Si les petits gestes écolos du quotidien commencent à devenir une saine habitude pour le citoyen lambda (coucou le tri des déchets) au niveau individuel, il y a encore du travail à faire pour conquérir des sphères plus collectives telles que le boulot. Alors comment faire pour concrétiser nos vagues ambitions écolos quand on est 15, 30, 500 et qu’on n’a pas forcément les structures nécessaires pour systématiser nos gestes ? Enquête. Rencontre. Partage. Amour. Prolapse.

1. Changer nos fournitures de bureau

Tout ce qu’on utilise au bureau est un peu moisi sur le plan de l’empreinte carbone. Des stylos, du papier, de l’encre, des post-it, du scotch, des œillets pour renforcer les trous dans tes copies doubles que tu rentres dans un classeur (alors qu’on a des cahiers, pourquoi on utilise ça ? POURQUOI ?). On n’est certes pas obligé de se passer de tous ces outils, mais on peut au moins, soit en limiter l’usage, soit opter pour des produits déjà recyclés (comme les stylos, ou le papier à plus faible grammage et recyclé etc. Et puis de toute façon, qui utilise encore du papier aujourd’hui à part pour faire des avions volants avec des zizis dessinés dessus ?

Source photo : Giphy

2. Garder la même tasse pour tes cafés dans la journée

Un peu comme le miam-miam, l’ingestion de café rythme généralement ta journée de travail. Sauf que dans les grosses boî-boîtes (on reste sur une base de langage primitif), les machines à café disposent de distributeurs de gobelets, et ça c’est le mal absolu. C’est comme ça qu’on finit par utiliser en moyenne 4 milliards de gobelets en France chaque année ce qui représente pas moins de 32 000 tonnes de déchets par an. Le truc con kwa.

3. Aller au travail à pied ou en vélo ou en transports en commun le cas échéant mais BANNIR la vroum-vroum

Bon je sais, plus facile à dire qu’à faire. Tout le monde ne vit pas à moins de 30 minutes en vélo ou à pied de son travail ce qui complique la motivation pour remuer ses guibolles. Néanmoins, beaucoup de trajets en ville se font en voiture, ce qui me surprend toujours autant quand on vit dans des villes comme Paris où un trajet en voiture prend trois fois plus de temps qu’en métro et t’expose à une kyrielle d’insultes et une symphonie de cris d’énervement tout en te coûtant un bras en essence. Incompréhension. Malheur. Souffrance.

Source photo : Giphy

4. Éteindre son ordi, les lumières et la clim' tous les soirs

On est sur du b.a.-ba je sais, mais il faut parfois enfoncer des portes ouvertes, comme par exemple parce qu’on voudrait que la porte soit plus ouverte qu’elle ne l’était.

5. Ne pas imprimer ses mails

C’est tout con mais ça arrive encore trop souvent. Et ça ne sert globalement pas à grand chose (surtout si c’est pour imprimer les échanges de mails avec tes amis concernant le choix du cadeau en commun pour un ami tierce et qu’il en a pour 25 pages de règlements de compte). Si jamais tu dois vraiment le faire, essaie à la rigueur d’imprimer en recto-verso OU OU OU de choisir des amis qui envoient moins de mails.

6. Ne pas envoyer 27 mails par minute

AH oui je sais ça semble un peu contradictoire avec ce que je viens de dire mais c’est pourtant vrai. Après cette première étape dans la conquête du monde écologique qui consiste à ne pas imprimer ses mails, tu peux passer au niveau supérieur en envoyant moins de mails et en effaçant progressivement ceux que tu reçois. L’envoi de mails représente aussi un coût considérable en énergie avec les data center qui surchauffent. Bref, supprime tes spams pour sauver ton âme.

Source photo : Giphy

7. Ramène ton propre miam-miam

Oui j’utilise des expressions un peu primaires mais c’est pour mieux vous sensibiliser. Donc on se fait des bonnes pâtes au pesto à la zon-zon, comme ça on économise les sous-sous et on n’utilise pas d’emballages. Et si vraiment tu as la flemme de te faire à becter, OKAY, vas donc acheter un plat à emporter, je ne te jetterai pas la pierre… Mais pourquoi diable accepter des couverts en plastique, un gobelet ou même une bouteille d’eau ? A moins de vraiment travailler dans une cave, on a souvent à disposition de la vaisselle et des couverts donc finalement pas besoin de prendre ces trucs même si on te les donne de force. Ça te coûtera deux minutes de vaisselle, mais ta place au paradis sera alors garantie.

Source photo : Giphy

8. Profiter d'avoir un peu de pognon pour utiliser des énergies propres

Des panneaux solaires, un fournisseur d’électricité verte etc. Quand on est une entreprise suffisamment grande pour se permettre d’engager ce genre de travaux, il faut se la donner. Bon, peut-être qu’il est encore un peu tôt pour faire pédaler ses employés pour générer suffisamment d’énergie mais bon allez, on garde espoir.

9. Faire le tri des déchets

Voire se la jouer totalement dingo et faire du compost. Mais bon ça c’est vraiment si t’as déjà des toilettes sèches (et des douches sèches parce que tu adores te laver avec des copeaux de bois) et que tu as un niveau de connaissance suffisamment important pour différencier les déchets organiques des déchets lambda.

Source photo : Giphy

10. Avoir une organisation dictatoriale de la gestion du frigo commun

Ceci est un message subliminal à l’attention de Topito. On a perdu plusieurs stagiaires dans cette faune sauvage. L’autre jour le frigo m’a même insultée, ça commence à devenir intenable cette histoire.

11. Hors canicule et grand froid laisse tomber la climatisation

Ne pas utiliser la clim comme un porc en été et le chauffage comme une hyène en hiver (oui j’ai tenté une comparaison avec la hyène, je suis pas fondamentalement convaincue mais que voulez-vous, on fait avec ce qu’on a, et dans mon cas pas grand chose), encore une fois c’est tout con mais c’est ce qu’il y a de pire question consommation d’énergie. Et plus on l’utilise, plus on en est dépendant. Alors prends un gros pull en décembre et un string en juillet et fais fusion avec la nature.

12. Fleurir son espace de travail

Plutôt que de polluer le paysage avec des photos d’enfants, pourquoi ne pas utiliser des jolies plantes ? Non seulement c’est agréable pour les yeux, mais ça assainit l’air pollué par les nombreuses haleines fétides qu’on peut rencontrer dans une entreprise. Et le fait de nourrir ta plante jour après jour te permet également d’entretenir un lien fort avec la vie, le temps qui passe, ton rapport au monde et à l’univers. Bref c’est plus éprouvant que d’avoir un enfant et ça coûte moins cher.

Source photo : Giphy

13. Ne plus tirer la chasse d'eau

En effet, une chasse d’eau consomme en moyenne 8 litres d’eau. C’est très coûteux. Il est donc vivement conseillé de faire caca par groupe de deux ou trois personnes afin d’économiser l’eau, en plus c’est une activité très socialisante qui s’inscrit parfaitement dans le management du team building.

Allez, on croit en toi.

Sources :

Oui ! le Magazine de La Ruche Qui Dit Oui

Consoglobe

Enliberal

Futura Sciences

Tu t'ennuies en open space ? On a déniché les gadgets les plus cool :