Dans la même veine d'un top de fanchie, voici le retour des expressions à ne prendre au pied de la lettre (tiens elle veut dire quoi celle là ?). La langue française est pleine d'images et de métaphores, la preuve. A vous de faire le tri pour ne pas devenir un grand malade.

  1. "Manger sur le pouce" : Si vous vous tenez en équilibre sur le pouce pour manger vous allez probablement vous le casser. Ou alors si vous vous servez de votre pouce comme assiette, l'idéal reste de ne pas avoir trop faim...ou d'avoir un très gros pouce.
  2. "Qui vole un oeuf, vole un boeuf" : Et qui vole un boeuf est très fort ! Y'a mieux pour passer inaperçu pour un voleur non ? Et puis au final, il en fait quoi de son boeuf ?
  3. "Décider sur un coup de tête" : Attention, celle ci est dangereuse ! Si vous mettez un coup de tête à quelqu'un à chaque fois que vous allez décider quelque chose, ça peut vite dégénérer... Zidane Power
  4. "Avoir le compas dans l'oeil" : Attention là aussi ça peut vite dégéner. Et pourtant, c'est une expression positive.
  5. "Changer d'avis comme de chemise" / "il ya que les cons qui changent pas d'avis": deux expressions qui font la paire. Si vous connaissez des gens qui puent, ils sont probablements cons ou un peu obtus...
  6. "Crier quelque chose sur les toits" : le mec qui va monter sur un toit pour "Quelque chose!!" il a pas dû changer souvent sa chemise.
  7. "En perdre son latin" : Dis donc t'as pas vu mon latin ? Je m'inquète la dernière fois je l'avais laisser là mais j'arrive pas remettre la main dessus.
  8. "En mettre sa tête a couper" : -Salut Sully, tu fais quoi là? -Bein je vais mettre ma tête à couper, elle est trop grosse depuis que Topito publie mes top...
  9. "Avoir quelqu'un dans le nez" : expression qui demande un orifice respiratoire exceptionnel.
  10. "Demander la main de quelqu'un" : Oui tu peux me passer ta main, faut que je me gratte le dos, je te la rend après.

Et vous, vous en voyez d'autres ?

Top inspiré d'un article de "l'internaute" et écrit par Sully, nouveau topiteur.

Crédits photo (creative commons) : Horia Varlan