Vous n'êtes pas sommelier et ce n'est pas non plus votre but. Mais organiser un dîner et proposer du bon vin ne doit pas pour autant se limiter à se ruer au dernier moment chez Nicolas, prendre la bouteille en promo la plus proche de la caisse et l'ouvrir en vitesse. Pour mettre toutes les chances de votre côté et accessoirement respecter le travail du viticulteur, il y a 10 petites choses à faire pour passer un pro de la question vinicole et c'est GQ qui régale

  1. Tu ne stockeras jamais de bouteilles à température ambiante
    Le vin a une forme, en fait un vrai puzzle, qui perd son sens quand il est violenté. Le plus doué pour refaire le puzzle comme le vigneron l’a pensé, c’est la fraîcheur. Et dans nos appartements urbains, il n’y a qu’une cave électrique qui puisse la procurer. L’investissement peut sembler lourd (au moins 400 €), mais il est indispensable.
  2. Tu feras preuve de patience
    Le temps est l’ami du bon vin. Une bouteille (surtout de vin rouge) a besoin de retrouver sa forme après un long voyage (retour de vacances) ou des chocs physiques ou thermiques (grande distribution). De deux jours de repos à plat et à la fraîche pour les petits vins, à deux mois pour les grands.
  3. Tu serviras toujours le vin rouge en carafe
    Acheter une belle carafe bien ventrue et sans ornement superflu, et jour après jour passer tous les rouges à la moulinette de l’oxygénation rapide. De la discipline pour du plaisir, 90% des rouges s’assouplissent en cinq minutes quand ils sont jetés dans le grand bain. Les autres auront besoin d’un quart d’heure à une heure.
  4. Tu serviras du sucré sur du salé
    Jurançon, Saussignac, Layon, vendanges tardives alsaciennes, Loupiac… Tous ces recalés du repas peuvent vivre une nouvelle vie, pour peu qu’on regarde ce dernier sous un autre angle : qui mieux qu’un léger sucré s’adapte aux viandes blanches, aux peaux de volailles croustillantes, au gigot caramélisé, aux fromages puissants mais crémeux ?
  5. Tu refuseras les verres à moutarde
    Versez le même vin dans un verre à moutarde et dans un verre à vin: au nez, mais aussi en bouche, l’impression est totalement différente. La forme est essentielle: évasée en bas, resserrée en haut, elle crée un effet cheminée qui fait remonter les arômes dans le nez. La finesse du verre rend les lèvres plus sensibles.
  6. Plus loin de Bordeaux tu iras
    Vous avez bu trop de Bordeaux très moyen, voire mauvais dans des fêtes douteuses et des verres plastiques. C'est l'occasion de vous éloigner un peu de ce qui reste la star des régions françaises. La Bourgogne bien sûr, mais aussi et surtout le Rhône qui a le vent en Poupe, sans parler du Languedoc et ses progrès phénoménaux. Sans aller jusqu'à l'autre bout du monde, réveiller votre image des vins italiens pour être une sacré bonne idée.
  7. Tu sauras qui est Robert Parker
    A l'origine un passionné américain de vin et de notation (et donc de listes, donc un ami) dont le classement annuel des vins et les notes attribuées sont devenus une référence mondiale. Son impact sur les ventes et sur la manière même dont sont fabriqués les vins pour correspondre à son gout de vin corsé est tout sauf neutre. Tu ne seras pas obligé de le suivre dans ses choix, on parle de pas mal de dérives du système, mais le citer te donnera l'air d'un mec au parfum. Et qui ne suit pas la tendance en connaissance de cause.
  8. Tu ne serviras pas le pedigree de la bouteille
    Le monde du vin est surprenant, et se limiter aux noms connus serait, plus que dommage, stupide. Et pour entraîner le reste de l’humanité dans cette quête héroïque et bien sûr infinie de la bonne bouteille, il faut la surprendre. Ne jamais donc annoncer la couleur, et servir tout en carafe, effervescents compris (si si, le gaz reste !).
  9. Tu ne seras jamais pris au dépourvu
    A toujours avoir : deux effervescents dont l’un frais pour les occasions imprévues, deux bouteilles de vin de soif (Loire, Beaujolais) pour les copains, un blanc frais pour pêche miraculeuse, un grand liquoreux pour se consoler, et trois rouges : un corsé (Rhône, Languedoc), un fruité (Sud-Ouest), et un bourgeois (Bordeaux, Bourgogne).
  10. Tu serviras toujours à tes invités un vin que tu connais déjà
    Pourquoi faut-il boire du vin même quand on ne reçoit pas ? Parce qu’il faut sélectionner les vins qu’on servira à ses invités. Comme pour le caviste, le discours doit correspondre au liquide, et une table où le vin est (vraiment) bon et où il s’accorde à ce qu’on mange est une table où on revient.

Et vous, vous avez d'autres conseils "sommelieresque" ?

Source et suite du classement chez notre partenaire GQ

Crédits photo (creative commons) : 96dpi