Manger des légumes, c’est bon pour la santé. Malheureusement, poireaux, chou frisé et autres tubercules sortis des tréfonds de l’enfer (à leurs yeux) ne font pas le poids devant un saladier entier de M&M’s. C’est peine perdu de parler avec son enfant d’apport journalier en fibres, minéraux et vitamines : il est temps de ruser sa mère et faire chauffer la friteuse.

1. Le haricot vert

Un serial killer menace de dessouder le chien de la famille sous les yeux de votre enfant si ce dernier ne termine pas sa salade de haricots verts. Dans 96 % des cas (source inconnue), l’enfant appuierait lui-même sur la gâchette. Mélangez dans un bol du parmesan râpé et de la chapelure fine. Battez deux œufs dans un bol. Farinez un haricot, trempez dans l’oeuf puis le mélange parmesan-farine. Et c’est parti pour 15 minutes au four à 200°C sur une plaque de cuisson. Désormais, Médor vivra longtemps et en pleine confiance dans un foyer heureux.

Ndlr : technique qui marche avec des asperges vertes.

2. La patate douce

Oui, c’est triché car la patate douce est une cousine – lointaine – de la pomme de terre classique. Certes, elle est un féculent mais un bon féculent (riche en vitamines, minéraux et pauvres en amidon). Pas moyen de leur faire goûter ce velouté sous peine de décès prématuré ? Épluchez-les, coupez-les au format potatoes et disposez-les sur une plaque de cuisson arrosées d’un généreux filet d’huile d’olive. Et ceci pendant 35 minutes dans un four préalablement chauffé à 200°C.

Crédits photo (CC BY-SA 3.0) : Sanjay Acharya

3. La betterave

Superstar des légumes racines, la betterave n’en reste pas moins l’ennemi juré de l’enfant (« Papa, papa, j’ai fait pipi du sang »). Votre descendance préférerait marcher sur ses propres excréments plutôt que d’en ingurgiter. Donc, prenez une grosse betterave crue, détaillez-la en frites allumettes plutôt fines et plongez dans l’huile bouillante jusqu’à ce qu’elles deviennent dorées et croustillantes. Salez. Poivrez. Bravo, vous êtes le génie du mal.

4. La courge butternut

Dans l’esprit d’un enfant, la courge n’a d’utilité qu’au moment d’Halloween. La butternut a cette avantage d’avoir une chair ferme, sucrée et d’à peu près la même couleur que la patate. Après avoir épluché, épépiné et taillé en grosses frites la courge, mettez-la à mariner dans un mélange huile vierge, paprika , sel et poivre. Étalez-les sur une seule couche de papier sulfurisé le bazar et laissez cuire 20 minutes dans un four en mode chaleur tournante (210°C, nickel).

5. Le panais

« Ouiiii, notre petit dernier, Anatole, adooooore les légumes anciens ». Ne frappez pas cette personne au visage. Dites-lui du tac au tac que c’est la même pour Jean-Kévin. Pour ce faire, adoptez la même technique que la courge butternut. A ceci près que votre four doit être chauffé à 190°c. Pas compliqué.

6. La carotte

Quand bien même l’enfant tire une tête de six pieds de long devant l’équivalent d’une cuillère à café de carottes râpées, il/elle arrive à en manger. Dans la douleur. Alors, évitez les prises de bec à l’heure du dîner en adoptant la même technique qu’avec les patates douces.

Bravo, vous avez gagné. Les enfants ont mangé leurs légumes. C’était gras mais ça en valait la peine.