La dernière musique de Renaud wolalaaaa QUELLE CLAQUE ! Un chef d’oeuvre de la chanson française, un MONUMENT MEME ! Non en vrai c’est bien de la merde et c’est triste, mais j’ai quand même pris la peine de faire une analyse des paroles pour que vous captiez bien toutes les subtilités de ce texte qui aurait mieux fait de ne jamais avoir vu le jour.

Ps : en fait j’ai pas tellement réussi à analyser ce texte, du coup je vous donnerai surtout mon avis alors que tout le monde s’en fout.

1. Une pointe d'énervement pour commencer

« Coronavirus / Connard de virus »

POUAAAAH c’est fort, c’est puissant, c’est magique, c’est émouvant, et en plus le jeu de mot est tellement bien trouvé et nan c’est bon je rigole, il faut vraiment être dans un autre monde pour oser écrire ça dans une chanson puis la partager à des centaines de milliers de personnes. Mon analyse, c’est que Renaud ne va plus très bien (je me mouille pas trop en disant ça) et qu’il devrait se trouver un auteur.

2. Une petite touche de racisme

« T’as débarqué un jour de Chine / Retournes-y, qu’on t’y confine / Dans ce pays, où on bouffe du chien / Des chauves-souris, et du pangolin »

Imaginez ne serait-ce que brièvement la souffrance que doit ressentir Renaud pour véhiculer des stéréotypes aussi violents. Les Chinois qui bouffent du chien, c’est aussi peu original que malin. C’est aussi raciste que simpliste. Il va pas bien le bonhomme. Bref pour le dire autrement, c’est de la merde.

3. Une pointe de boomer

« Moi devant ma télé?pourrie / Entre BFM et LCI / J’me cogne sans cesse Arlette Chabot / Ou la?pauvre?Roselyne?Bachelot »

Typique des vieux, le mec se plaint d’être abreuvé de BFM et LCI alors qu’il existe plein d’autres chaînes. Soit il ne sait pas se servir d’une télécommande, soit il aime se faire du mal avec des programmes d’info-boomers. Et puis les références, quand même : parler d’Arlette Chabot aujourd’hui, c’est l’équivalent de dire : « regardez, j’ai actuellement 70 ans. » Bon après il a presque 70 ans, du coup ça se tient.

4. Une grosse cuillère de tristesse

« J’en peux plus d’être planté chez?moi / J’veux voir le monde, comment y va / J’veux respirer de l’air bien pur / J’veux retrouver la nature »

Je dis que c’est triste, pas parce que Renaud ne pouvait pas sortir de chez lui (on l’a tous vécu ça, et franchement ça allait), mais parce que la rime avec « pur » et « nature » est digne d’un poème écrit par le petit Matthis à la demande de sa maîtresse de CM1. Mais franchement comment vous voulez que j’analyse ça ? Y’a rien à dire, c’est limpide et vide à la fois (ce qui est fort).

5. Un soupçon d'alcoolisme

« Et le pire, c’est que ces salauds / Y m’ont fermé tous mes bistrots / J’peux plus boire ma flotte peinard / Avec mes potes, le désespoir »

Alors attention, l’alcoolisme est une maladie et donc c’est assez malvenu de s’en moquer. En revanche, on peut dire que ce couplet pue le PMU et le pastis, les tickets de Millionnaire et les manteaux de cuir usés. Et la dépression aussi. Faut l’aider, le Renaud.

6. Une lichette de misanthropie

« Même pas un petit restaurant / Fermé pour cause de confinement / Faire la queue avec ces blaireaux / Pour un pauvre menu MacDo »

Désolé pour vous si vous faites la queue au MacDo, vous êtes officiellement des blaireaux. Renaud n’aime plus personne, il a la grosse dalle et il vous emmerde. Il peut aussi se cuire des pâtes au lieu de faire chier.

7. Mais quand même un peu de solidarité

« Les caissières d’Intermarché / En ont ras-l’bol, et j’les comprends / Elles sont masquées toute la journée / Quant à leur salaire, parlons-en. »

Bon heureusement, il reste encore un tout petit bout de gauche dans le cœur de Renaud, un petit peu de lutte sociale dans ses paroles, mais juste un peu. Demander des sous pour les caissières ça va, par contre ne cherchez plus Renaud dans les autres luttes, il est parti en vacances bien à droite.

8. Une plâtrée de connerie

« Franchement, ce brave Docteur Raoult / Conchiés par les confrères jaloux / Par des pontes, des sommités / Qui ont les boules de perdre du blé »

On arrive au passage le plus intéressant de la chanson. Renaud, qui n’y connaît absolument rien en médecine ou en recherche, a décidé que Raoult avait raison. Ça fait toujours plaisir d’avoir l’avis d’un chanteur qui n’y connaît rien sur ce genre de sujets.

9. DU GROS CLASH SA MÈRE

« Moi j’m’en fous, j’suis immunisé / J’ai des anticorps par milliers / Mais j’ai aussi des anticons / Faut dire qu’en France, ils sont légions »

POLOLOOOOOO LE MEC IL A DEAD SAAA

Non mais sérieusement, pourquoi l’entourage de Renaud ne l’a pas empêché de sortir ça ? On dirait une parodie des Inconnus, sauf que là c’est plus triste que drôle. J’en rajoute pas plus parce que ça m’a bien vénère.

10. Et puis tout le reste

On finit sur un couplet nostalgique où Renaud dit que c tro jenti que le virus il ait pas touché les gamins. Et pis il clash Donald Trump et pis vraiment il faut que je continue ? Cette chanson c’est un scandale. Arrête ça Renaud.

Il avait quand même des bonnes phrases Renaud.