Crédits photo (creative commons) : Jason Clapp

Comme ça, au premier abord, on dirait plutôt qu'être otage n'a rien de très positif. Pouvoir aller où on veut quand on veut sans avoir à porter un journal avec la date du jour et une barbe d'un mois a ses avantages, c'est évident. Mais otage n'a pas que des inconvénients non plus, en cherchant bien. Etre otage, c'est...

  1. ...être préservé pendant un laps de temps considérable de tout ce qu'il se passe en France : et cela inclut évidemment l'écoute répétée du dernier Johnny, le 13 heures de Pernaut et les rebondissements quotidiens de l'affaire DSK. Coupé du monde, pour de bon...
  2. ...c'est l'unique chance, ou presque, d'avoir de grandes photos de vous devant les mairies : n'est pas Zidane qui veut avec son portrait sur l'Arc de Triomphe. Un conseil quand même, bien choisir sa photo ! Mettez la dans un répertoire "en cas d''enlèvement" bien en évidence sur le bureau de votre PC. Ca serait trop bête de passer plusieurs mois à la télé avec une photo un jour de gastro.
  3. ...c'est l'occasion de lancer ou de relancer une carrière : ce n'est pas le but recherché, mais puisque ça peut ouvrir des portes, autant y aller à fond. Commencer par un énième livre bien glauque, choper une breloque ou deux pour la liberté de la presse, et faites vous racheter les droits par le cinéma. Si vous n'avez pas mangé pendant 15 jours, ou que vous étiez gardé dans le désert ou dans la jungle par des hommes assoiffés de sang , ça peut aider. Sinon, inventez.
  4. ...c'est changer, physiquement, en bien selon la mode : un an dans une cave et vous risquez de revenir tout maigre avec le tein blafard d'Edward de Twilight. Les filles seront donc hystériques, être pris en otage deviendra un phénomène national, le tourisme en Afghanistan et en Irak fleurira à nouveau.
  5. ...c'est la possibilité de ne pas voir grandir vos enfants: mais plutôt ceux de vos ravisseurs. On en connait plus d'un qui seraient pas fâcher de se faire enlever sur la période 0 à 3 ans, histoire de pas changer les couches. "Je peux pas, chui otage là".
  6. ...c'est dire fuck à la société de consommation: en prenant conscience qu'on peut vivre avec deux t-shirt et les mêmes basket pendant quelques mois. C'est oublier le concept même de "deuxième démarque-tout doit disparaître". Vous, c'est justement de disparaître qui vous inquiète.
  7. ...c'est être écolo à fond, à la pointe des derniers progrès en la matière: économie d'energie maximale, PQ recyclable, bouffe locale ... à votre retour, vous aurez un bilan carbone tellement positif que vous pourrez vous permettre d'aller au boulot en avion pour le reste de votre vie.
  8. ...c'est se mettre dans la peau des usagers de la SNCF pendant les grèves chaque année qui se disent "otages", eux aussi : un peu de compassion dans notre société n'a jamais fait de mal.
  9. ... c'est sauver des centaines d'euros en frais de diététicien et autres bouquins de régime Dukan : vous mangez moins. Mais mal, c'est le gros point noir. Alors bien sûr quand vous faites les comptes après quelques mois, à raison de 15 euros par jour, ça cause quand même
  10. ... c'est surtout apprendre à chérir les jours où tout va bien: en en ayant conscience avant que tout aille mal. Etre otage, c'est avoir le temps de relativiser.

Et vous, vous en voyez d'autres ?

Top inspiré par guydiMeo