Crédits photo (creative commons) : Jeff Belmonte

On a tout fait pour éviter l'inéluctable, mais le sort de la dette grecque était depuis longtemps scellé : la banqueroute. Les banques qui ont acheté des Bons du Trésor du gouvernement grec se retrouvent le bec dans l'eau et ne reverront pas une partie de leur fric. Damned. Pour compenser cet investissement aventureux, il va bien falloir cogner sur les petits épargnants et couper le robinet du crédit. Et vous, nous, chers clients de ces banques, on va vite comprendre qu'une dette n'est jamais vraiment annulée, même à 40%. Petit florilège des prochaines bonnes surprises que vous réserve votre banquier pour se refaire la cerise.

  1. L'augmentation des "frais de tenue de compte" : oui, il va falloir payer davantage pour que votre banque garde VOTRE argent, le fasse fructifier et vous interdise de le retirer trop vite. "Non Monsieur, vous avez dépassé votre plafond hebdomadaire de retrait... oui, je sais que c'est votre argent, mais vous êtes manifestement irresponsable..."
  2. Un certaine inventivité dans de nouveaux frais : frais d'envoi de chéquier, frais de non-retrait de chéquier, commission pour compte dormant... Les banques peuvent déjà tarifer sans vergogne tout et n'importe quoi. "Frais de paillasson" quand vous vous rendez dans l'agence, "frais de politesse" si vous ne dîtes pas "bonjour" à tout le personnel de l'agence, "frais de stylo" si vous n'apportez pas le votre lors d'un retrait au guichet...
  3. Le resserrement du crédit : "Ah non Madame Michu... nous n'allons pas pouvoir vous aider à financer les travaux de votre maison... on a du arbitrer entre les travaux de votre maison et la titrisation du sur-endettement d'un pays qui ne fait plus de croissance... Je suis sûr que vous comprenez le choix de nos experts financiers."
  4. Les agios au delà du raisonnable : vous êtes à découvert? Vous avez des difficultés de trésorerie? On va s'assurer que ce soit durable en appliquant des taux d'intérêt délirants et en sanctionnant lourdement chaque mauvaise action, telle une émission de chèque sans provision ou un refus de carte. Ou juste des dépenses "trop élevées"*. (*la notion de "trop elevées" est laissé à la charge de votre conseiller clientèle).
  5. L'alignement sur la concurrence : ce serait trop facile s'il suffisait de changer d'enseigne. Non seulement, transférer son compte va devenir plus compliqué, mais en plus les offres vont être similaires d'une banque à l'autre. Parce qu'il n'y a rien de pire que la concurrence pour réduire à néant les marges.
  6. Les frais "e-banking" : vous voulez consulter votre compte sur internet? C'est à dire sans papier, sans personne au guichet, sans accueil à l'agence, sans l'aide de personne, bref, sans le moindre service de votre banque? Et bien il va maintenant falloir casquer pour s'offrir un tel privilège. C'est pas parce que c'est automatique que ça devrait être gratuit.
  7. Des coups de fil incessants de votre "conseiller clientèle" : "Bonjour Monsieur, je voulais vous présenter le nouveau "Plan Epargne Invest Plus à taux variable"? C'est un placement qui... pardon?... oui, je sais que vous êtes à découvert, mais cela ne doit pas vous empêcher d'investir malin! Il vous suffit de signer là et de nous faire un premier versem... allo?.... allo?..."
  8. Allonger les délais de virement : vous toucherez désormais votre salaire avec un mois de retard, et par tranches de 500 euros. Parce que la banque, elle connaît les clients dans votre genre, ça touche son salaire et ça claque tout en futilités, du genre "manger", "se loger", "se vêtir"... Votre banque s'assurera désormais que vous renonciez à votre existence de flambeur et renforcera ses actifs avec cet argent. Vous n'êtes pas raisonnable non plus on vous dit...
  9. Interdire purement et simplement les "découverts" : votre banque est déjà bien gentille de garder votre argent et de se livrer à des activités de spéculation parfois très stressantes sur les marchés mondiaux, elle ne va pas en plus vous dépanner pour vos fins de mois un peu compliquées. Vous serez donc considéré "à découvert" à moins de 1500 euros sur votre compte et la banque procèdera à une saisie de vos biens dès que vous approcherez trop dangereusement du zéro.
  10. Opération "pièces jaunes" sur les comptes : vous n'avez pas un montant juste sur votre compte? Ce sera désormais le cas, avec l'arrondi à l'unité inférieure. Le reste ira dans les caisses de la banques au titre des "frais d'arrondi".

Et vous, d'autres idées d'inventions notoires pour se faire plumer par votre banque ?