Il y a des petites choses qui restent comme ça dans l'imaginaire collectif. Une grande victoire, une belle défaite (si, ça existe). Des Unes de l'Equipe qui restent, des moments où l'on se souviendra où on était lorsqu'on les a vécu. Ca, 2010 en a connu quelques uns, pas toujours ceux que l'on croit certes, mais des moments qui marquent en tout cas. Chez Topito, on en a gardé 10, plus ou moins importante.

  1. La prouesse de l'équipe de France qui réussit à s'entrainer dans un bus: parce qu'on dit souvent à tort que l'Equipe de France refusa de s'entraîner à Knysna alors qu'en réalité les joueurs décidèrent de souder le groupe en s'entrainant dans un tout petit espace. Faire autant parler de soi en étant aussi pitoyable su le terrain et en dehors, ça relève de la prouesse. Aucun bleus n'avait jamais été jusque là.
  2. Le Sport Espagnol en général (basket, foot, tennis, cyclisme): il y a des cycles comme ça. L'Espagne a surement connu le haut de sa vague avec la consécration de la Roja en Afrique du Sud. Un tennis au top avec 5 joueurs dans le Top 25 et Nadal en tête, la basket qui avait ouvert la voie il y a quelque temps, le cyclisme qui brille entre deux controles anti-dopage... Bon c'est vrai, au rugby c'est plus dur.
  3. "Les experts" Champion d'Europe en Hand: autant les Experts Las Vegas (ou-autre-ville-des-US-marche-aussi) dopent méchamment l'audience de TF1, autant nos spécialistes nationaux de hand dopent les victoires du sport français. Champion Olympique / Champion du Monde et Champion d'Europe cette année. Dans n'importe quel autre sport un peu plus médiatique, ce serait des stars planétaires dont on s'arracherait les frasques sexuelles au même titre que n'importe quel footballeur moyen. Mais voilà, le ballon est plus petit, c'est du hand, alors on est content et on oublie. Mais quelle perf.
  4. Le XV de France qui arrache le Grand Chelem en rugby: parce que ce n'est pas si courant et que ça faisait un petit moment. Que se dire que l'Angleterre est derrière c'est toujours un gentil plaisir. Bon surement pas de quoi rivaliser non plus avec les nations du Sud, Australie et All Blacks en tête, qui depuis nous ont montré que le rugby avait évolué bien plus vite que nous. Méchamment même. On se raccroche à ce qu'on peut.
  5. Les 21 médailles de l'Equipe de France de Natation aux championnats d'Europe: longtemps il n'y a eu personne. Et puis Manaudou est arrivée et a décomplexé tout le monde. Et maintenant on a les Bernard, Bousquet, Lacour et bientôt Agnel. Les records tombent et les médailles pleuvent. Des victoires, des hommes taillés en V, des maillot poutre-apparentes, ça vaut bien un succès médiatique et un surement futur calendrier.
  6. Sebastien Loeb et son 7ème titre de champion du monde dont on se fout un peu: tous les ans il gagne, c'est presque une rengaine. On a notre Federer sous les yeux, il survole sa discipline, écœure ses adversaires, mais bizarrement on n'en parle pas tant que ça. Un homme aussi doué mérite-t-il vraiment de finir dans une pub Citroen ? La vie est dure, parfois.
  7. Le Régime de David Douillet qui marche: on l'avait quitté roi des tatamis, monsieur Indestructible. Seulement David, il a changé, il a choisi la voie de la politique après avoir été le porte parole des sportifs français aux JO de Pekin. Et qui dit changement dit régime. David Douillet, il ne fait rien à moitié. C'est pas un ou deux bourrelets qui vont résister à un triple Champion Olympique. On attend maintenant avec impatience son bouquin "Quand Dukan m'aide à faire ceinture".
  8. Mourinho, l'entraineur au gros melon qui gagne: certes il n'arrive que dans des grands clubs, certes il peut choisir ses joueurs, certes il a melon voire une pastéquite aiguë, certes il se met la presse à dos dans tous les pays où il travaille mais elle en redemande... Il réussit à dompter des hommes en short avec des ego surdimensionnés parce qu'ils croient en lui. Mais surtout il gagne. Presque tout. Alors quand la performance prend le pas sur tout le reste dans un monde qui ne retient que les gagnants, on lui reproche quoi au portugais ?
  9. Le FC Barcelone-what-else: quoi ? Evoquer le FC Barcelone l'année où ils ne gagnent pas tout justement ? Ben oui, parce que le pourquoi on aime le foot, c'est le Barça. Parce que si déjà petit le maillot blaugrana faisait rêver, une fois adulte, la magie marche encore. Parce que ça parait tellement simple que ça semble presque facile. Alors qu'on touche au plus complexe, et que cette fluidité est un sommet. Et oui, on adore malgré la coiffure de Puyol, c'est dire.
  10. Mamy Longo fait de la résistance: 52 ans, toutes ses dents, et encore championne de France du contre la montre cette année. 57 titres nationaux et une page palmarès sur Wikipedia longue comme le bras. Nous avons devant nous un mythe, une princesse de la "petite reine". Jeannie Longo, c'est un repère rassurant, elle est toujours là, et ça fait du bien de voir que tes idoles en activité peuvent être plus vieille que toi. Ca change des Messi, et des Nasri, ces petits boutonneux qui te rappellent que le temps passe :-)

Et vous, vous en voyez d'autres ?

Footeu-se dans l'âme ? On a déniché les gadgets les plus cool :