Trop de clubs de Ligue 1 négligent de soigner l'entrée dans le stade des joueurs. C'est pourtant important : Pour que plusieurs dizaines de milliers de personnes s'enthousiasment lorsque 22 mecs en short pénètrent sur une pelouse gelée en plein mois de janvier, il faut un truc fédérateur, un truc entraînant, un truc qui accompagne les gladiateurs qui rentrent dans l'arène... Petite sélection des fautes de goût pratiquées ces dernières années dans les stades de notre beau pays. Après on s'étonne que les mecs soient contents d'entendre la musique de la ligue des Champions...

  1. The Final Countdown (Europe): Parce qu’on entend ce truc sur trop de stades, Auxerre, Sochaux, et autrefois Toulouse (parce que The Final Countdown, ca fait TFC). Le Stade Olympique de Romorantin pénètre également sur la pelouse de Jules Ladoumègue sur cette chanson… Le synthé, ça le fait chez les footeux
  2. Eye of the Tiger (Survivor): Entendu à une époque à Bordeaux, à Paris et dans quelques stades de rugby… T’as des problèmes d’identité, pas d’idée ? Il reste toujours Rocky III.
  3. Can you feel it (Jean Roch): Un gros truc dance aux airs de déjà entendu résonne à Lorient… « Can you feel the pelouse synthétique » ? Passons sur le fait que ce massacre musical ne serait pas pour rien dans la mort de Michael Jackson qui aurait dit "s'en est trop". Un simple "Soldat Louis" aurait pourtant largement fait l’affaire (ou pas)
  4. Who Said I Would (Phil Collins): A se demander si Alain Roche ne choisit pas non plus la musique du stade. Le PSG, à la pointe de ce qui se fait en matière de musique, avec un bon titre de 1985. A moins que soit pour attirer Steven Gerard au PSG, grand fan de l'ami Phil au point se bastonner avec qui ne partage pas cette passion.
  5. Jump (Van Halen) : comme son meilleur ennemi le PSG, l'OM bloque sur les années 80. Une intro de synthé par l’un des mecs qui a marqué l’histoire de la guitare, c’est comme Brandao sur l’aile gauche : un contre-emploi que l’on excuse tant que ça gagne.
  6. Narcotic (Liquido) : Un groupe allemand pour l’entrée des Girondins. Bordeaux a décidément été marqué par le passage de Gernot Rohr.
  7. Sirius (Alan Parsons Project) : Le fan des Chicago Bulls de passage a Nice reconnaît vaguement les couleurs, le morceau d’entrée des joueurs et à la place de Michael Jordan, il aperçoit Renato Civelli... ça fout un coup.
  8. Music (John Miles) : Un morceau qui fleure bon les années 80 (1976 même) à la Beaujoire (et à Marcel Picot à Nancy), entre Champs Elysées et Mac Gyver, et qui donne l’impression de voir entrer le Nantes qui nous a fait rêver : Loic Amisse, Yvon Leroux et Max Bossis...
  9. Thunderstruck (ACDC) : La sono de Valenciennes est aux mains d’une bande de hardos bien chevelus et abreuvés de kro qui ont également passé Whiskey in the Jar de Metallica. Voyoux ! Blousons noirs !
  10. Go West (Pet Shop Boys) : Entendu à Nantes, à Rennes et à Paris, les “garcons de la boutique animalière” avaient, bien avant les White Stripes, signé l’hymne ultime de stade.
  11. Les Corons (Pierre Bachelet) : : Si les matchs des Sang et Or s’ouvrent sur "La Lensoise", sorte de marseillaise du Nord, c’est bien le sinistre morceau de Bachelet qui est entonné en deuxième mi-temps. C’est pas ce qu’il y a de plus funky, mais un stade entier qui chante ce truc, ça reste impressionnant.
  12. Where The Streets Have No Name (U2) : Encore un classique, dont s’est, entre autres, servi Montpellier. De la musique de tapette aurait dit Louis Nicollin ... ou de sous-hommes selon George Frêche.
  13. Bonus 1: Keltia (EV) : Les Rennais rentraient il y a peu sur la pelouse sur ce son bretonnant et sympathique. Mais mettre en valeur un groupe nantais Route de Lorient, c’est pas sérieux. (Malheureusement, nous ne sommes pas en mesure de vous faire écouter de chef d'oeuvre.)
  14. Bonus 2: TFC Music (Frank Sadran) : Ouais, Frank Sadran, le frère d’Olivier Sadran, le président du club. Parce que le Téfécé, c’est une grande famille. Il doit avoir un neveu à la billeterie et un beau-frère à la buvette. Impossible de trouver ce "master piece" sur le web

Pour les vrais tarés, on a même créé une playlist Spotify. Pour vous croire au stade, mais dans votre salon.

Et vous, quel hymne vous a plutôt donné envie de vous asseoir lors de l'entrée des joueurs de votre club préféré?

Footeu-se dans l'âme ? On a déniché les gadgets les plus cool :