moins classe)

Le frisbee c’est mignon, mais on se fait vite suer. Alors qu’avec l’ultimate, là on commence vraiment à s’amuser. 2 équipes s’affrontent sur un terrain avec de chaque côté, une zone d’en-but. L’objectif, se faire des passes sans se faire intercepter, ou laisser le frisbee toucher le sol, jusqu’à ce que ce qu’un coéquipier le réceptionne au-delà de la zone de but adverse. Dernier détail, le frisbee ne doit pas rester plus de 10 secondes dans les mains d’un joueur. Un sport à pratiquer sur la plage histoire de bien emmerder tous ses voisins.

3. Les raquettes de plages (et sa version brésilienne le Frescobol)

On a tous passé des heures à se renvoyer la baballe à l’aide de raquettes en bois peinturées de couleurs flashy. Ce qu’on ignorait au passage, c’est qu’on perpétuait là un sport brésilien inventé après la Seconde Guerre mondiale nommé le Frescobol. Une discipline qui consiste à faire le plus d’échanges possible en frappant la balle de plus en plus fort. Pour compliquer l’exercice, les 2 joueurs peuvent s’écarter progressivement, voire même décider à tour de rôle de désigner un attaquant (qui ne joue quand smashant) et un défenseur (qui s’en prend plein la gueule).

View this post on Instagram

#sundaymood ?? #tonoadorofarm #frescobol

A post shared by Laís Monteiro (@laismonteiron) on

4. La natation

Dans notre cas, on appellerait plutôt ça barboter que nager, mais s’il y a bien une période de l’année où l’on prend plaisir à se mettre à moitié à poil pour se plonger dans une eau à moins de 26 degrés (le minimum pour y aller franco), c’est bien l’été. Le reste de l’année, la simple idée d’aller friper nager à la piscine est un calvaire. Et tant mieux pour vous si vous faites partie des adeptes du bonnet de bain et des mycoses aux pieds.

5. Le Touch rugby (ou beach rugby)

C’est un peu comme jouer à « chat bite » mais au lieu de se toucher les parties génitales, il suffit de toucher à deux mains le porteur du ballon avant qu’il ne franchisse la zone d’essai. Le Touch Rugby peut se pratiquer sur la plage et oppose une équipe qui attaque composée de 3 joueurs qui se passent la balle comme au rugby, et une seconde qui défend composée de 2 larrons.

6. Le tambourin

Rien à voir avec des cessions de djembe la nuit sur la plage au coin du feu, le tambourin est un vrai sport (à la con). Une sorte de tennis pratiqué à l’aide d’un cercle en plastique tendu d’une peau en guise de raquette, d’une balle (logique), d’un filet et de 2 équipes solides des cuisses pour espérer se déplacer dans le sable sans trop galérer. Les points se comptent comme au tennis (15,30,40 etc.) sauf qu’à la place des sets, l’équipe qui remporte la première 16 jeux, gagne le match. A noter que la France est devenue Championne d’Europe de la discipline en 2016 !

7. Le ping-pong

Le ping-pong est avec la pétanque, LE jeu de l’été. D’abord parce qu’on a vite l’impression de savoir jouer (même si en vrai, on joue comme une merde). Ensuite parce que ça se pratique en extérieur, qu’on peut y jouer à plusieurs, en double, ou mieux encore en tournante : le hunger game du jeu de raquettes ! On adorerait y jouer le reste de l’année, sauf qu’à moins de transformer sa table à manger en table de ping-pong, ça paraît compliqué.

View this post on Instagram

Friday mood be like...?

A post shared by Phase 4 Communications (@phase4.de) on

8. Le stand-up paddle

C’est le sport d’été à la mode depuis plusieurs années. Le principe ? Tenir debout sur une planche bien large et pagayer pour avancer. En gros, c’est comme la planche à voile, mais sans la voile. Et ça cartonne. Parce que c’est relativement facile si on ne le pratique pas en pleine mer, et que c’est le meilleur moyen parait-il pour avoir un corps de rêve. Problème, à part si vous vivez en bord de mer ou de lac, difficile de pratiquer le stand-up paddle au-delà de l’été. Bien qu’il semblerait qu’il soit possible d’en faire dans la Seine en Région parisienne. Prévoir la combinaison intégrale quand même.

9. La pétéca

La pétéca nous vient encore du Brésil, pays où visiblement on se fait tellement chier sur la plage qu’on invente tout un tas d’activités sportives pour s’occuper. C’est le cas de la pétéca, mixe improbable entre le badminton, le volley et la pelote basque. Le jeu consiste à se renvoyer à l’aide de n’importe quelle partie du corps, un volant formé de 4 grandes plumes fixées sur une base en caoutchouc. Les matchs se disputent en 2 sets de 12 points chacun et seul le joueur qui sert peut marquer un point. Un sport qui a l’air sympa mais qui se révèle bien galère quand on débute (et après aussi d’ailleurs). Sans doute la raison pour laquelle il ne passera l’été.

10. L’aquagym

L’aquagym en vacances permet aux grosses feignasses de se dire qu’elles font du sport alors qu’on sait très bien qu’elles ne font que barboter gentiment dans 1m50 de flotte, sur un fond de techno dégueulasse. L’aquagym estivale n’a en effet souvent rien à voir avec celle que l’on pratique avec des coachs le reste de l’année, qui elle est recommandée pour se découvrir à chaque séance de nouveaux muscles.

Vive le sport !