Le film de "potes", ce n'est pas un genre cinématographique à part entière. C'est presque plus. C'est le genre de film, souvent plus masculin, qui nous rappelle à nos propores histoires, le miroir de nos souvenirs, qui met en image les amis qu'on aurait aimé avoir, et met en mot ce qu'on aurait aimé le dire, quelquefois. Le fim de potes se voit et se revoit, entre mais justement pour rire ensemble. Puis plus tard, avec une tasse de thé bien chaud sous la couverture, et un téléphone pas trop loin, pour penser à passer un petit coup de fil à l'entre d'entre eux, juste après.

  1. Mes Meilleurs Copains: (Jean Marie Poiré, 1988) Clavier quand il était drôle, Darroussin qui explose et même Bacri qui sourit. A voir et à revoir.
  2. Les petits mouchoirs: (Guillaume Canet, 2010) Si lui même dit que c'est "le film de sa vie", on le croit. Enfin un vrai concurrent pour mes meilleurs copains avec une sacrée brochette d'acteurs. Guillaume, tu devrais faire un film sur les tops.
  3. Un éléphant, ça trompe énormément: (Yves Robert, 1976) Rien que pour la voix-off de Jean Rochefort (la plus belle voix française ?) et la partie de tennis avec Bedos/Lanoux/Brasseur.
  4. Very Bad Trip: (Todd Phillips, 2009) Le carton de 2009 qu'on a d'abord pris pour une gentille daube de l'été. Mais c'était sans compter sur Ed Helms de The Office, entre autres. Ce qui se passe à Vegas, reste à Vegas.
  5. Le Coeur des Hommes: (Marc Esposito, 2003) une véritable amitié, solide et intemporelle, illustrée avec 4 hommes au tournant de leur vie, que les aléas de la quarantaine et le foot rapproche encore plus. Attention, une suite ratée.
  6. Peter's Friend: (Kenneth Branagh, 1982) L'amitié ne s'arrête pas à la maladie. Le cinéma anglais dans ce qu'il a de meilleur.
  7. Le peril jeune: (Cédric Klapisch, 1994) Quelques jours après le décès de leur meilleur ami du lycée, une bande de jeunes se retrouve pour l’accouchement de sa compagne…
  8. Les Bronzés: (Patrice Leconte, 1978) Forcément, ils ont fini "amis pour la vie" dans une bronzés 3 qu'on oubliera, alors ça terni un peu l'image. Mais il n'empêche, être Popeye, à un moment on aurait bien aimé.
  9. Les Randonneurs: (Philippe Harel, 1997) Quand Poelvoorde vous apporte la révélation sur vous-même en vous apprenant à marcher.
  10. 15 août: (Patrick Alessandrin, 2000) 3 hommes livrés à eux mêmes, avec enfant, le temps d'un week-end. Berling, Berry (avant les pubs pour le yaourt) et encore Darroussin.

Et vous, vous en connaissez d'autres, à part "Les Copains d'abord" (The big Chill) qui aurait pu être dans cette liste ? (non pas "Copain pour Toujours", faudrait pas déconner non plus...)

Et sinon, rien à voir, mais parce que toi aussi tu détestes courir (sauf des fois), découvre notre dernière vidéo (et abonne-toi à notre page Youtube)